Collectivité Territoriale de Corse

Conflit de la SNCM : déclaration conjointe des Présidents de la CTC et des Présidents des Chambres consulaires de Corse

Lita di a SNCM : dichjarazione cumuna di i Prisidenti di a CTC è di e Camare cunsulare di Corsica

Vendredi 7 Octobre 2005



Conflit de la SNCM : déclaration conjointe des Présidents de la CTC et des Présidents des Chambres consulaires de Corse
Le Président du Conseil exécutif de Corse, le Président de l'Assemblée de Corse, le Président de la CCI de la Corse du Sud, le Président de la CCI de la Haute-Corse, le Président de la Chambre des Métiers de la Haute-Corse, le Président de la Chambre des Métiers de la Corse du Sud, le Président de la Chambre d'Agriculture de la Corse du Sud, le Vice-président de la Chambre d'Agriculture de la Haute-Corse, le Conseiller exécutif Président de l'Office des transports de la Corse, le Conseiller exécutif Président de l'Agence de développement économique de la Corse et le Conseiller exécutif Président de l'Agence du tourisme de la Corse
réunis à l'Hôtel de Région dans la matinée du vendredi 7 octobre,

- expriment leur très vive inquiétude face à la situation de blocage et de presque totale asphyxie que subit la Corse, sa population, ses entreprises, commerciales, industrielles, artisanales et de services, et ses exploitations agricoles ;

- considèrent que le conflit qui paralyse la SNCM ne doit pas conduire à la rupture de la continuité du service public des transports maritimes, et donc à la mise en péril de la Corse et de son économie ;

- s'engagent à défendre la sauvegarde des emplois au sein de la compagnie avec la même force qu'ils défendent les emplois de toutes les entreprises et exploitations dont la survie est actuellement gravement mise en danger ;

- affirment que le droit de grève et l'action syndicale sont des droits constitutionnels qui doivent être respectés ;

- affirment solennellement que, pour autant, les droits constitutionnels au travail et à la libre circulation des biens et des personnes doivent être de la même façon respectés par tous et que l'Etat doit y veiller car c'est sa mission régalienne ;

- demandent donc, de manière pressante, la libération immédiate de tous les ports en Corse et à Marseille, par une action responsable et citoyenne de ceux qui bloquent actuellement leur activité ;

- en appellent avec gravité à la raison, pour que soit évité tout affrontement au sein de la communauté insulaire, car ceux qui se préoccupent des véritables intérêts de la Corse n'ont rien à y gagner ;

- souhaitent très vivement que l'accord des parties permette de mettre fin au plus tôt au conflit de la SNCM afin que celle-ci puisse continuer à assurer la mission de service public qui lui est encore confiée ;

- affirment que ne peuvent être envisagées ni l'entrée de la Collectivité Territoriale de Corse au capital de la compagnie, ni la création d'une nouvelle compagnie financée sur fonds publics ;

- décident de maintenir le groupe de contact qu'ils constituent pour suivre l'évolution de la situation et étudier toutes les mesures nécessaires en faveur du tissu économique et social de la Corse.