Collectivité Territoriale de Corse

Discorsu di u Presidente di l'Assemblea di Corsica, Jean-Guy Talamoni in apertura di a sessione di u 1u di ghjugnu di u 2017

Discours du Président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, en ouverture de la séance publique du 1er juin 2017

Jeudi 1 Juin 2017




Care culleghe, Cari culleghi,
 
Prima di principià, vogliu chè no pensessimu à un anziana cunsigliera andata troppu à bon’ora, Marie-Jeanne Mosconi, eletta in u 2007.
Vogliu dinù ammintà a memoria di Jean-Paul Jimenez, agente di e strade di a CTC, andatu stu mese. Ch’elli riposinu in pace. Per elli, vi dumanderaghju di rispettà un minutu di silenziu.

Vi vulerebbi dì, di modu sulenne, quantu ellu hè forte in stu mumentu u mio penseru per a nostra giuventù.

Vi vulerebbi dì quantu ellu hè inacettevule à parè meiu, di sapè giovani studienti, è ancu liceani, incarcerati, quandu l’aspettanu i banchi di l’università o di u liceu.

Più va, più s’impighjurisce a situazione.

Si sà chì in ogni paese, à ogni epica, a giuventù hè sempre a parte di a pupulazione a più pronta à infiarà si.
Si sà dinù chì in li ghjorni d’oghje, a nostra giuventù cunnosce angosce chì per contu nostru, ùn l’avemu cunisciute. Compii i nostri studii, eramu sicuri di buscà un travagliu, di pudè truvà un alloghju, di fundà una famiglia. Oghje, l’affari sò cambiati. U diploma ùn hè più l’assicuranza di truvà un impiegu ch’ella era tandu. È ancu l’impiegu, quandu ellu si trova, pò trasfurmà un giovanu in un travagliadore poveru.

Per a prima volta dipoi u Medievu, i giovani d’oghje averanu cundizione di vita menu bone chè i so parenti. À i nostri giovani, li trasmettimu un mondu menu sicuru chè quellu ch’avemu trovu noi.

In Corsica cum’è in altrò, a giuventù ghjè una brusta. Quelli chì cercanu à attizzà la piglianu rispunsabilità tamante. Ci tocca à dì la.
 
L’affare Reims-Bastia hè statu un inghjustizia maiò. Avemu vistu i filmi di u carrughju di Reims, ma e viulenze purtate contru à i giovani da a pulizza fermanu sempre prutette è zitte da l’auturità di u Statu. Più d’un annu di battaglie per a ghjustizia, è disgraziatamente, ne simu sempre à sicutera.

Oghje, vi vogliu ramintà chì a giuventù cunnosce ogni ghjornu a ripressione, ùn c'hè una settimana senza arrestazione massiccie. Cuntemu più di 150 arrestazione. Per 320 000 abitanti, currisponde à 30 500 arrestazione à u livellu di a Francia. Parechji giovani sò oramai incarcerati è ne sò ghjunti à mette a so salute in periculu, cù patifame è greva di i piatti. Certe volte sò minori. Più sò minori, più e cunsequenze nant’à elli ponu esse maiò.

Sti giovani, sò i nostri figlioli, à noi tutti quant’è no simu. Sti giovani, a sapete, voi chì site babbu, mamma, prufessore, a sapete, sò i figlioli di noi altri tutti quì. Tutti.

E dimarchje ch’avemu pussutu purtà cù l’inseme di a maiurità è cù u Presidente di u cunsigliu esecutivu, a deliberazione di l’Assemblea di Corsica di l’estate scorsu, e nostre chjame à l’appaciamentu, sò firmate vane. Ci tocca à ricunosce la.

Eppuru, avemu u focu in casa. Nimu ùn pò prisume di ciò chì si pò passà avà. Nimu ùn cunnosce e cunsequenze nant’à a sucetà sana. Pudemu teme u peghju. L’aghju detta digià, mi tocca à ripete la, oghje, davant’à a nostra Assemblea.

Ùn pudemu micca abbandunà i nostri giovani. Ùn li pudemu micca lascià in prigiò senza fà tuttu u nostru pussibule per rende più sicuru, più bellu, più ghjustu è più liberu u so campà. Sò statu chjamatu parechji ghjorni fà da u gruppu maiuritariu di l’Assemblea di a Giuventù. Aghju ricevutu una delegazione. M’anu dumandatu d’agisce à prò di l’appaciamentu di a situazione. Per contu soiu, m’anu assicuratu ch’elli eranu pronti à piglià in contu un gestu di Parigi. Aghju cunsultatu dinù l’altri presidenti di i gruppi di l’Assemblea di a giuventù. Di modu generale, u so parè hè listessu.

Oramai, tocca à mè di chjamà ne à voi. Di pettu à a gravità di a situazione, mi pare di primura di ghjunghje à una pusizione cullettiva, chjara è unita.

Pensu chè no serebbimu irrespunsevuli s’è ùn faciamu micca tuttu u nostru pussibule per aiutà i giovani à esce da stu ciculu infernale ch’ùn porta nisuna prumessa d’avvene per u nostru paese. Aghju scrittu una pruposta di muzione chì puderebbe esse firmata da l’inseme di i gruppi di l’Assemblea di Corsica. Sta muzione, ghjè una pruposta. Vulerebbi chì à a mancanza di rispettu di l’istituzione di a Ghjustizia di pettu à i giovani, l’Assemblea di Corsica fussi capace à risponde per un attu di cunfidenza in a nostra giuventù. Cunvucheraghju una Cunferenza di i Presidenti per parlà ne oghje à duie ore. Puderemu parlà di e parolle precise, puderemu parlà di ciò chè no vulemu dì, puderemu parlà di a nostra manera di misurà a nostra respunsabilità. È puderemu ghjunghje, a spergu, à un testu cumunu.

A piazza di i giovani ùn serà mai in prigiò. Ghjè à u liceu, à l’università, à girandulà per scopre è per amparà. Ogni giovanu incarceratu ghjè u segnu d’un fiascu, u segnu d’un sbagliu in qualchi locu di a sucetà. Avemu una respunsabilità murale è pulitica di pettu à elli. Averemu da decide di ciò chì ci tocca à fà per esse à l’altezza di a chjama à l’aiutu di a nostra giuventù.

À ringrazià vi.

Chers collègues,

Pour commencer, je voudrais que nous ayons une pensée pour une ancienne conseillère territoriale, partie trop tôt, Marie-Jeanne Mosconi, élue en 2007.
Je veux également saluer la mémoire de Jean-Paul Jimenez, agent des routes de la CTC, qui nous a quittés au mois de mai. Qu’ils reposent en paix. Pour eux, je vous demanderais de respecter une minute de silence.

Je voudrais vous dire, solennellement, combien je suis inquiet pour notre jeunesse.

Je voudrais vous dire combien il me semble inacceptable de savoir que des jeunes étudiants, ou même lycéens, sont incarcérés alors qu’ils devraient être sur les bancs de l’Université ou du lycée.

La situation ne cesse d’empirer.

On sait que dans chaque pays, à toutes les époques, la jeunesse a toujours représenté la part de la population la plus prompte à s’enflammer.

On sait également qu’aujourd’hui notre jeunesse est en proie à de vives inquiétudes que nous n’avons pas eu à connaître. À l’issue de nos études, nous étions certains de trouver du travail, de pouvoir nous loger, de fonder une famille. Les temps ont changé. Aujourd’hui, le diplôme ne représente plus l’assurance de trouver un emploi. Pire, l’emploi, quand on le trouve, peut aussi transformer un jeune en travailleur pauvre.

Pour la première fois depuis le Moyen-Âge, les jeunes d’aujourd’hui connaîtront des conditions de vie moins bonnes que celles de leurs parents. Nous transmettons à nos jeunes un monde moins sûr que celui que nous avons connu.

En Corse comme ailleurs, la jeunesse est une braise. Ceux qui cherchent à l’attiser prennent une énorme responsabilité. Il faut le dire.

 
L’affaire Reims-Bastia a représenté une grande injustice. Nous avons vu les films des rues de Reims mais les violences faites aux jeunes sont protégées et tues par l’autorité de l’Etat. Après plus d’un an de batailles pour la justice, malheureusement, rien n’a progressé.

Aujourd’hui, je veux vous rappeler que la jeunesse subit chaque jour la répression ; il n’y a pas une semaine sans arrestations massives. 150 arrestations, cela correspond, pour 320 000 habitants, à 30 500 arrestations au niveau de la France. Plusieurs jeunes sont désormais incarcérés et ont mis en danger leur santé avec des grèves de la faim et des plateaux. Certains sont mineurs. Plus ils sont jeunes, plus les conséquences pour eux peuvent être importantes.

Ces jeunes sont nos enfants, à nous tous. Ces jeunes, vous le savez, vous qui êtes père, mère, enseignant, vous le savez, ce sont les enfants de chacun d’entre nous ici. Tous.

Les démarches que nous avons portées avec l’ensemble de la majorité territoriale et avec le Président du Conseil Exécutif, la délibération de l’été dernier de l’Assemblée de Corse, nos appels à l’apaisement sont restés vains. Il faut bien le reconnaître.

Pourtant, il y a urgence. Personne ne peut présumer de ce qui va se passer désormais. Personne ne connaît les conséquences que cette situation aura sur l’ensemble de la société. Nous pouvons craindre le pire. Je l’ai déjà dit, je me dois de le répéter aujourd’hui, devant notre Assemblée.

Nous ne pouvons pas abandonner nos jeunes. Nous ne pouvons pas les laisser en prison sans faire notre possible pour rendre leur vie plus sûre, plus belle, plus juste et plus libre. J’ai été saisi il y a plusieurs jours par le groupe majoritaire de l’Assemblea di a Giuventù. J’ai reçu une délégation. Ces jeunes m’ont demandé d’œuvrer en faveur de l’apaisement de la situation. Pour leur part, ils m’ont assuré être prêts à prendre en compte un geste de la part de Paris. J’ai consulté également les autres présidents des groupes de l’Assemblea di a Giuventù. De manière générale, leur point de vue est le même.

Désormais, il m’appartient de saisir cette Assemblée. Face à la gravité de la situation, il me semble primordial d’adopter une position collective, claire et unie.

Je crois que nous serions irresponsables si nous ne faisions pas tout ce qui est en notre pouvoir pour aider les jeunes à sortir de ce cycle infernal qui ne porte aucune promesse d’avenir pour notre pays. J’ai rédigé une proposition de motion qui pourrait être signée par l’ensemble des groupes de l’Assemblée de Corse. Il s’agit d’une proposition. Je voudrais que, au manque de respect des institutions de la Justice face aux jeunes, l’Assemblée de Corse puisse répondre par un acte de confiance envers notre jeunesse. Je convoquerai une Conférence des présidents pour en parler aujourd’hui à 14 heures. Nous pourrons parler des mots précis, de ce que nous voulons dire, nous pourrons parler de notre façon de mesurer notre responsabilité. Et nous pourrons parvenir, je l’espère, à un texte commun.

La place des jeunes ne sera jamais en prison. Les jeunes doivent être au lycée, à l’université, ils doivent découvrir le monde et apprendre. Chaque jeune incarcéré, c’est le signe d’un échec, le signe d’une erreur quelque part dans la société. Nous avons une responsabilité morale et politique vis-à-vis des jeunes. Nous devrons décider ce que nous devons faire pour être à la hauteur de l’appel à l’aide de notre jeunesse.

Je vous remercie.