Collectivité Territoriale de Corse

Aéroport de Calvi-Balagne : l'Office des transports répond au collectif de défense

Aeroportu di Calvi-Balagna : l'Uffiziu di i trasporti risponde à u Cullittivu di difesa

Dimanche 26 Juin 2005



Aéroport de Calvi-Balagne : l'Office des transports répond au collectif de défense
Antoine Sindali, Conseiller exécutif, Président de l'Office des transports, communique :

« Après les communiqués de presse des 3 et 13 juin 2005, émanant du collectif de défense de l'aéroport de Calvi-Sainte Catherine, il est indispensable d'apporter à la population des compléments d'information.

Contrairement aux soupçons, l'office des transports n'a rien à cacher et en tant que président de cet établissement, j'exerce mes fonctions avec responsabilité, volonté d'écoute, souci de l'intérêt général et recherche permanente de l'efficacité, ce qui exclut toute polémique stérile.
C'est évidemment le cas pour l'important dossier d'étude sur l'ouverture nocturne de l'aéroport de Balagne car il faut qu'une fois pour toutes, ce dossier aboutisse à une décision bien élaborée comme s'y est engagé le président du Conseil Exécutif de Corse.

Après appel d'offres réglementaire, conforme aux exigences de la sécurité aérienne, le consortium ATR a été retenu pour une mission d'étude en trois étapes inscrites au cahier des charges de l'appel d'offres : une étude théorique, une étude en simulateur et des essais en vol.

Le bureau d'études doit présenter, en bout de course, un travail complet - il faut insister sur le mot complet- qui fera l'objet, comme l'a annoncé en novembre 2004 le Président Ange Santini, d'une table ronde et d'un débat transparent avec les élus, le collectif local et toutes les autorités compétentes.

Tout ce qui serait rendu public en cours d'étude, comme par exemple les travaux de la réunion technique du 13 mai portant sur les premières études théoriques, serait partiel et pourrait donner lieu à des interprétations imparfaites parce qu'incomplètes, autant positives pour certains que peut-être défavorables pour d'autres.

Après des années d'attente, je comprends l'impatience des acteurs économiques et de la population de Balagne mais je leur demande quelques courtes semaines supplémentaires pour qu'aboutisse la démarche de responsabilité engagée par l'office des transports. »