Collectivité Territoriale de Corse

Camille de Rocca Serra, 1 an de mandature

Mardi 26 Avril 2005



Camille de Rocca Serra, 1 an de mandature
« Le 1er anniversaire de mon élection à la Présidence de l'Assemblée de Corse me donne l'occasion de dresser un bilan à la fois pragmatique mais aussi politique. Notre assemblée, largement féminisée et rajeunie, rénovée et modernisée dans ses méthodes de travail, a eu une activité soutenue.

Plusieurs axes de travail nouveaux ont été définis, en concertation avec les représentants des groupes de l'Assemblée. Ainsi l'essentiel du fonctionnement interne a été repensé, l'agenda des séances publiques et des commissions a été rationalisé, les principaux sujets à examiner sont planifiés et connus trimestriellement.
En parallèle au lancement du site de notre collectivité (www.corse.fr), une mise en réseau des rapports et travaux destinés aux élus a été lancée tandis que des moyens informatiques seront mis très prochainement à disposition des élus.

Enfin, afin de faciliter le travail des élus et la prise de décision, une clarification du règlement intérieur est en cours et un dispositif de formation des élus a été approuvé.

Ces méthodes de travail modernisées, plus conviviales et mieux adaptées aux réalités d'une institution régionale aux responsabilités et moyens considérables accrus, ont, conduit à des prises de décisions importantes.

Depuis le début de la nouvelle mandature, l'Assemblée de Corse a siégé à 15 reprises, soit un rythme de deux séances mensuelles, près de 300 délibérations adoptées, préparées par plus de 80 réunions de commissions. Enfin, une cinquantaine de questions orales ont été posées par les Conseillers territoriaux à l'Exécutif sur des sujets d'actualité et autant de motions examinées.

D'un point de vue plus politique, la majorité relative dont je suis issu a su prendre ses marques afin de définir les politiques qui sont de sa responsabilité. De fait, elle a assurée au mieux les missions d'intérêt supérieur dont elle a la charge en étroite collaboration avec le Conseil Exécutif. Par-delà les dogmatismes et les querelles partisanes la recherche du point d'équilibre est l'exigence de cette mandature.

L'Assemblée de Corse a su faire preuve de réactivité au cours de la crise énergétique mais également en réorientant plusieurs des grands politiques régionales afin de répondre aux évolutions de la conjoncture économique et sociale insulaire : l'agriculture, le tourisme, les transports ainsi qu'une gestion des ressources hydrauliques mieux redéfinie.

L'innovation de ce début de mandature est la tenue de séances thématiques en phase avec l'actualité et les grandes questions de notre société.

Concernant les politiques sectorielles, des dispositifs de soutien ont été adoptés dans des domaines clés. Dans le même objectif de gestion, les principaux programmes d'équipements structurants ont été poursuivis.

Cette activité soutenue de l'Assemblée de Corse aura contribué, à mon sens, à structurer le débat public, permettant ainsi à notre institution de répondre aux légitimes exigences de transparence et de proximité ».