Collectivité Territoriale de Corse

Corsica Pôle Tournages au Festival de Cannes : soutien au 1er long metrage de Thierry de Peretti « Les Apaches » sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs

Mardi 21 Mai 2013

Le film sera projeté le 22 mai au Théâtre Croisette à 11H45 et 21H00
Le 23 mai au Cinéma Les Arcades à 22H30
Et le 24 mai au cinéma Studio 13 à 19H30



Depuis plus de 30 ans la CTC soutient le secteur de l’audiovisuel et du cinéma et depuis 10 ans, elle accompagne l’accueil des tournages au travers de sa commission du film : Corsica Pôle Tournages.

Corsica Pôle Tournages au Festival de Cannes : soutien au 1er long metrage de Thierry de Peretti « Les Apaches » sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs

Comme chaque année, le bureau d’accueil des tournages de la Collectivité Territoriale de Corse « Corsica Pôle Tournages » est présent au festival de Cannes sur le stand des régions sous le label Film France. La présence de la CTC à l’un des évènements majeur du cinéma est indispensable afin de communiquer sur l’attractivité du territoire en matière d’accueil de tournages. 

La politique ambitieuse de la CTC dans le secteur, classe la Corse parmi les 10 premières régions française en termes de soutien au cinéma et à l’audiovisuel avec un fonds d’aide de 2.650.000 € en 2012 pour plus de 100 projets.

La participation de la CTC au Festival de Cannes cette année est un peu particulière, avec pour la 1ère fois la sélection d’un film réalisé par un artiste corse dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs.

Thierry de Peretti, né à Ajaccio a ainsi été soutenu par la CTC et accompagné par Corsica Pôle Tournages pour la réalisation de son premier long métrage « Les Apaches » produit par Ferris & Brockman et Stanley White (un collectif de réalisateurs corses dont Thierry de Peretti est membre). Le film a été tourné en Corse à Porto-Vecchio à l’automne 2012.

Téléchargez le dossier de presse du film

dossier_de_presse_les_apaches.pdf Dossier de presse LES APACHES.pdf  (459.42 Ko)


Un fonds d’aide dynamique

La CTC soutient la création cinématographique et la production audiovisuelle sur le territoire à travers un fonds d’aides à la création dans le cadre de la convention tripartite signée entre le CNC, l’Etat et la CTC. Créé en 1986, ce fonds a évolué et a été structuré en 2005 au travers d’un règlement d’aide dans le cadre de la convention avec le CNC.

Ce fonds a accompagné en 2012, les projets de 109 créateurs et sociétés de production pour un montant de 2 578 717 € sur un budget de 2 650 000 €. Ces aides concernent l'écriture, le développement, la production, la diffusion et la promotion des œuvres. Ces aides couvrent la plupart des genres du long-métrage au court-métrage, du documentaire au téléfilm, de la captation de spectacles vivants en passant par l’animation, le video-art ou encore la création multimédia.

Aides à l’écriture et au développement : 301 325 € pour 45 projets soit 12 % des crédits.
Aides à la production : 2 258 050 € soit des 88 % des crédits et 71 % de ces aides concernent des sociétés de production domiciliées en Corse.
Les aides à la production attribuées au court métrage représentent 25 % du total de ces aides, soit 565 500 € pour 20 films. Celles attribuées au documentaire représentent 58 % du total de ces aides, soit 1 302 750 € pour 33 documentaires unitaires et 4 séries.
La fiction TV représente 9 % du total des aides à la production pour 2 séries de fiction, soit 239 800 €. Enfin, un seul long métrage a été aidé en 2012, pour un montant de 150 000 €
Aides à la post production : 19 342 € soit 1 % des crédits

La CTC a également mis en place dans le cadre de la continuité territoriale des aides au transport du matériel technique et des personnes, dans l’idée de diminuer le handicap insulaire.

Cette politique a été récompensée en festival pour les fictions TV et de nombreux documentaires, mais également en cinéma avec la sélection en 2007 en compétition officielle du festival de Cannes du long-métrage de Bela Tarr « L’homme de Londres » tourné à Bastia, et aujourd’hui du premier long métrage de Thierry de Peretti « Les Apaches » en sélection à la Quinzaine des réalisateurs.

Une filière audiovisuelle corse autour de la chaîne France 3 Corse / ViaStella

Initialement constituée autour d'une poignée d'associations, la filière audiovisuelle corse a véritablement émergé à partir de 1994 avec la création d’une unité de programmes à France 3 Corse. Des sociétés de production se sont alors créées puis développées essentiellement autour du documentaire. L’île compte aujourd’hui près d’une quarantaine de producteurs, dont certains se sont diversifiés dans les domaines de la fiction et du court métrage.

En 2007, la création d’une chaîne régionale de plein exercice rattachée à France Télévisions (fortement impliquée dans les coproductions de documentaires) a permis de structurer de manière pérenne la filière audiovisuelle insulaire. Avec 20 heures de programmes journaliers diffusés au plan local (TNT) et national (satellite, câble et ADSL), la chaîne offre une vitrine à la création corse et méditerranéenne.

Une diffusion au travers de festivals et de la Cinémathèque de Corse

La CTC soutient également de nombreux festivals de cinéma qui se déroulent en Corse :

 

La Cinémathèque de Corse (outil de la CTC), créée en 2000 à Porto-Vecchio assure également une mission de conservation et de valorisation du patrimoine cinématographique insulaire, en organisant de nombreuses avant-premières.


Un tissu de techniciens dont la plupart ont été formés à l’Université de Corse

La création en 2000 d’une licence professionnelle « audiovisuel » au sein de l'IUT de l’Université de Corse  a joué un rôle important dans le développement des compétences du secteur dans l’île. Par ailleurs, l’Université a mis en place en 2011, un diplôme Bac +4 « Créations et techniques audiovisuelles et cinématographiques de Corse » en partenariat avec le GREC (Groupe de recherche et d’essai cinématographique).

Une filière audiovisuelle corse autour de la chaîne France 3 Corse / ViaStella
Une diffusion au travers de festivals et de la Cinémathèque de Corse
Un tissu de techniciens dont la plupart ont été formés à l’Université de Corse

Ainsi, près d’une centaine de techniciens, une centaine d’artistes et une soixantaine de figurants sont inscrits dans la base TAF (techniciens, artistes, figurants) administrée par Film France et gérée au niveau local par Corsica Pôle Tournages.

De plus, la CTC a mis en place des ateliers de formation avec le GREC, les ateliers Varan, la formation Eurodoc ou encore un atelier d’écriture de scénario franco-italien « Atelier Farnèse ».

Corsica Pôle Tournages au service de l’accueil en Corse

Créé par la CTC en 2003, Corsica Pôle Tournages est un espace d’échanges, d’accueil et d’assistance aux professionnels de l’audiovisuel et du cinéma financé par la CTC et par le CNC dans le cadre de la convention CTC/CNC et membre du réseau Film France.

Les services offerts par Corsica Pôle Tournages sont les suivants :
  • mise à disposition de bases de données : techniciens, comédiens, figurants, fournisseurs, sociétés de production 
  • pré-repérages et repérages
  • autorisations de tournages
  • relais avec les institutions insulaires
  • soutien logistique (transport, hébergement, services divers...) et administratif.
Depuis sa création, Corsica Pôle tournages a vu son activité évoluer d’année en années. L’évolution des productions endogènes et exogènes a permis la professionnalisation d’un noyau de techniciens et de comédiens insulaires.
Corsica Pôle Tournages au Festival de Cannes : soutien au 1er long metrage de Thierry de Peretti « Les Apaches » sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs

Chaque année Corsica Pôle Tournages reçoit plus d’une centaine de demandes d’informations en vue de tournages dans l’île. Ces demandes concernent essentiellement l’accompagnement en matière de pré repérages, une aide logistique en vue de l’obtention d’autorisations de tournage, des informations concernant le dispositif de soutien financier mis en place par la Collectivité Territoriale de Corse et bien entendu tout ce qui concerne les ressources locales de techniciens et de comédiens.

Depuis quelques années, on constate que l’activité du documentaire, des programmes de flux et des films institutionnels représente une part importante, près de 80 % des jours de tournages dans l’île, du fait notamment de la spécialisation des sociétés de production installées en Corse.

Le court métrage est également en constante évolution, depuis notamment la mise en place en 2011 du Diplôme Universitaire CREATACC de l’Université de Corse en partenariat avec le GREC (groupe de recherches et d’essais cinématographiques) qui permet aux étudiants de réaliser un premier film dans des conditions professionnelles.

Enfin, l’activité de long métrage et de fiction TV qui reste irrégulière (la production d’un long métrage est très lourde à monter et son aboutissement résulte du croisement de paramètres artistiques et économiques. La démarche d’un tournage en Corse repose essentiellement sur le sujet traité ou sur la volonté du réalisateur et/ou du producteur) assure un impact économique important avec des retombées quantifiées autour de 20 à 25 % des budgets, notamment pour les longs métrages (cinéma et fiction TV).

Le court métrage

Depuis 2003, Corsica Pôle Tournages a accompagné et recensé près de 100 courts métrages tournés en Corse pour plus de 590 jours de tournages. En moyenne un court métrage représente 6 jours de tournages et près de 90 % des courts métrages tournés ont bénéficié du fonds d’aide de la CTC.

Révélateur de talents, permet bien souvent à de futurs réalisateurs de long métrage de faire leurs armes. On peut citer, parmi les réalisateurs corses Gabriel le Bomin dont le court métrage, L’occupant tourné en Corse en 2005 et aidé par la CTC a précédé le tournage du 1er long métrage du réalisateur. Mais également, Thierry de Peretti qui a tourné en Corse ses 2 premiers courts métrages, Le jour de ma mort en 2005 et The sleepwalkers en 2009 afin de réaliser son long métrage Les Apaches en 2012 (film sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs du prochain festival de Cannes).

Des réalisateurs étrangers ont également tourné des courts métrages en Corse, comme le belge, Michaël R. Roskam qui avant d’avoir réalisé son 1er long métrage Bullhead (sélectionné aux Oscars) a tourné en Corse en 2005 son court métrage, Une seule chose à faire, avec son acteur fétiche Mattias Schoenaerts.

En 2012,
18 courts métrages ont été tournés en Corse pour 103 jours de tournage.
12 de ces films ont bénéficié du soutien de la CTC.
45 films ont été réalisés dans le cadre du diplôme CREATACC dont l’excellent Chiens de Caroline Poggi qui a été sélectionné en compétition labo au prestigieux festival international de Clermont-Ferrand. 6 films ont été réalisés dans le cadre de la licence de l’Université.
7 films dans des conditions de production professionnelle dont le film de Frédéric Farrucci, Suis-je le gardien de mon frère ? produit par la Voie Lactée et également sélectionné en programmation région au festival international de Clermont-Ferrand.

Le long métrage

Depuis 2003, 28 longs métrages on été tournés en Corse pour un total de 523 jours de tournages, soit une moyenne de 3 longs métrages tournés par an pour une moyenne de 52 jours de tournages par an et 18 jours de tournage par films.

Corsica Pôle Tournages au Festival de Cannes : soutien au 1er long metrage de Thierry de Peretti « Les Apaches » sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs

Des années ont été plus prolifiques que d’autres, comme cela a été le cas en 2003, 2005 et 2008.

L’année 2003 a été très dense avec 5 longs métrages tournés pour 171 jours de tournages avec L’enquête Corse d’Alain Berberian, Le Silence d’Orso Miret, Le cadeau d’Helena de Frédéric Graziani, Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet ou encore Trois petites filles de Jean-Loup Hubert.

En 2005, la Corse a accueilli 4 longs métrages dont Ava è mortu de Robin Renucci, Fin de règne de Gérard Guerrieri, Comme tout le monde de Pierre Paul Renders pour un total de 82 jours de tournage.
A noter : L’Homme de Londres de Bela Tarr dont le tournage a débuté en 2005 puis s’est poursuivi en 2007 (comptabilisé en 2007), sélectionné au Festival de Cannes.

En 2008, 5 longs métrages on été tournés (dont 3 productions étrangères venant d’Inde) et 2 films français dont Joueuse de Caroline Bottaro et Nuit bleue d’Ange Leccia.

En 2009 et 2010, la Corse a recensé 7 longs métrages pour 78 jours de tournages dont 2 films étrangers et 5 films d’initiative française avec Noir Océan de Marion Hansel, Au cul du loup de Pierre Duculot, ou encore Itinéraire bis de Jean Luc Perreard.

En 2011, 2 longs métrages ont été tournés dans l’île (avec peu de jours de tournages) : Comme des frères d’Hugo Gélin (sélectionné au Festival de Cannes) et Pour quelques poussières d’Emmanuel Roy.

L’année 2012 a permis d’enregistrer de bons résultats avec des tournages comme Ymma de Rachid El Ouali (long métrage étranger) ou encore Les Apaches de Thierry de Peretti, 1er long métrage produit par Ferris & Brockman et Stanley White (collectif de réalisateurs corses) sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs du prochain festival de Cannes (ce qui est une 1ère pour un réalisateur corse).

L’année 2013 devrait également être un bon cru avec le tournage du long métrage Les Francis à compter du 13 mai 2013 (produit par Save Ferris et la Petite Reine) et deux autres long métrages en préparation.

Soutien de la CTC et retombées économiques
Il convient de souligner que les films tournés en Corse ne bénéficient pas automatiquement du soutien du fonds d’aide de la CTC.
Ainsi sur les 28 longs métrages tournés en Corse depuis 2003, 11 films ont bénéficié du soutien de la CTC dans le cadre de l’aide à la production plafonnée à 150 000 €.
Le règlement du fonds d’aide de la CTC stipule qu’une production doit prévoir des retombées économiques locales d’au moins 150 % de la subvention versée.
Les termes de « retombées économiques » comprennent les salaires des comédiens et techniciens embauchés en région, les dépenses d’hébergement, de restauration et toutes les autres dépenses réalisées sur le territoire.
Ainsi, sur une aide au long métrage plafonnée à 150 000 €, le montant prévisionnel des dépenses en Corse doit être d’au moins de 225 000 €.
En réalité, les retombées économiques sont beaucoup plus élevées représentant entre 2 et 5 fois le montant de la subvention en cas d’aide de la CTC et une moyenne de dépenses de 1 000 000 € par long métrage.

Les fictions TV

Le tournage de fictions télévisuelles tend à se développer de plus en plus en Corse, que cela soit dans le cadre de fictions TV unitaires ou de séries.
Depuis 2003, 20 fictions TV ont été tournées en Corse pour un total de 497 jours de tournage.

Fictions TV unitaires
Depuis 2003, 8 fictions TV unitaires ont été tournées en Corse pour un total de 173 jours de tournages : Colomba de Laurent Jaoui en 2004 ; Liberata de Philippe Carrese et Petit homme de Benoit d'Aubert en 2005 ; Les héritières d’Harry Cleven en 2008 ; Main basse sur une île d’Antoine Santana, Mission sacrée de Daniel Vigne, 2016 The end of the night de Tim Fehlbaum en 2010 et Les Anonymes de Pierre Schoeller en 2012.

Séries TV
Depuis 2003, on dénombre 324 jours de tournages concernant les séries TV, avec Mafiosa pour Canal Plus (dont le tournage est effectué intégralement en Corse depuis la 3ème saison en 2010) ; U trinichellu (2009) pour France 3 ; Casalone (2009), Hôtel (depuis 2010) et les séries format court La vitesse de l’amour et Versi è Tela pour France 3 Corse/ViaStella.

Deux séries TV font l’objet actuellement de tournages récurrents en Corse depuis 2010 : Mafiosa et Hôtel. Ces deux séries représentent à elles seules 72 % des jours de tournage de séries depuis 2003 (dont 38 % pour Mafiosa et 33 % pour Hôtel).
En 2011, les séries Mafiosa et Hôtel ont représenté respectivement 41 et 36 jours de tournages. Il convient de noter que ces séries permettent à de nombreux scénaristes, techniciens et comédiens insulaires de travailler. De plus, la production de Mafiosa a confié pour la saison 4 la réalisation à un réalisateur insulaire, Pierre Leccia et la musique de la série à été composée par Pierre Gambini.

L’année 2013 devrait permettre de bons résultats avec le tournage de la 5ème saison de Mafiosa (canal +) et une nouvelle série pour France 2.

Soutien de la CTC et retombées économiques
La CTC soutient les 2 séries phares tournées en Corse.
Ainsi la série Hôtel avec un soutien de 180 000 € par saison pour Hôtel (pour un budget de 650 000 € représentant des dépenses intégrales en Corse, puisque la série est tournée dans l’île et fait appel à des comédiens et techniciens insulaires.
Concernant Mafiosa, celle-ci a été aidée à partir de 2010 pour la saison 3 (date de localisation du tournage en Corse) à hauteur de 200 000 € pour la saison 3 et de 180 000 € pour la saison 4 (tournée en 2011) avec des retombées économiques évaluées à plus de 2 000 000 € par saison.

Téléchargez le dossier de presse de la CTC

dossier_de_presse_politique_ctc.pdf Dossier de presse CTC.pdf  (183.43 Ko)