Collectivité Territoriale de Corse

Cummemurazione di u 210u anniversariu di a morte di P. Paoli 07/02/2017 - Discorsu di u Presidente di u Cunsigliu Esecutivu di Corsica, Gilles Simeoni

Mercredi 8 Février 2017




Carissimu Presidente di l’Assemblea di Corsica,
Carissimi Cunsiglieri Esecutivi, elette è eletti,
Carissimi funziunarii,
Cari amichi,
 
Ci vole à tene a mente ciò chì Pasquale Paoli ha fattu è ciò ch’elli anu fattu i Naziunali per dà à st’isula è stu paese u sensu di u bè publicu, u sensu di l’interessu naziunale ch’è no circemu oghje, incu determinazione, à mentene è à rifurzà.
Ind’è stu 18simu seculu chì fù quellu di i lumi, Pasquale Paoli hè statu lume pè a Corsica, hè statu lume pè l’Auropa, hè statu lume pè u mondu sanu. E quessu, ci vole à tene lu a mente, è un ci vole micca scurdassi. Certi ci dicenu chì oghje, forse, ne femu troppu. Chì durante anni e anni, ùn ci hè statu nunda o guasi per cummemurà st’omu. Ma per noi, era nurmale d’urganizà sta ceremonia, incu voi, pè voi è ancu pè noi.
U passatu dunque, è u presente dinù, perchè simu tutti veramente cumossi, quandu no fidighjimu, quandu no amparemu, di vede quant’ellu hè statu un omu di mudernità e di riflessione muderne, u Babbu di a patria, indè tutte e tematiche chì oghje toccanu direttamente è nostre sucietà. Quand’ellu si parla di tulerenza religiosa, hè una forma di ribombu cù certe pusizione d’oghje ; quelle chì no cumbattimu, è quelle chì no circemu di difende. Quand’ellu si parla di « respublicà» è di u bè cumunu, d’una certa manera di cuncepì st’amministrazione, st’amministrazione  ch’è vo fatte campà tutti i ghjorni, è vi ne ringraziemu, hè vera chì pudemu amparà assai di ciò ch’ellu hà circatu à fà per creà, ind’è u spiritu di i corsi, una relazione a à so amministrazione è u so Statu chì ùn fussi più quella di a famiglia, di u paese, o di l’urganisazione sottu statale. E que, hè dinù una lascita chì hè una lascità impurtante assai. Allora, eccu, noi ùn simu micca quì davantu à una statua pè dì chì Pasquale Paoli deve esse u guida di i nostri passi oghje. Ghjè una referenza tamanta, ghjè una parte di a nostra storia, è pudemu esse fieri. Ghjè dinu una cavusgiula che no circemu à tene a mente à ogni passi, à ogni scelte quandu e cose sò difficiule. E sapemu chì certe volte emu à fà scelte difficiule, di dì chì ci hè una strada, ci hè una strada chì hè quella di l’onestità, quella di u rispettu, di u bè cumunu, quella di a fiertà dinù. A ripettu una volta di piu, a fiertà di travaglià ind’è iss’amministrazione di a Cullettività territuriale di Corsica, chì hà in carica l’interessi di a Corsica, è di u populu Corsu.

Et je voudrais terminer en vous disant que cette cérémonie, comme toute les autres que nous partageons ensemble, c’est également l’occasion de dire que nous sommes heureux et fiers d’être à vos côtés. Et à notre sens que vous devez aussi, quelles que soient les difficultés, quelles que soient parfois les incompréhensions et les revendications, les périodes de tension qui se voient dans toute administration, vous avez des droits, et vous avez des devoirs. Et au-delà de ces droits et de ces devoirs, je crois que vous pouvez être fiers. Vous pouvez être fiers de vous dire que tous les matins lorsque vous arrivez dans cette maison, vous travaillez pour la Corse, vous travaillez pour le bien commun, vous travaillez pour vous, vous travaillez pour nous, et vous travaillez pour les générations à venir.

Je tiens enfin à remercier les chanteurs venus, tout spécialement, pour que nous chantions ensemble le Diu vi Salvi Regina en ce jour d’hommage à Pasquale Paoli.
 

Monsieur le Président de l’Assemblée de Corse,
Mesdames et Messieurs, les Conseillers exécutifs de Corse,
Mesdames et Messieurs les élus,
Chers fonctionnaires de la Collectivité de Corse,
Chers amis, 
 
 
Gardons en mémoire ce qu’a réalisé Pasquale Paoli et ce que les Naziunali ont fait pour donner à cette île, à ce pays, le sens du bien public, le sens de l’intérêt national, que nous cherchons aujourd’hui à maintenir et à renforcer avec détermination.
Dans ce 18ème siècle qui fut celui des Lumières, Pasquale Paoli a été une lumière pour la Corse, une lumière pour l’Europe, une lumière pour le monde entier. Il faut garder cela en tête, et surtout, ne pas l’oublier.
Certains nous disent aujourd’hui que nous en faisons peut-être un peu trop, que pendant des années, rien n’était organisé. Mais, pour nous, il était normal que nous organisions cette cérémonie, avec vous, pour vous, mais aussi pour nous.
Nous avons évoqué le passé, et le présent aussi. Et nous sommes émus quand nous regardons, quand nous apprenons, quand nous voyons ô combien Pasquale Paoli, le Père de la Patrie, fut un homme de modernité, de réflexions modernes, dans toutes les thématiques qui touchent aujourd’hui directement nos sociétés. Lorsqu’il évoquait la tolérance religieuse, cela fait écho à certaines positions actuelles, celles que nous combattons et celles que nous cherchons à défendre.
Lorsqu’il évoquait la « Respublica » et le bien commun, c’est d’une certaine manière la conception de cette administration, l’administration que vous faites vivre tous les jours, et nous vous en remercions. Nous pouvons beaucoup apprendre de ce qu’il a essayé de créer, dans l’esprit des Corses ; à savoir cette relation avec l’administration et l’Etat, qui était plus celle d’une famille. Et tout cela, c’est également un héritage important.
Nous ne sommes pas ici, devant la statue de Pasquale Paoli pour dire qu’il doit être le guide de nos pas aujourd’hui. Il représente une immense référence, il est une partie de notre histoire, et nous pouvons être fiers. Il est aussi une étincelle que nous cherchons à garder en nous, au quotidien, à chaque fois que nous sommes confrontés à des choix difficiles. Et nous le savons, parfois, les décisions sont difficiles à prendre. Cependant, nous savons que nous pouvons suivre cette voie, la voie de l’honnêteté, du respect, du bien commun, celle de la fierté aussi.
Je le répète une fois de plus, la fierté de travailler dans cette administration qu’est la Collectivité territoriale de Corse, elle qui a en charge l’intérêt de la Corse, l’intérêt du peuple corse.
Et je voudrais terminer en vous disant que cette cérémonie, comme toute les autres que nous partageons ensemble, c’est également l’occasion de dire que nous sommes heureux et fiers d’être à vos côtés. Et à notre sens que vous devez aussi, quelles que soient les difficultés, quelles que soient parfois les incompréhensions et les revendications, les périodes de tension qui se voient dans toute administration, vous avez des droits, et vous avez des devoirs. Et au-delà de ces droits et de ces devoirs, je crois que vous pouvez être fiers. Vous pouvez être fiers de vous dire que tous les matins lorsque vous arrivez dans cette maison, vous travaillez pour la Corse, vous travaillez pour le bien commun, vous travaillez pour vous, vous travaillez pour nous, et vous travaillez pour les générations à venir.
Je tiens enfin à remercier les chanteurs venus, tout spécialement, pour que nous chantions ensemble le Diu vi Salvi Regina en ce jour d’hommage à Pasquale Paoli.