Collectivité Territoriale de Corse

Assurer le rayonnement de la Culture et du Patrimoine corses en Méditerranée

Mardi 22 Novembre 2011



La richesse de notre culture ainsi que l’originalité de notre patrimoine, résultant de l’histoire de notre île, de sa géographie, de son positionnement dans le bassin méditerranéen et de sa singularité sociologique et anthropologique, nous imposent de faire preuve d’une grande ambition en termes de valorisation. Pour cela, de nouvelles voies pourront être explorées, destinées à offrir tant à la création contemporaine insulaire qu’à notre patrimoine de nouveaux terrains d’échanges et d’émulation. Dans cette perspective, seraient explorées par des actions concrètes les possibilités ouvertes par la coopération décentralisée, les accords cadres avec l’étranger comme celui passé récemment avec l’Italie sous l’égide efficace de l’ambassade de France à Rome, permettant d’élaborer des conventions de partenariat entre des institutions corses et des institutions étrangères.

Seraient également privilégiés les échanges avec les régions à forte identité du pourtour méditerranéen désireuses de s’engager avec nous sur la voie decoproductions ambitieuses et de coopérations pérennes. Mais aussi avec d’autres régions françaises ou d’autres régions de la planète qui n’ont pas envie d’être considérées comme les satellites d’un grand pôle de création ou d’une capitale internationale, mais qui, comme nous, veulent sortir de la dialectique « centre/périphérie » et explorer de nouveaux systèmes.

Les échanges et les coopérations réalisées en Corse dans ces cadres nouveaux ne seraient en rien de pâles copies de productions de grands centres nationaux, mais proposeraient au contraire un positionnement tout à fait original, enrichi tant, de notre spécificité que des confrontations avec d’autres cultures. En contrepartie, ces productions originales seront les plus susceptibles d’attirer le monde des diffuseurs et plus largement, des professionnels.

Ces considérations n’induisent pas des programmations autocentrées dont l’intérêt ne dépasserait pas des frontières très étroites, au contraire elles obligent à plus d’échanges et de confrontations non seulement avec les régions et pays voisins mais avec d’autres zones géographiques qui connaissent aussi des frémissements similaires ou approchants.

Apporter de nouveaux points de vue sur la création et mener une réflexion constructive sur les conditions de son émergence, telles sont les orientations qui identifieront un réseau d’institutions qui ne cherchent pas à reproduire, en vain, les évènements réservés aux métropoles.

Cette ambition fondée sur cette nouvelle approche, n’a rien d’utopique, et a même produit des résultats dont on peut déjà se prévaloir. Ainsi peuvent être mentionnées la reconnaissance internationale de certaines de nos productions de même que les coopérations du Frac ou du Musée de la Corse avec de grandes institutions méditerranéennes. Cela constitue non seulement l’affirmation de la viabilité de ces choix, mais également, la preuve que ce n’est qu’à l’aune de cette originalité que nos productions peuvent intéresser ensuite les grands centres de référence.

Pour ce faire, dans le domaine du spectacle vivant, un accompagnement de la création insulaire en vue de son inscription au sein de réseaux régionaux, nationaux et internationaux est indispensable. Par ailleurs, il est proposé que chaque année la CTC soutienne une journée tremplin où seraient présentées les meilleures productions créées dans cet esprit dans les domaines des musiques actuelles, du théâtre, des arts de la rue et de la danse.

Les dispositifs existants dans le domaine des arts visuels doivent être soutenus et confortés comme le Centre méditerranéen de la photographie. Tout autant, l’organisation d’une manifestation d’envergure présentant la production insulaire dans un éclairage méditerranéen couplée avec des résidences d’artistes étrangers serait une bonne piste.

Il convient également de conforter la structuration et la professionnalisation des acteurs de la filière audiovisuelle autour notamment de la chaîne Via Stella en l’inscrivant dans une dynamique euro-méditerranéenne par le biais de la formation ou la création d’un fonds d’aide dédié aux programmes télévisuels méditerranéens.

En matière de production littéraire, la Corse doit préserver et développer son identité et l’utiliser pour s’ouvrir, communiquer et échanger avec le bassin méditerranéen mais également faire connaître son travail et ses compétences dans le monde de l’édition francophone. Ainsi, la CTC doit s'insérer dans les réseaux nationaux et internationaux en adhérant notamment à la FILL (Fédération Interrégionale du Livre et de la Lecture), précieuse source d'informations et d'échanges d'expériences.

Le FRAC s’est constitué un réseau avec lequel il est en mesure de poursuivre et d’amplifier des échanges fructueux et qu’il peut élargir à présent que sa réputation est assise ; les prêts d’œuvres et les résidences y contribuent également.

Cette quête de nouveaux terrains d’échanges et d’émulation s’avère être des plus justifiée en matière de Patrimoine. Ainsi la mise en place de ces partenariats internationaux nous permettrait de retrouver les techniques anciennes qui ont permis la construction de nos monuments qui, pour la plupart, rappelons-le, sont d’influence génoise, toscane ou romaine. Ces bâtiments ayant été réalisés par des maîtres d’œuvre et des artisans formés à Pise, Gênes ou Rome et souvent, avec des matériaux que l’on faisait venir de ces Etats.

Aussi, pourrait-il être proposé, justement, en raison des aires de référence artistiques de ces bâtiments, qu’à l’occasion de leur restauration on expérimente le croisement des techniques propres à l’école française de restauration avec celles d’autres institutions d’excellence en matière de restauration tel que l’ICR (Istituto Centrale del Restauro, Rome).

De même, s’agissant du patrimoine immatériel, la CTC continuera d’encourager les recherches croisées avec les autres traditions méditerranéennes en lien avec les Universités italiennes (Cagliari notamment) espagnoles (Barcelone notamment) ou d’autres pays.

L’action transversale de la mission Ingénierie viendra soutenir cette action en insistant sur la promotion de cette politique notamment au travers de l’organisation d’évènements importants annuels comme des salons, tremplins ou expositions d’envergure.