Collectivité Territoriale de Corse

Cantu in paghjella

Jeudi 10 Décembre 2009

L'Unesco a inscrit le 1er octobre 2009 le cantu in paghjella sur la liste de sauvegarde d'urgence du patrimoine immatériel de l'Humanité.



Le cantu in paghjella désigne à la fois une  technique vocale et un répertoire

<i>Dumè Leschi et Petru Guelfucci</i>
Dumè Leschi et Petru Guelfucci
Il est interprété a capella dans des contextes profane ou liturgique, par trois voix masculines, a seconda (voix principale),  u bassu (voix de basse) et a terza (voix haute), qui s'agencent par « tuilage », c'est-à-dire en écho et non à l'unisson. Disposés en cercle, les chanteurs respectent un code basé sur le regard et l'écoute car ils n'utilisent ni les partitions ni le diapason.

Transmis oralement, par imprégnation et imitation, le cantu in paghjella est interprété selon des versi variant selon les lieux et les individus.

Outre le corse ou le cruscu (corse toscanisé), ce chant utilise également des langues comme le sarde, le latin et le grec qui sont autant de traces des civilisations qui ont traversé la Corse ou qui y ont séjourné.

Ecoutez deux chants, créés « dans les règles de l'art » par Petru Guelfucci et enregistrés par le groupe Voce di Corsica.

Pour en savoir plus :
www.unesco.org
www.cantu-in-paghjella.com
 
 
 

01_diana_di_l_alba.mp3 Diana di l'Alba, chant profane de Zicavu (Corse-du-Sud)  (3.33 Mo)


07_subvenite.mp3 Subvenite, chant sacré de Rusiu (Haute-Corse) accompagnant l'entrée de la dépouille mortelle lors de la Messe des Morts  (2.98 Mo)


Le CRDP de Corse a publié "21 pièces pour découvrir la musique corse traditionnelle"