Collectivité Territoriale de Corse

Assemblea di Corsica - discorsu d’apertura di a prima sessione straurdinaria di u 12 di ghjennaghju 2016

Mardi 12 Janvier 2016



Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse
Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse
Care culleghe, cari culleghi, vi precu à tutte è à tutti : Pace è Salute !
 
Vogliu accoglie incù simpatia, amicizia è piacè i novi bletti l’Assemblea : Joseph Pucci, Rosa Prosperi, Marcel Cesari, Lauda Guidicelli, François Benedetti, Juliette Ponzevera, Paul-André Colombani, Marie Simeoni è François Bernardi.
 
Oghje s'addunisce a nostra Assemblea per a so prima sessione straurdinaria. Secondu l’usi di a nostra istituzione, mi tocca à dì u mio parè nantu à a situazione attuale.
 
À u livellu internaziunale, si vede oghje troppu spessu u fanatisimu, a guerra, a barbaria, a logica di u soldu rè, impadrunisce si di a sorte di i populi è di e nazione. Fermanu una  realità spaventosa chì mette in periculu l'umanità. Ma cum'è a ci dice u pueta Hölderlin : "Induve ci hè u periculu, cresce dinò ciò chì salva". Ciò chì ci salverà à tutti, sarà forse a difesa di e realità culturale, suciale, ecunomiche, umane, di tutti i populi, à parità, ind´è una mossa universale rispettendu l'identità è l'interessi di ognunu. Digià, parechji populi si sò svegliati è imponenu à i putenti u rispettu di ciò ch’elli sò. Piglieraghju simpliciamente dui esempii di a settimana scorsa : 

U primu hè l’elezzione di Carles Puigdemont, novu presidente indipendentistu di a Catalogna. U vogliu salutà, di core per sta bellissima vittoria à pro di l’unione di i Catalani.
 
U secondu esempiu : una vechja lingua minoritaria, u tamasight, hè stata ricunisciuta da a custituzione di l’Algeria. Quand’ellu si pensa à u rimusciu natu ùn hè tantu in Parigi per un discorsu in lingua corsa, ci serebbe da ride per una cità chì si dice capitale di a libertà di spressione…
 
Allora, u nostru paese, puru chjucu ch´ellu sia, deve cuntinuà à purtà, in corsu, in francese o ancu puru in inglese, una parolla sempre ghjusta, assennata, è tandu, sarà ascultatu, raghjuntu forse, è rispettatu. S’è no femu ciò chì si deve, a nostra Corsica serà da veru in capacità « di stunà l'Auropa ».
 
Ma a situazione oghjinca hè eccezziunale dinò in Corsica, perchè avemu un'opera tamanta  à compie, è u tempu ci hè cuntatu. Ci tocca à assestà sta cullettivita unica, di a quale a Corsica hà bisognu, pè prumove pulitiche è azzione cuerente, efficiente, nant'à tutti i sugetti : travagliu, alloghju, educazione, sviluppu ecunomicu, urganizazione di i territorii, è tanti altri...
 
À tempu, ci hè tuccata à trattà e quistione più urgente, cum'è quelle di i trasporti, o di e rumenzule. Senza parlà di l’affaracciu di u quartieru di l’Empereur. A sapete, nott'è ghjornu, simu digià à u travagliu. U nostru impegnu ùn si limiteghja micca à trattà solu e crise – cum’è l’avemu fatta per u cartulare di i trasporti marittimi. Ùn ci vulemu ritruvà da quì a pocu ind'è listessi strapazzi.  U scopu veru hè di truvà una suluzione definitiva à tutti sti prublemi, è di ghjuvà si ne per favurisce un sviluppu durevule per tutti.
 
Infine ci hè una manera di cuncepì l'azzione publica ch'è duveremu sparte tutt'inseme, pè fà triunfà a demucrazia. A demucrazia ci cummanda di fà rispettà da Pariggi i voti di a Corsica, cumu l'avemu digià detta, è cumu avemu da cuntinuà à dì la franca è chjara. 

Ma a demucrazia ci cummanda dinò di mette sottu à u cuntrollu di st'Assemblea, di ogni gruppu rapresentatu quì, è di tutti i Corsi, tutte e decisione chì saranu pigliate, per fà chì a nostr'amministrazione sia veramente sta "casa di cristallu" tantu bramata. U travagliu à prò di u bè cumunu, a cumpetenza, a trasparenza, seranu per u sempre i puntelli maiò di u nostru casale à tutti, quellu chì lasceremu à e generazione à vene: a casa Corsica.
 
In stu filu, piglieremu in li ghjorni à vene un iniziativa impurtante. Cum’è a sapete, a nostra pruposta di valutazione di e pulitiche publiche hè sata vutata da l’Assemblea di sittembre scorsu. Emu da passà avà da u dì à u fà cù a stallazione ufficiale di u Cumitatu di valutazione.
 
Care culleghe, cari culleghi, eccu un primu passu cuncretu è fattivu, chè no feremu inseme nantu à a strada di a dimucrazia.

Allocution d’ouverture de la première session extraordinaire du 12 janvier 2016

Chères collègues, chers collègues, je vous souhaite à toutes et à tous : Pace è salute !
 
J’accueille avec une grande sympathie, avec amitié et plaisir les nouveaux élus de l’Assemblée : Joseph Pucci, Rosa Prosperi, Marcel Cesari, Lauda Guidicelli, François Benedetti, Juliette Ponzevera, Paul-André Colombani, Marie Simeoni è François Bernardi.
 
Aujourd’hui notre Assemblée se réunit pour sa première session extraordinaire. Les usages de notre institution me confèrent le devoir de m’exprimer sur la situation actuelle.
 
Au niveau international, en ce début d’année, nous constatons encore trop de fanatisme, de guerres, de barbarie, la logique de l’argent-roi. Tous ensemble, ils se rendent maîtres du destin des peuples et des nations. Ils demeurent une réalité épouvantable qui met l’Humanité en danger. Comme le dit le poète Hölderlin : « là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve ». Ce qui nous sauvera tout un chacun, c’est à n’en pas douter la défense des réalités culturelles, sociales, économiques, humaines de tous les peuples, accompagnée d’un mouvement universel respectueux des identités et des intérêts de chacun.
 
Déjà de nombreux peuples se sont éveillés et imposent aux puissants le respect de leur intégrité. Je prendrai deux exemples de la semaine dernière. Le premier concerne l’élection de Carles Puigdemont, nouveau président indépendantiste de la Catalogne. Je voudrais saluer chaleureusement cette magnifique victoire en faveur de l’union des Catalans.
 
Le second exemple, c’est celui d’une vieille langue minoritaire, le tamazight, qui a été reconnu par la Constitution de l’Algérie. Quand on se souvient du branle-bas de combat qui a agité le tout-Paris à cause d’un discours en langue corse, il y aurait de quoi se moquer de cette ville qui s’autoproclame capitale de la liberté d’expression.
 
Alors oui, notre pays, aussi petit soit-il, doit persévérer et continuer de porter en corse, en français ou bien encore en anglais, un verbe encore et toujours juste et sensé. Il sera alors écouté, peut-être même encore rejoint et respecté. Si nous faisons ce qu’il faut, notre Corse sera réellement en capacité « d’étonner l’Europe ».
 
La situation actuelle est exceptionnelle également en Corse, parce que nous avons une œuvre immense à accomplir  et que le temps nous est compté. Nous devons lancer la collectivité unique dont la Corse a tant besoin, pour promouvoir des politiques et des actions cohérentes, efficaces sur tant de sujets : travail, logement, éducation, développement économique, organisation des territoires et tant d’autres.
 
Depuis notre prise de fonctions, il nous a fallu traiter les questions urgentes comme celle des transports, des déchets, sans revenir une fois de plus sur les évènements des Jardins de l’Empereur. Vous le savez, nuit et jour, nous sommes déjà au travail. Notre engagement ne se limite pas à la seule gestion de crises – comme nous l’avons fait hier pour le dossier des transports maritimes. Nous ne voulons pas nous retrouver demain encore face aux mêmes blocages. L’objectif est de trouver une solution définitive à tous ces problèmes et de mettre en place les conditions d’un développement durable pour tous.
 
Enfin, il est une manière de concevoir l’action publique que nous devrons partager tous ensemble pour faire triompher la démocratie. La démocratie nous commande de faire respecter les délibérations de l’Assemblée de Corse par Paris. Nous l’avons déjà déclaré et nous ne cesserons de le faire, que les choses soient claires. La démocratie nous demande aussi de mettre cette Assemblée sous le contrôle de chaque groupe politique représenté ici et de chaque Corse. Toutes les décisions iront dans le sens de l’édification de notre administration pareille à la « maison de cristal » que nous appelons de nos vœux. Le travail en direction du bien commun, la compétence, la transparence seront toujours les maîtres mots de notre patrimoine commun, celui que nous laisserons aux générations futures : la maison Corse.
 
En ce sens, nous prendrons dans les prochains jours une initiative importante. Comme vous le savez, notre demande d’évaluation des politiques publiques a été adoptée par l’Assemblée de Corse en septembre dernier. Nous allons maintenant passer des paroles aux actes en installant officiellement le Comité d’évaluation.
 
Chers collègues, voici un premier pas concret et bien réel que nous ferons ensemble sur le chemin de la démocratie.