Collectivité Territoriale de Corse

Discorsu di u Presidente di l'Assemblea di Corsica, Jean-Guy Talamoni in apertura di a sessione di U 27 di lugliu di u 2017

Discours du Président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, en ouverture de la séance publique du 27 juillet 2017

Jeudi 27 Juillet 2017




Care culleghe, Cari culleghi,

Nanzu di principià, è di vultà nant’à u sugettu di i fochi, vogliu salutà u Presidente Dumenicu Bucchini, chì hà avutu un’operazione eri. Li preghemu di ritruvà prestu a salute è di vultà quì incù noi.

D’altronde, vogliu avè una pinsata per u Prete Hamel, assassinatu un annu fà in Saint-Etienne du Rouvray, vittima di a scimità è di l’odiu.

Infine, nantu à un altru pianu, vogliu dì à i salariati di u Sporting, à i so partinarii è à tutti i so sustenidori quant’è no simu tocchi da a sorte spurtiva è suciale di u Club. Simu sempre avà in leia cù l’attori ecunomichi per truvà una suluzione, ancu s’è no sapemu cum’ell’hè pessima a situazione.

Per via di a ripresa di u focu in Furiani, sta sessione hà pigliatu una forma particulare. Avemu vutatu, qualchì minutu fà, duie resuluzione per chì, frà altru, mezi nicessarii sianu messi prestu à dispusizione di i SDIS.

In stu mumentu, seguitemu l’evuluzione di u focu di Furiani è chjamemu tuttu ognunu à a prudenza. Ùn la diceremu mai abbastanza, felicitazione è grazie à tutti i spinghjifochi di a Corsica.

Sta stagione hè più dura chè mai. Hè principiata à bon’ora cù i fochi di Bunifaziu. Eramu intervenuti tandu vicinu à u Primu ministru per ch’elle fussinu pruibite e prove militare in tempu di sicchia. Ùn simu micca stati intesi. In Casta, a legione hà picciatu torna u focu un mese dopu. Di lugliu, a securità civile hà pusiziunatu un solu Canadair in funzione. L’altru ghjera in panna. Allora e suluzione, cum’è sempre, e circhemu da per noi, ind’è noi è in giru à noi.

Accresce i mezi aerei di a lotta è a cuuperazione internaziunale

A nostra Assemblea ùn hà micca aspettatu u focu di Biguglia per circà d’altri mezi aerei di lotta contr’à u focu. Hà aduttatu u 1u di ghjugnu una muzione di u gruppu Corsica Libera per custruisce una cuuperazione aurupea di lotta contr’à i fochi. U 4 di lugliu, cù u Presidente sardu Gianfranco Ganau è u Cunsigliu permanente corso sardu, avemu validatu st’accordu di cuuperazione trà e nostre duie isule. L’Assemblea di a Giuventù hà, ancu ella, aduttatu una muzione rilativa à i fochi. Vulteraghju nant’à sti dui punti più tardi cun dui raporti.
Al di là di st’accordi, pensu chì l’attivazione di a cuuperazione ùn deve passà nè per Roma, nè per Parigi ma per rilazione urizontale è dirette. Ci tocca à pudè chjamà o risponde direttamente à i bisogni di cuuperazione internaziunale. Hè una quistione d’efficacità è di bon sensu. A verticalità, ghjè, in Francia, un eredu ideulogicu è negativu di i seculi passati. Disgraziatamente, a vidimu torna oghje.
Si sà, in u mondu attuale, quant’ellu hè di primura u tempu, si sà quant’ellu pò fà danni, s’è n’aspettemu troppu. Tengu nant’à stu puntu à ringrazià i Taliani chì ci anu mandatu un aviò. Sta sulidarità hè un attu maiò chì ci tocca à salutà.

Cambiamentu climaticu : custruisce una visione strategica

Ùn cheremu micca a limosina à u Statu. Li dimu chì, moltu più in un cuntestu di cambiamentu climaticu, avemu bisognu di mezi adattati à a Corsica è a i periculi ch’ella ci pò arricà a natura. Focu è sicchia l’estate, fiumara l’inguernu. Dipoi parechji mesi, a Corsica ùn hà mai cunnisciutu tante catastrofe naturale. À sente à l’esperti internaziunali di u GIEC, a crescita di a frequenza è di l’intensità di e timpeste hè in lea incù u cambiamentu climaticu. Dunque l’affare duverebbe cuntinuà à cresce.

S’è no travagliemu à circà suluzione, à u nostru livellu, per riduce u pesu di l’Omu nant’à stu cambiamentu climaticu è ambientale, ci tocca dinù à circà suluzione per adattà ci à stu cambiamentu maiò, al di là di u parapara di i ghjorni di crisa, di focu o di timpesta. Credu ch’avemu bisognu di multiplicà scambi cù i circadori di l’Università di Corsica. Seranu elli à inventà è à creà suluzione chè n’averemu à sceglie è à sustene. Ci tocca dunque à urganizà a custruzzione cullaburativa di sta visione strategica trà u puliticu, u scentificu è l’attori suciali di terrenu.

In u duminiu di i fochi, era u sensu di tutte e decisione ch’avemu pigliatu st’ultimi tempi, dapoi a deliberazione di u primu di ghjungnu, sin’à u votu di e resuluzione d’oghje.
Mi paria, in stu mumentu particulare, impurtante di ramintà à u Statu chì a nostra Assemblea è u Cunsigliu esecutivu avianu anticipatu sta situazione critica è chì, torna una volta, per contu nostru, pigliemu e nostre respunsabilità.

A ringrazià vi.

Chers collègues,

Avant de débuter et de revenir sur le sujet des incendies, je veux saluer le Président Dominique Bucchini, qui a été opéré hier. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement et un retour rapide parmi nous.

Par ailleurs, je veux avoir une pensée pour le Père Hamel, assassiné il y a un an à Saint-Etienne du Rouvray, victime de la folie et de la haine.

Enfin, sur un autre plan, je veux dire aux salariés du Sporting Club de Bastia, à ses partenaires et à tous ses supporters combien nous sommes préoccupés par le sort sportif et social du club. Nous sommes toujours en lien avec les acteurs économiques pour trouver une solution, même si nous savons que la situation est critique. En raison de la reprise de l’incendie à Furiani, cette session a pris une tournure particulière. Nous avons voté il y a quelques minutes deux résolutions, notamment pour que des moyens supplémentaires soient mis rapidement à disposition des SDIS. En ce moment-même, nous suivons l’évolution du feu de Furiani et nous appelons tout le monde à la prudence. Nous ne le dirons jamais assez, félicitations et merci à tous les pompiers de Corse.

 
Cette saison est plus difficile que jamais. Elle a commencé tôt avec les feux de Bunifaziu. Nous étions alors intervenus auprès du Premier ministre pour que soient interdits les exercices militaires en période de sécheresse. Nous n’avons pas été entendus. À Casta, la légion étrangère a provoqué un incendie un mois plus tard. En juillet, la Sécurité civile a positionné un seul Canadair en Corse. Le second était en panne. Alors, comme toujours, nous cherchons nous- mêmes des solutions, chez nous et autour de nous.

Accroître les moyens aériens de lutte et la coopération internationale

Notre Assemblée n’a pas attendu le feu de Biguglia pour chercher d’autres moyens aériens de lutte. Elle a adopté le 1er juin une motion pour construire une coopération de lutte contre les feux. Le 4 juillet, avec le Président sarde Gianfranco Ganau et le Conseil permanent corso-sarde, nous avons validé cet accord de coopération entre nos deux îles. L’Assemblea di a Giuventù a, elle aussi, adopté une motion relative aux feux de forêt. Je reviendrai plus tard sur ces deux points à travers deux rapports.

Au-delà de ces accords, je pense que le déclenchement de cette coopération ne doit passer ni par Rome ni par Paris mais par des relations horizontales et directes. Il nous faut pouvoir demander ou répondre directement aux besoins de coopération internationale. C’est une question d’efficacité et de bon sens. La verticalité est, en France, un héritage idéologique et négatif d’un autre temps. Malheureusement, nous le constatons de nouveau aujourd’hui.

On sait dans le monde actuel à quel point la question du temps est primordiale, on sait combien les dégâts peuvent être importants si l’on attend trop. Sur ce point, je tiens à remercier les Italiens qui nous ont envoyé un avion. Cette solidarité est un acte majeur qu’il nous faut saluer.

Changement climatique : construire une vision stratégique

Nous ne faisons pas l’aumône à l’Etat. Nous lui disons que, a fortiori dans le contexte de changement climatique, nous avons besoin de moyens adaptés à la Corse et aux dangers que peut provoquer la nature. Feux et sécheresse l’été, inondations l’hiver : la Corse n’a jamais connu autant de catastrophes naturelles que ces derniers mois. Selon les experts du GIEC, l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des tempêtes est liée au changement climatique. Cela devrait donc s’aggraver.

Si nous cherchons des solutions, à notre niveau, pour réduire le poids de l’Homme sur ce changement climatique et environnemental, il nous faut également trouver des solutions pour nous adapter à ce changement majeur, au-delà du « sauve-qui-peut » les jours de crise, de feu ou de tempête. Je crois que nous avons besoin de multiplier les échanges avec les chercheurs de l’Université de Corse. Ce sera à eux d’inventer et de créer les solutions que nous devrons choisir et soutenir. Il nous faut donc construire la collaboration entre le politique, le scientifique et les acteurs sociaux de terrain.

Dans le domaine des incendies, c’était le sens de toutes les décisions que nous avons prises ces derniers temps, depuis la délibération du 1er juin, jusqu’au vote des résolutions aujourd’hui.

En ce moment particulier, il me semblait important de rappeler à l’Etat que notre Assemblée et le Conseil Exécutif avaient anticipé cette situation critique et que, une nouvelle fois, pour notre part, nous prenons nos responsabilités.

Je vous remercie.