Collectivité Territoriale de Corse

Communiqué de presse : Transports maritimes

Ajaccio, le 10 février 2011

Lundi 21 Février 2011



Moby, quel projet économique fiable ?

Communiqué de presse : Transports maritimes
La Collectivité Territoriale de Corse est responsable, de par la loi, de la continuité territoriale entre la Corse et le continent français. Elle doit s’assurer de la fiabilité et de la sécurité des dessertes. 
La bataille commerciale engagée par les différentes compagnies aboutit à des tarifs irréalistes au regard du marché et des coûts croissants du carburant. 
La surenchère en offres conduit à des taux de remplissage particulièrement faibles. Pour 9 millions de places offertes, seulement 3, 2 millions sont réellement occupées. Le taux moyen varie entre 33 et 41,5 % pour les compagnies qui proposent une offre en ferry. Il faut noter l’effort de la CMN qui atteint 47 % avec des cargos mixtes. 
Cette technologie constitue l’avenir de la desserte de la Corse, surtout lorsque la progression en nombre de passagers reste stable. En effet, elle permet d’équilibrer les comptes des transports de passagers et le fret, essentiel pour la Corse.
Dans ces conditions, la situation financière des compagnies se fragilise. Les éléments en notre possession le démontrent. Il faut donc s’interroger sur l’arrivée d’une compagnie italienne en avril 2010 qui entend prendre sa part d’un marché incertain. 

Sécurité et viabilité

Le devoir de la CTC conduit à apprécier les conditions de viabilité de la ligne afin de ne pas financer un projet mort-né par manque de réalisme économique.
Un courrier de la MOBY en date du 14 janvier 2011 adressé à l’Office des transports de la Corse fournit certains éléments exigés par la délibération de l’Assemblée de Corse du 1er février 2001 relative à l’aide sociale. 
Ce dossier fait l’objet d’une analyse attentive et sera soumis aux services de l’Etat chargés de contrôler tant la sécurité des navires que la régularité au regard du droit du travail et du droit fiscal. L’Inspection générale des finances chargée d’analyser le versement effectif de la taxe sur les transports en sera saisie.
Lors d’un contentieux jugé en décembre 2010, la MOBY fait état de sa fragilité économique. Aussi, l’OTC lui a demandé de présenter un programme d’exploitation de la ligne Bastia/Toulon sur l’année afin de s’assurer de sa capacité à assurer le service dans les conditions optimales exigées par les textes officiels. 
Les prises de position contradictoires de la MOBY par voie de presse démontrent la confusion quant à la gestion de cette compagnie.  Le prix du baril de pétrole est mis en exergue pour expliquer les difficultés de gestion et la fermeture de la ligne. 
Puis la compagnie accuse la CTC de ne pas verser des sommes exigées unilatéralement. Quelques jours tard, elle revient sur sa décision et attendrait la tenue d’un conseil d’administration. La rentabilité de la ligne ne serait fondée que sur une aide publique, le trafic ne suffit pas à équilibrer les comptes. L’irréalisme économique est démontré.

Vigilance et efficience du service offert

Face à cette cacophonie, l’Office des transports de la Corse reste vigilant quant à l’utilisation de l’argent public. Il s’interroge sur la fragilité de cette entreprise et les incertitudes relatives à l’efficience et à la qualité du service offert. La situation actuelle démontre pleinement la nécessité d’assurer à la Corse des liaisons maritimes fiables.