Collectivité Territoriale de Corse

AMG 800 : le Conseil exécutif de Corse et son Président réagissent sur les premiers éléments de l'expertise

Jeudi 20 Mai 2010

Communiqué de Paul Giacobbi, Président du Conseil exécutif et du Conseil exécutif de Corse



Les premiers éléments de l’expertise conduite par les ingénieurs de la SNCF (Centre de l’Ingénierie du Matériel) sur les AMG 800 ont été remis ce jour.

AMG 800 : le Conseil exécutif de Corse et son Président réagissent sur les premiers éléments de l'expertise
Il en résulte que leur utilisation ne peut être sérieusement envisagée cet été.

Les experts ont en effet mis en évidence que le problème lié au freinage relevait d’un frottement dissymétrique des patins sur les roues.

Il s’agit, en conséquence, d’un défaut de conception qui trouve son origine au niveau des plans de définition du système en cause ou au niveau de la chaîne de montage.

Par ailleurs, d’autres dysfonctionnements importants ont été mis à jour sur les motrices, et plus particulièrement : 

  • un problème de liaison entre les booggies et la caisse auquel s’ajoute un problème de climatisation. De là découle un risque important d’incendie,
  • un problème de vibration des cardents,
  • un problème d’accessibilité au moteur.

 
Ces désordres multiples et les délais de réparation ne permettent pas d’envisager une remise en circulation des machines avant douze mois.
 

En conséquence, la Collectivité Territoriale de Corse va immédiatement introduire un recours auprès de la juridiction compétente à l’encontre notamment du constructeur et de l’assistant à la maîtrise d’œuvre. Elle  entend réclamer le remboursement de l’intégralité des dépenses engagées pour l’acquisition des matériels et la couverture intégrale des frais inhérents.

Dans l’immédiat, il est convenu que le trafic sera assuré par les anciennes machines disponibles. Le plan de circulation estivale sera nécessairement réduit.

Ainsi, il est envisagé  d’assurer seulement sur la ligne Ajaccio-Bastia, deux allers-retours quotidiens en lieu et place des cinq normalement prévus. S’agissant de la Balagne, l’impact sera moindre dans la
mesure où 80 % du service sera assuré.


Le Conseil exécutif de Corse regrette cette situation qui résulte de choix opérés sous l’ancienne mandature. Néanmoins, il mettra tout en œuvre pour assurer dans les meilleurs délais, en étroite collaboration avec les CFC et la SNCF le service optimal que les usagers sont en droit de réclamer.