Collectivité Territoriale de Corse

Assemblée de Corse : intervention d'Agnès Simonpietri, présidente de l'office de l'environnement de la Corse

Mardi 12 Janvier 2016



Le dossier des déchets devant l'Assemblée les 28 et 29 janvier prochains

Lors de la prochaine session, nous soumettrons à votre assemblée les mesures que notre exécutif compte mettre en œuvre dans les 6 prochains mois pour enclencher un changement radical de modèle de gestion des déchets.

Aujourd'hui, nous souhaitons apporter quelques précisions sur l'action que nous avons menée ces 2 dernières semaines pour contribuer à sortir d'une crise aiguë qui est la résultante prévisible des années passées, ou le "tout transport" et "tout enfouissement" ont conduit à une impasse que nous avions annoncée et dont nous mesurons maintenant les effets désastreux.

Bien que la compétence stricte du traitement des déchets ne relève pas de notre Assemblée, nous nous sommes emparés du dossier pour essayer de rétablir des liens là où la confiance n'existe plus, à la suite de malentendus persistants, d'incompréhensions voire d'engagements non tenus.

Des réunions

Nous avons rencontré les collectivités en charge du dossier, nous avons rencontré les comités de suivi des centres d'enfouissement, les collectifs de riverains, et bien sur mesuré l'exaspération de nos concitoyens face à une situation quotidienne complètement dégradée.

Des propositions de sortie de crise

Nous avons fait des propositions de sortie de crise qui restent aujourd'hui pleinement valables : elles servent de base à des discussions dont nous espérons qu'elles vont rapidement aboutir pour éviter de tomber dans un affrontement qu'il faut à tout prix éviter.

Au delà des réponses que nous attendons dans l'immédiat, la crise est à un tel degré qu'il faut prendre des décisions rapides et exceptionnelles pour enfin tourner la page.

Jusqu'à présent, l'absence de traitement en amont des déchets qui fermentent a engendré pour les riverains des nuisances insupportables. De ce fait, les conditions d'exploitation des centres d'enfouissement existants sont tout à fait dissuasives pour l'émergence de nouveaux sites.

Et la tentation est grande de vouloir s'en remettre à de fausse solutions industrielles qui sont un piège économique et  financier doublé de risques sanitaires majeurs.

Les propositions que nous présenterons sous quinzaine visent à mettre en œuvre un plan d'ensemble basé sur un changement des techniques de collecte permettant la collecte séparative au porte à porte, y compris pour les biodechets, qu'il est fondamental de traiter en amont. Notre ambition est de fournir aux collectivités qui en ont la charge le "mode d'emploi" nécessaire, les techniques, les cofinancements, voir un partenariat logistique, et de favoriser la fiscalité incitative, selon le principe   " Plus on trie, moins on paie". Nous y reviendrons très rapidement.

Un appel à la raison

Ce matin,  nous voulons lancer un dernier appel à la raison : sur la base de nos propositions, il faut sortir de la crise aujourd'hui même. Chacun doit prendre ses responsabilités, faire un pas, pour permettre de travailler sereinement dans les 6 prochains mois à ce changement radical de modèle que nous avons le devoir de construire.