Collectivité Territoriale de Corse

Auguri 2016 di u presidente di l'Assemblea di Corsica

Jeudi 31 Décembre 2015




Cari cumpatriotti,
 
L'annu 2015 si compie trà sperenza è penseru.
Penseru, perchè u mondu bolle. Unepochi, pensendu chì solu conta u soldu, anu fattu cresce i mostri chì ci vole à cumbatte. Anu abbandunatu lochi, omi è donne à a barbaria. I populi cercanu sempre u caminu chì cunduce à u sviluppu, à a Pace è à u rispettu. Inseme, acconcieranu l’inghjochi mundiali di u clima, di l’educazione, di u travagliu, di a ricunniscenza in a demucrazia. 
Sperenze, in Corsica, ne vecu mille. Ind'è u nostru paese, dopu anni è anni di picculi passi, st'aspirazione straurdinaria s'hè manifestata da una forte vulintà di scambiamentu. L’avete detta, franca è chjara, a vulintà di i Corsi di diventà maestri di u so avvene, vulintà di participà à u mondu incù ciò ch'è li purtemu, cum'è suluzione è cum’è idee nove. Scrivia André Gide. " Credu à a virtù di i picculi populi. Credu à a virtù di u picculu numeru. U mondu serà salvatu da uni pochi." Firmerà sempre qualchì nemicu di a nostra cultura è di a diversità culturale à trimà di rabbia sentendu ste parolle tradutte in lingua nustrale, ma ùn hà nisuna impurtanza. Veneranu i tempi chì tutti i diritti di un Populu chì, oramai, si sà Nazione, seranu ricunnisciuti. Intantu, si pesa digià un alba nova. Ci tocca à avanzà tutti inseme, accolti, uniti, lascendu daret'à noi ogni paura, incù i vechji è i zitelli, incù tutte quelle è tutti quelli chì vuleranu custruì a Corsica di dumane. 
Si spallancheranu per u nostru populu, e porte di l'avvene, è per i nostri fratelli patriotti, quelle di e prigiò. Ghjunghjeremu à avè i mezi di pruduce è di sparte a ricchezza, di ammaestrà un sviluppu à prò di u populu, incù una fiscalità adatta, un'urientazione suciale più ghjusta. 
Simu digià à u travagliu, à u serviziu di tutti, al di là di i partiti. Oghje, in Corsica, nimu ùn hè sopra, è nimu ùn hè sottu. Simu tutti pari, per u bè cumunu. A situazione hè difficiule, ma a sperenza, e risorse è a determinazione sò tamante. Cum'è a ci dicia Sant'Augustinu: " Sò pessimi i tempi. Siamu bravi è i tempi seranu boni. Perchè simu u tempu."
 
È per avà, à l'orlu di st'annu novu, campate felici !
Pace è Salute à tutti !
Evviva a Nazione !
Evviva a Corsica !

   


Les vœux du président de l'Assemblée de Corse

Chers compatriotes,

L'année 2015 se termine entre espoir et inquiétude.
Inquiétude, parce que le monde est en ébullition. Quelques-uns, pensant que l'argent devait gouverner le monde ont fait naître des monstres qu’il nous faut désormais combattre. Des villes entières, des hommes et des femmes sont abandonnés à la barbarie. Les peuples chercheront toujours le chemin qui conduit au développement, à la Paix, au respect. Ensemble, nous trouverons les réponses aux enjeux mondiaux du climat, de l’éducation, du travail, de la reconnaissance dans la démocratie. 

La Corse déborde d’espoir. Dans notre pays, après tant d’années de petits pas, cette aspiration extraordinaire s’est manifestée par une forte volonté de changement. Vous avez affirmé de manière indiscutable la volonté des Corses de devenir maîtres de leur avenir, votre volonté de participer au monde avec ce que nous pouvons lui apporter, comme solutions et comme idées nouvelles. André Gide écrivait : « Je crois à la vertu des petits peuples. Je crois à la vertu du petit nombre. Le monde sera sauvé par quelques-uns ».

Nous aurons toujours face à nous quelques ennemis de notre culture et de la diversité culturelle. S’ils tremblent de rage à l’écoute de ces mots traduits dans notre langue, cela n’importe guère. Le temps de la reconnaissance de tous les droits d’un Peuple qui désormais se reconnait comme Nation se rapproche de nous. Déjà, une nouvelle ère s’ouvre sur la Corse. Il nous faudra travailler tous ensemble, solidaires, unis, en laissant la peur derrière nous, avec nos anciens comme avec les plus jeunes, avec toutes celles et tous ceux qui voudront construire la Corse de demain.  

Les portes de l’avenir nous sont grandes ouvertes. Les portes des prisons s’ouvriront elles aussi, pour tous nos prisonniers politiques. Nous parviendrons à disposer de moyens de production de richesse, de partage, de maîtrise du développement au bénéfice de chacun, avec une fiscalité adaptée et une orientation sociale plus juste. 
Nous sommes déjà au travail, au service de tous, au-delà des partis. Aujourd’hui en Corse, il n’y a plus ni vassal ni seigneur. Nous sommes égaux, pour le bien commun. La situation est difficile mais notre espoir, nos ressources et notre détermination sont immenses. Comme le disait Saint Augustin : « Les temps sont mauvais, les temps sont difficiles. Vivons bien, et les temps seront bons. Nous sommes le temps. » 

Pour l’heure, à l’aube de cette nouvelle année, vivez heureux ! 
Pace è Salute à tutti !
Vive la Nation !
Vive la Corse !