Collectivité Territoriale de Corse

Desserte aérienne : un bilan globalement favorable

Serviziu aereu : un bilanciu favurevule à l'inseme

Lundi 10 Juillet 2006



Desserte aérienne : un bilan globalement favorable
A la suite des récentes déclarations du Président de la chambre de commerce et d'industrie d'Ajaccio et de la Corse-du-sud sur la desserte aérienne, Antoine Sindali, Conseiller exécutif et président de l'Office des transports tient à apporter les précisions suivantes :

«Le système mis en place découle d'une concertation permanente initiée par l'Office des Transports avec les acteurs locaux, notamment les chambres de commerce et a fait l'objet de votes largement majoritaires, parfois sans opposition à l'Assemblée de Corse.

La faiblesse démographique de la Corse justifie l'existence d'un service aérien à l'année et non seulement en période d'affluence.
L'intervention des pouvoirs publics est donc nécessaire.
Rien n'empêche cependant, qu'à côté du service public, mais pas contre lui, se créent d'autres lignes communautaires ou nationales, comme il en existe déjà, avec le soutien des chambres de commerce.

Certes, en 6 ans, les crédits de continuité territoriale sont passés pour la desserte aérienne de 220 à 404 MF par année.

Une centaine de millions ont servi à compenser la hausse du prix du pétrole qui a porté les dépenses de carburant de 55 MF en 1999 à 155 MF en 2005.
Le reste a permis de baisser certains tarifs, comme, l'aller-retour Corse-Paris, en tarif résident qui est passé de1550 F en 1999 à 1250 F TTC en 2005.

Aucune hausse n'a été répercutée sur le prix des billets grâce aux crédits de la continuité territoriale et le plein tarif fixé par les OSP est bien inférieur aux tarifs de lignes continentales comparables.

Le bilan est donc globalement favorable pour la Corse !»