Collectivité Territoriale de Corse

Actions anti-Padduc : pour Camille de Rocca Serra ne pas respecter le débat, revient à rejeter la démocratie

Azzioni contru à u PADDUC : Pà u Prisidenti de Rocca Serra, ùn rispittà u dibattitu vali à righjittà a dimucrazia

Lundi 1 Septembre 2008



Le Président de l'Assemblée de Corse réagit à la suite des actions d'occupation au sein de résidences privées menées ce week-end et dénonce la volonté délibérée de certains de s'extraire du débat démocratique.

« Les actions d'occupation et d'intrusion qui ont été opérées ce week-end par des militants indépendantistes et des représentants d'association sont indignes de nos valeurs. En effet, si le droit de manifester est un droit légitime, celui de pénétrer au sein de propriétés privées sans y être invité n'existe pas. Le fait que ces individus se soient introduits chez plusieurs personnes dont une personnalité publique n'avait qu'un seul but, celui de réaliser un coup médiatique. Au mépris du respect du droit de propriété, donc en totale illégalité, ces derniers ont pu cependant non seulement apprécier la facilité d'accès des trois résidences cibles d'intrusion, mais également le sens de l'accueil qui leur a été réservé.

Mais au-delà de l'incivisme, cette action qui bien que s'étant déroulée sans dégradations est révélatrice de la pression physique et psychologique, de la perversion, du trouble et de la dictature de pensée que certains tentent d'imposer en Corse.

Dénoncer le PADDUC ou semer le trouble et diviser les Corses ?

Le texte du plan d'aménagement et de développement durable de la Corse n'a pas encore fait l'objet de débat à l'Assemblée de Corse, il devrait être examiné prochainement comme cela l'a été annoncé.

Comme chacun le sait, ce document qui a fait l'objet d'une large concertation en amont suscite de nombreuses controverses. Il a été la cible de toutes les attaques avant même d'être discuté au sein de notre institution, laissant entendre qu'il existerait dans l'île deux types d'élus : ceux qui veulent protéger la Corse et ce qui veulent la vendre. En clair les gentils et les méchants.

Qui en Corse ne souhaite pas la préservation de notre patrimoine environnemental, le respect des règles d'urbanisme, un tourisme intégré et régulé, une agriculture de qualité - pour laquelle les agriculteurs connaissent mon engagement depuis mon premier mandat - le maintien des équilibres sociaux ?

Tous les Corses le souhaitent et la majorité que nous avons conduite Ange Santini et moi-même y est attachée.
1/2
Ne pas respecter le débat, revient à rejeter la démocratie.

Les élus de notre Assemblée territoriale qui ont participé aux actions de ce week-end savent pertinemment que ce texte peut être enrichi et amendé à l'occasion des débats à venir. Cela sera notamment le cas concernant la révision du Plan interdépartemental de traitement des déchets à la suite de l'audition du Syvadec le 11 juillet dernier par les conseillers territoriaux.

Il y a certes le droit de manifester, mais le droit d'amendement donne tout son sens à la démocratie, laissant à la diversité d'opinion le devoir de s'exprimer au sein de nos institutions.

Ceux qui ne respectent pas la démocratie prouvent tous les jours leur volonté manifeste de créer les conditions du désordre, du trouble, voire de diviser les Corses pour servir leurs propres intérêts. »




Contact presse
Yolaine Lacolonge - tél : 04 95 51 67 91 / 06 15 73 26 39