Collectivité Territoriale de Corse

Agriculture : le plan de relance de la filière porcine

Agricultura : pianu di rilanciu di a filiera purcina

Jeudi 28 Septembre 2006



Agriculture : le plan de relance de la filière porcine
Les élus territoriaux ont adopté, à l'occasion de la séance publique du 28 septembre dernier, le rapport du Conseil exécutif présentant le plan de relance de la filière porcine.


le plan de relance de la filière porcine

L'AOC est, en termes de labellisation de la qualité, le niveau le plus élevé de la certification. Aujourd'hui, sur tout le territoire français, il n'existe aucune appellation d'origine en matière de charcuterie.
Quelques démarches sont en cours, parmi lesquelles l'AOC charcuterie corse est la plus avancée.

L'objectif de la certification est d'aboutir à une différenciation du produit au niveau de l'offre, en direction du consommateur. En effet, à l'heure actuelle, des produits de qualités différentes sont proposés sur le marché, sans aucune possibilité de différenciation pour le consommateur. Cette différenciation permettra d'une part de repositionner l'image du produit sur le territoire insulaire, mais aussi sur l'ensemble des marchés extérieurs, et d'autre part de mieux valoriser le produit, avec une revalorisation des prix de vente.

Ainsi la certification en AOC jouera un rôle de locomotivve, tirant l'ensemble de la filière vers le haut, mais sera aussi le garant du maintien d'un patrimoine gastronomique qui aurait été, à terme, voué à disparaître, noyé sous une production industrielle basée ailleurs qu'en Corse et
dont la charcuterie n'aurait eu de Corse que le nom.

Le plan de relance, comme son nom l'indique, prévoit la relance et le développement d'une filière, autour des axes politiques impulsés par la CTC : qualité/identité.

Mais cela n'empêche pas la filière de bénéficier d'autres types d'aides, au travers notamment du prochain Contrat de plan, avec des actions spécifiques pour soutenir l'ensemble des exploitations, sur des thèmes fondamentaux et transversaux, comme par exemple, la politique sanitaire.


qu'est ce qu'un plan de relance ?

Le plan de relance de l'agriculture corse, qui a mobilisé de la part de l'Etat, 25 millions d'euros exceptionnels, venant s'ajouter aux fonds déjà prévus pour chaque Contrat de plan, se décline filière par filière, car les besoins et les attentes, les projets de structuration et de développement ne sont pas les mêmes d'une filière à l'autre.
Pour chaque filière, un plan de relance est étudié. Il définit les objectifs attendus et les moyens nécessaires.

les axes qualité et identité

Chaque plan de relance prend en compte l'état des lieux et les objectifs de la filière en termes de :
- production
- structuration de l'offre (commercialisation)
- promotion

Chaque plan de relance est alors rédigé en concertation totale entre les structures représentatives, les responsables des filières concernées, les services de l'ODARC et les services de l'Etat.

Avec 2 axes incontournables pour chaque filière, axes impulsés par l'Assemblée de Corse lors de ses différents débats relatif à la politique agricole de la Corse :
l'axe « qualité » et l'axe « identité »

Dans un contexte agro-alimentaire de plus en plus insécurisant, la corse possède des atouts déterminants qui lui permettront, dans les années à venir, de tirer son épingle du jeu :
des paysages à la beauté inégalée
un environnement préservé
une agriculture diversifiée
un artisanat typiqu
des produits de qualité

Là où des régions de longue tradition agricole présentent un ou deux produits certifiés, la Corse, elle, vient d'obtenir son cinquième signe officiel de qualité, et plusieurs autres filières ont une démarche de reconnaissance en cours.
L'enjeu des années à venir est là : faire de la Corse et de ses produits, sur tous les marchés européens, le symbole de la qualité.

En ce qui concerne la filière porcine, le plan de relance s'appuie sur un travail considérable, mené en amont par la filière, concernant la reconnaissance de la race porcine corse, et il s'inscrit en parfaite cohérence avec les deux axes préconisés par la CTC.

De nombreuses réunions ont été organisées, en amont, avec les organisations
de producteurs et les acteurs de la filière, pour d'une part expliquer les principes de cette démarche et les avantages à moyen et long terme qui pourrait s'en dégager, mais aussi pour écouter les attentes de l'ensemble de la filière et tenter d'aboutir à des propositions satisfaisantes pour tous.