Collectivité Territoriale de Corse

Conférence de presse de rentrée scolaire de Gilles Simeoni et Josepha Giacometti hier au collège de Baleone

Jeudi 15 Septembre 2016



Gilles Simeoni, Président du Conseil exécutif de Corse et Josepha Giacometti, Conseillère exécutive déléguée à l'éducation, la formation, l'enseignement supérieur et à la recherche se sont rendus hier au collège de Baleone pour la conférence de presse de rentrée scolaire 2016/2017. Ils ont été reçu par Elisabeth Teigné-Comiti, Principale du collège de Baleone.

L’action de la Collectivité territoriale de Corse en matière d’éducation et de formation s’inscrit dans le cadre de compétences particulières qui ont été renforcées en 2002, 2004, 2005 et 2013 dans les domaines de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur dans les secteurs suivants :
  1. l’enseignement secondaire
  2. les infrastructures numériques
  3. l’enseignement supérieur et la recherche
  4. la formation professionnelle et l’apprentissage
  5. l’enseignement de la langue et de la culture corses.

L’action de la CTC en faveur de l’enseignement secondaire


Gérer le patrimoine du second degré

  • La CTC a la charge depuis 1983, date du transfert des compétences, de la construction, du développement et de l’entretien du patrimoine scolaire de l’île (collèges et lycées). Elle gère ainsi un patrimoine d’environ 323 000 m2 répartis en 47 établissements scolaires publics du second degré :
  • 30 collèges
  • 13 lycées d’enseignement général et professionnel
  • 1 établissement spécialisé EREA
  • 2 lycées agricoles
  • 1 lycée maritime et aquacole,
pour une capacité d’accueil de 21 000 élèves.

La CTC poursuit chaque année ses efforts entrepris pour l’amélioration et le renouvellement des établissements scolaires. Pour 2016, le budget consacré à ce secteur représente 10,3 M€ en investissements immobiliers et 0,6 M€ en fonctionnement.

Ces crédits ont permis de remettre à niveau le patrimoine et de réaliser des travaux d’extension, d’aménagements pédagogiques et de rénovation, de réhabilitation, de maintenance et de mise en sécurité dans la quasi-totalité des établissements de l’île.

Les grands chantiers pour l’année 2016/2017 portent sur :
  • la construction du nouveau collège du Stilettu, qui permettra l’accueil de 800 élèves du secteur Est de la ville d’Aiacciu
  • la rénovation de l’internat du lycée agricole de Sartè
  • le lancement d’un plan de mise en accessibilité des personnes à mobilité réduite dans l’ensemble des établissements scolaires.
Les grands projets à venir en matière de construction, d’extension et de maintenance du patrimoine scolaire de l’île concernent :
  • l’extension du collège de Baleone, qui verra le remplacement des locaux actuels provisoires préfabriqués, la création d’un pôle scientifique et l’extension du réfectoire à partir de 2018
  • l’amélioration des conditions et des capacités d’accueil des internats de la cité technique de Montesoro et du lycée professionnel et maritime de Bastia
  • la réalisation d’un plan ambitieux d’amélioration des performances énergétiques sur l’ensemble des établissements.

Poursuivre l’équipement des établissements

Pour l’année 2016, le budget consacré au fonctionnement quotidien et courant des collèges et lycées s’élève à 7 M€, en légère augmentation.

Pour permettre le fonctionnement de ces établissements, 492 agents de la CTC exercent des missions d’accueil, de restauration, de nettoyage et d’entretien général et technique.

La CTC intervient intégralement dans le domaine de l’investissement mobilier des EPLE : équipements informatiques, scientifiques et techniques, équipement des pôles de restauration et d’hébergement, assurances, aides à l’investissement des établissements privés...

Dans ce domaine, la CTC poursuit 3 objectifs :
  1. Maintenir le bon niveau d’usage général des équipements informatiques et des technologiques de l’information et de la communication, et la fourniture d’équipements novateurs. Cela permet, par exemple, de maintenir un niveau d’équipement d’un ordinateur pour 4 lycéens, ou de doter les élèves de 5ème de tablettes numériques dans 12 établissements dans le cadre du « plan numérique collège 2016 » qui sera par la suite généralisé
  2. Valoriser les enseignements professionnels et technologiques en permettant la rénovation de la voie professionnelle
  3. Enfin, permettre l’acquisition des matériels permettant d’assurer un accueil de qualité et la sécurité des personnes et des biens, dans le respect des normes en vigueur. Pour exemple, un programme de lutte contre le gaspillage alimentaire est mené afin de sensibiliser la communauté éducative.

Adapter la formation initiale et soutenir l’action culturelle et éducative

Depuis 1983, la CTC est pleinement responsable de la programmation des formations dispensées dans les établissements du second degré.
Selon les termes de la loi du 22 janvier 2002, elle élabore et arrête la carte scolaire et les documents de planification scolaire : le schéma prévisionnel des formations et le programme prévisionnel des investissements.
Sur la base de ces documents, elle définit et arrête chaque année la structure pédagogique générale des établissements et décide des ouvertures et fermetures des sections ou options nouvelles.

Pour l’année 2016/2017, la CTC accompagnera la mise en œuvre de la nouvelle carte des langues vivantes étrangères dans l’académie de Corse induite par la Réforme du collège, et augmentera les capacités d’accueil de certaines sections de baccalauréats professionnels.

Elle financera également l’action artistique et culturelle dans les collèges et lycées, comme les filières théâtre ou les ateliers de pratique artistique, certaines sections sportives « montagne », ou encore –à travers les dotations « paese » et « filières bilingues »–, l’ouverture sur l’extérieur.
Enfin, elle continue de financer l’accompagnement scolaire des élèves en consacrant un budget important à l’achat des manuels scolaires ou les 1ers équipements nécessaires dans certaines spécialités professionnelles.

formaliser les concertations avec les établissements et l’Etat pour moderniser l’offre de formation et élever le niveau de qualification des jeunes

Trois dossiers d’importance sont à mener pour le Conseil exécutif de Corse :
  1. La CTC entend formaliser le dialogue de gestion avec les EPLE. L’organisation d’un séminaire en mai dernier avec les chefs d’établissements et les agents comptables a permis d’instaurer un dialogue qui se déclinera désormais par établissement, tant au niveau du fonctionnement que dans le domaine pédagogique, pour permettre la meilleure prise en compte des besoins des élèves, dans un souci d’amélioration de la réussite scolaire. La CTC participe également à l’amélioration de la répartition des élèves par une révision de la carte des secteurs scolaires.
  2. La modernisation de l’offre de formation se poursuit avec le futur contrat de plan régional de développement des formations et de l’orientation professionnelle (CPRDFOP) qui porte sur l’analyse des besoins à moyen terme du territoire en matière d’emplois, de compétences et de qualification, et la programmation des actions de formation professionnelle des jeunes et des adultes. Ces travaux visent à adapter le système éducatif insulaire en élevant le niveau de qualification, en luttant contre le décrochage scolaire et les sorties sans qualification, en poursuivant la construction et la sécurisation des parcours et en adaptant l’appareil de formation à l’émergence de nouvelles filières et de nouveaux métiers dans le domaine de la transition écologique et énergétique et du numérique.
  3. Enfin, le Conseil exécutif souhaite exercer pleinement ses prérogatives en matière de négociation des moyens d’enseignement. Il entend relancer, à ce titre, la demande d’un cadre normatif spécifique pour l’enseignement du second degré, adoptée à l’unanimité par l’Assemblée de Corse en décembre 2007.

La nouvelle compétence de la CTC en matière d’infrastructures numériques

Depuis la loi sur la refondation de l’école (loi « Peillon ») de 2013, la CTC a désormais la charge de la maintenance et de l’entretien du matériel et des logiciels dans les EPLE.

Ses principaux domaines d’intervention dans ce secteur pour 2016 portent sur :
  • le maintien en condition opérationnelle des infrastructures informatiques ;
  • la mise en œuvre d’une plateforme de services numériques intégrés, l’Espace Numérique de Travail « LEIA », adaptés aux besoins de la communauté éducative insulaire. Les 47 établissements insulaires sont actuellement connectés, soit 80.000 comptes utilisateurs et plus de 964.000 connexions annuelles
  • le financement et le déploiement du réseau très haut débit pour les lycées et collèges insulaires. Opérationnel depuis le 1er trimestre 2016, il permet de raccorder à haut débit et très haut débit l’ensemble des lycées et collèges de Corse : 38 en fibres optiques, 7 en SDSL et 1 en technologie radio. Ce réseau est relié au réseau national de la recherche RENATER et associe l’université, le rectorat et la CTC. Ce programme représente un coût annuel de 566 000 € pour l’ensemble des établissements insulaires.
La CTC entend par la suite poursuivre son action dans la structuration d’un pôle de développement dédié au numérique au sein de la communauté éducative. L’objectif affiché consiste à mettre le numérique au service de la réussite scolaire et de l’émancipation de la jeunesse corse. Pour structurer l’action de ce pôle, la CTC envisage la mise en place d’un plateau technique de maintenance des infrastructures informatiques des établissements.

Enfin, la CTC souhaite accompagner l’ancrage de l’ENT « Leia » afin qu’il devienne la clé de voûte de la stratégie numérique éducative et puisse intégrer de offres de contenus éducatifs, comme celle de livres scolaires numériques.

Le soutien à l’enseignement supérieur

La loi du 22 janvier 2002 relative à la Corse a donné à la CTC des compétences nouvelles et dérogatoires au droit commun, notamment en matière de formation.

L’Assemblée de Corse établit la carte de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui fait l’objet d’une convention entre la CTC, l’Etat et l’Université de Corse.
Elle élabore également un schéma régional de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, en concertation avec les collectivités territoriales et leurs groupements compétents, qui vise à définir des orientations partagées par tous les partenaires, les priorités d’intervention et les opérations soutenues, notamment dans les domaines de la formation professionnelle ou celui des formations sanitaires et sociales depuis 2004.

A ce titre, le budget consacré à l’enseignement supérieur est en augmentation de 46 % en 2016, s’élevant à 36 M€ en fonctionnement et à 14,8 M€ en investissement (+17 %). Il bénéficie cette année à 4 100 étudiants à l’Université et 636 étudiants en BTS et classes préparatoires.

Parmi ses principaux domaines d’intervention, la CTC finance, construit, équipe et entretient l’Université de Corse.
Elle permet à 676 étudiants de suivre des formations d’apprentissage dans 6 CFA du supérieur.
Elle finance la formation continue.
Elle gère les formations sanitaires et sociales et elle met en œuvre le schéma régional d’aide à la vie étudiante.

Afin de renforcer le dialogue entre science et société, le Conseil exécutif de Corse a souhaité lancer plusieurs appels à projets approuvés par l’Assemblée de Corse le 26 mai 2016 pour promouvoir la Culture Scientifique Technique et Industrielle. Des appels à projets ou à manifestation d’intérêt général permettront de sensibiliser les jeunes à ce domaine innovant.

Parmi les grands dossiers à venir, la CTC lance une large consultation sur le Schéma régional de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (SRESRI), car elle est convaincue que l’innovation, la recherche et l’enseignement supérieur sont au cœur de notre économie et des capacités de développement de notre territoire.
Elle envisage également de lancer un campus des métiers et des qualifications ayant pour thème « la transition énergétique ».
Enfin, elle entend ouvrir de nouvelles sections en apprentissage et en formation continue, pour mettre en synergie les formations avec les besoins des entreprises insulaires.

La formation professionnelle, l’apprentissage et l’orientation

Passerelle indispensable entre le monde de la formation et celui de l’entreprise, l’apprentissage constitue un axe prioritaire de la politique de formation de la CTC, qui dispose de compétences élargies en matière de formation professionnelle, d’apprentissage et d’orientation.

27 M€ sont dédiés par la CTC à la formation professionnelle, ce qui se traduit notamment par l’offre de 1 600 places aux personnes en recherche d’emploi.

Les principales interventions de la CTC dans ce domaine portent sur :
  • La détermination d’une offre de formation en faveur des demandeurs d’emploi jeunes et adultes qui s’intègre dans le plan d’urgence gouvernemental pour l’emploi « Plan 1 000 000 » qui vise à renforcer l’employabilité des demandeurs d’emploi
  • Le conventionnement avec l’AFPA Corse, avec pour objectif de mettre en cohérence les programmes de formation avec les besoins des partenaires économiques sur le territoire
  • L’école de la 2ème chance (E2C) et le dispositif d’insertion pour un nouvel avenir (DINA) sont des actions spécifiques en faveur des jeunes de 18 à 25 ans en difficulté, sortis du système scolaire sans qualification, pour favoriser leur intégration professionnelle et sociale
  • Enfin, le fonds d’aide à l’insertion, la formation des aides soignants et auxiliaires de puériculture, le chèque d’accompagnement de la validation des acquis de l’expérience, l’aide à la mobilité, le dispositif en faveur des actifs sont autant de mesures que la CTC met en place pour favoriser l’insertion professionnelle et sociale des Corses.
L’apprentissage se décline à travers 7 centres de formation, qui accueillent 2 100 apprentis actuellement.
Une territorialisation des formations permet d’adapter l’offre de formation aux besoins économiques et sociaux des territoires. Elle permettra à 350 jeunes de bénéficier cette année de cette délocalisation d’enseignements généraux dans les micro-régions.

La CTC, consciente de l’enjeu que représente l’orientation tout au long de la vie, vient de décider, en septembre 2016, un plan d’actions prioritaires permettant le déploiement sur son territoire du service public territorial de l’orientation, qui permettra de présenter une offre de service dématérialisée, structurée, riche en contenus, qui permette à chaque citoyen de disposer d’une information professionnelle complète et utile.

l’enseignement de la langue et de la culture corses

Le soutien de la CTC à la langue et à la culture corses a pour objectif à long terme de conduire tous les élèves à un bilinguisme équilibré français-corse, objectif qui doit lui-même être mis en perspective dans le cadre d’un projet sociétal.

Ce projet sociétal est inscrit au cœur du Plan stratégique d’aménagement et de développement linguistique pour la langue corse 2007-2013, qui a été renouvelé en avril 2015 avec l’adoption du Plan Lingua 2020.
C’est ce plan qui a fixé les objectifs de généralisation du bilinguisme et des 3 heures hebdomadaires pour les classes standards (non bilingues).
Une convention conclue entre la CTC et l’Etat prévoit les mesures d’accompagnement nécessaires, et notamment celles relatives à la formation initiale et à la formation continue des enseignants.

Dans le domaine scolaire, la CTC accompagne le développement du bilinguisme par divers dispositifs :
les centres d’immersion,
les ateliers de pratique artistique, qui favorisent une meilleure appropriation de la langue corse par les élèves en situation de communication,
les aides aux sites bilingues,
l’édition pédagogique.

En direction du public adulte, la CTC consacre ses efforts vers la formation et la certification d’adultes à la langue corse par des dispositifs comme le soutien aux associations dispensant des cours de corse et une méthode internet, l’offre en immersion, le certificatu di lingua corsa et les modules langue corse dans les formations professionnelles.

Les grands dossiers à venir concernent la création d’une agrégation de langue corse et la signature de la convention relative au Plan de développement, qui acte quelques innovations, notamment l’expérimentation de l’« immersion » en maternelle et la continuité CM2/6ème pour l’étude du corse.

Enfin une convention est en cours relative au Grand Plan de formation des enseignants à la langue corse, pierre angulaire de la réussite de la généralisation de l’enseignement bilingue.