Collectivité Territoriale de Corse

Discours prononcé ce matin par Jean-Guy Talamoni, Président de l'Assemblée de Corse devant les élus du Consiglio regionale de Sardaigne

Jeudi 28 Avril 2016




Discorsu di Jean-Guy Talamoni, Presidente di l’Assemblea di Corsica, Cagliari – 28.IV.2016

Signore Presidente di u Cunsigliu regiunale di a Sardegna,
Signore Presidente di a Ghjunta di a Sardegna,
Signori eletti à u Cunsigliu regiunale,
Signori assessori,
 
Isule surelle per i geograffi, Corsica è Sardegna campanu dipoi anni è anni cum’è duie sulitudine. A nostra presenza in u vostru Parlamentu hè u segnu di a nostra vuluntà cumuna di turnà à scrive e nostre isule è i nostri populi in d’altri raporti di fratellanza, di cuuperazione culturale, ambientale, ecunomica è pulitica. In grecu, u caminu si chjama « pontos ». Simu ghjunti quì per custruisce un ponte trà e nostre isule, un ponte trà elle, è un altru finu à Brusselle.

Pruvincia rumana dipoi u 231 nanzu à Ghjesù Cristu, a Sardegna Corsica cascò in l’annu 6 per ùn mai più vultà. Dipoi, hè scorsu u periodu cumunu di a duminazione pisana ; dopu, i nostri populi sò stati intrappulati da putenze à l’interessi nemichi trà d’elli. Simu stati chjappi da guverni furesteri cuntrari à u nostru spannamentu è à a nostra avvicinera. Quandu simu stati sottu à a duminazione genuvese, site stati sottu à a duminazione aragunese.
 
Quandu eramu indipendenti, erate di fronte à i Piemuntesi. A paura di l’invasione hà fattu di noi altri isulani, muntagnoli più chè marinari. A custruzzione di i Stati nazione hà compiu d’alluntanà ci. Di e bocche di Bunifaziu, n’anu fattu una cunfina è ci simu giratu u spinu.

Fù sfarente per e nostre ghjente. A parlata gallurese, vicina assai à e nostre varietà di corsu hè u segnu sempre vivu di l’esistenza cuntinua di scambi ecunomichi è culturali trà u nordu di a Sardegna è u sudu di a Corsica. Anu fratellatu i nostri populi duve e putenze anu battagliatu. Per esse un anzianu participante à u cuncorsu di puesia corsa è gallurese di a cumuna di Sta Teresa di Gallura, sò quant’ellu hè forte issa lea è v’assigurgu di a nostra vuluntà di turnà à tesse la inseme.

A vostra terra, quella d’Antonio Gramsci, quella di Grazia Deledda, hà offertu à u mondu pagine di filusufia è di literatura ricunisciute da l’istituzione e più alte. A nostra terra, quella di Pasquale Paoli, di Jean-Toussaint Desanti, hà datu ancu ella assai à l’Europa di i Lumi cum’è à l’Europa di l’arte è di l’idee.

A nostra vittoria di dicembre scorsu sona u tempu di u new deal per e nostre isule. U disamore di l’Auropeani per l’Unione auropea, ùn vene micca da a debbulezza di u sintimu aurupeu ma da a vulintà di preputenza di i Stati nazione nant’à u guvernu di u nostru cuntinente. Cumu spiegà altrimente l’assenza di ripresentazione di a Corsica à u Parlamentu aurupeu ? A custruzzione di l’Europa passa per a custruzzione d’euroregione pulitiche, quelle chì ritrovanu u so territoriu naturale, al di là di l’anziane cunfine storiche è ideulogiche di i Stati nazione.

Oghje, u votu di stu pattu corso-sardu, ghjè un passu simbolicu maiò versu a custruzzione di sta guvernanza nova. Ci tocca à difende inseme un statutu di l’isule di u Mediterraniu. Certe sò indipendente, d’altre cum’è a Sardegna sò autonome è anu una ripresentazione in Brusselle. A Corsica hà un statutu particulare di pettu à e regione francese. Hè una cullettività territuriale dipoi u 1991 ma ferma sempre intrappulata da u sistema puliticu francese, è da l’incunsequenza di certe decisione arbitrarie per via d’ideulugie trapassate o d’una cunniscenza troppu debbule di e nostre prublematiche isulane.

L’anziana Assemblea di Corsica hà vutatu à prò di deliberazione andendu in u sensu di a maestria di u nostru destinu. Hà vutatu per a cuufficialità di a lingua corsa, per un statutu fiscale corsu, per un statutu di residente cum’è suluzione à a speculazione immubiliare è a spussessione, per un statutu più mudernu per e nostre stituzione passendu per a creazione d’una cullettività unica è per a ricunniscenza di a specificità di a Corsica. Dopu quaranta anni di resistenza clandestina è u ritiru di u FLNC, hà vutatu per l’amnistia di l’ultimi prigiuneri pulitichi.

St’Assemblea hà sappiutu travaglià per u bè cumunu di a Corsica, trapassendu e sfarenze di e sensibilità di i partiti. A nova Assemblea di Corsica eletta u 13 di dicembre scorsu presenta una maiurità indipendentista è autunumista. Per a prima volta dipoi u guvernu di Pasquale Paoli à u XVIIIu seculu, a Corsica hà messu à u so capu una maiurità libera di tutta duminazione parigina. In stu filu, guardendu duve elli sò l’interessi di a Corsica, ci giremu versu voi, isulani vicini di Sardegna.

Spartimu inseme pezzi di storia è di cultura è sopra à tuttu una forte amicizia trà i nostri dui populi. Ci tocca oramai à sparte listessa penna per scrive inseme u nostru avvene. Simu ghjunti in u vostru Parlamentu per parlà cun voi di quistione istituziunale è fiscale, di l’inghjocu di i trasporti, di a cuuperazione ecunomica, di i nostri scambii linguistichi è culturali à apprunfundisce è à strutturà. E nostre università travaglianu digià inseme, ci tocca à accumpagnà u sviluppu di scambi trà studienti è trà prugetti di ricerca.
Ci travaglia l’Università di Corsica cù l’appoghju di l’istituzione corse.

In st’operata cullettiva, simu sicuri di riceve u vostru sustegnu, siate sicuri di riceve u nostru.

Evviva a Sardegna !
Evviva a Corsica !
Evviva l’Auropa di i populi !

Discours de Jean-Guy Talamoni, Président de l’Assemblée de Corse, Cagliari – le 28 avril 2016

Monsieur le Président de l’Assemblée,
Monsieur le Président du Conseil,
Mesdames et Messieurs les Conseillers,
 
Pour les géographes, la Corse et la Sardaigne sont des îles sœurs. Pourtant, elles vivent séparées depuis très longtemps. Notre présence aujourd’hui au sein de votre Parlement représente notre volonté commune d’inscrire nos îles et nos peuples respectifs dans d’autres rapports de fraternité, de coopération culturelle, environnementale, économique et politique.
En grec, le chemin se dit « pontos ». Nous sommes ici pour bâtir un pont entre nos deux îles, et entre elles et jusqu’à Bruxelles.
Province romaine depuis – 231 avant Jésus Christ, la Sardaigne-Corse a disparu en l’an 6 pour ne plus jamais réapparaître. Depuis, une fois passée la période commune de domination pisane, nos peuples ont été prisonniers de puissances elles-mêmes rivales.
Nous avons été saisis par des gouvernements étrangers,  opposés à notre épanouissement et à notre rapprochement. Quand nous étions génois, vous étiez aragonais. Quand nous étions indépendants, vous étiez piémontais. La crainte de l’invasion a fait de nous, insulaires, des peuples de montagnards plutôt que de marins. La construction des Etats Nations a achevé de nous éloigner, faisant des bouches de Bonifacio une frontière, et nous nous sommes tourné le dos.
 
Ce fût différent pour nos peuples. Le parler de Gallura, très proche du corse, est un signe de la vivacité des échanges économiques et culturels entre le nord de la Sardaigne et le sud de la Corse. Nos peuples ont fraternisé là où des puissances ont combattu. Etant un ancien participant du concours de poésie corse et galluresa de la commune de Santa Teresa di Gallura, je connais la solidité de ce lien et je peux vous assurer de notre volonté de continuer à le tisser ensemble.
 
Votre terre, celle d’Antonio Gramsci, celle de Grazia Deledda, a donné au Monde des pages de philosophie et de littérature reconnues par les plus hautes institutions.
Notre terre, celle de Pasquale Paoli et de Jean-Toussaint Desanti a autant donné à l’Europe des Lumières qu’à l’Europe de l’Art et des Idées.
 
Notre victoire électorale de décembre dernier annonce le new deal pour nos îles.
Le désamour des européens pour l’Union européenne ne vient pas d’une faiblesse du sentiment européen mais d’une volonté de prédominance des Etats Nations sur le gouvernement de notre continent.
Comment expliquer autrement que la Corse ne soit pas représentée au Parlement européen ? La construction de l’Europe passe par la construction d’euro-régions politiques, celles qui retrouvent leur territoire naturel, au-delà des anciennes frontières historiques et idéologiques des Etats Nations.
 
Aujourd’hui, le vote de ce pacte corso-sarde est un pas symbolique vers la construction de cette nouvelle gouvernance. Nous devons défendre ensemble un statut des îles de la Méditerranée. Certaines sont indépendantes, d’autres, comme la Sardaigne, sont autonomes et sont représentées à Bruxelles. La Corse, elle, possède un statut particulier par rapport aux régions françaises. C’est une collectivité territoriale depuis 1991 mais elle reste toujours l’otage du jacobinisme français, du centralisme d’état, de l’inconséquence de certaines décisions arbitraires à cause d’idéologies obsolètes ou d’une mauvaise connaissance de nos problématiques insulaires.
L’ancienne Assemblée de Corse a pris des délibérations en faveur de la maîtrise de notre destin. Elle a voté pour la co-officialité de la langue corse, pour un statut fiscal corse, pour un statut de résident comme solution à la spéculation immobilière et à la dépossession, pour un statut plus moderne de nos institutions passant par la création d’une collectivité unique, pour la reconnaissance de la spécificité de la Corse avec son inscription dans la Constitution française. Après quarante ans de résistance clandestine et le retrait du FLNC, elle a voté pour l’amnistie des derniers prisonniers politiques.
Cette assemblée a su travailler pour le bien commun, dépassant les sensibilités des partis. La nouvelle Assemblée de Corse, élue le 13 décembre dernier, présente une majorité indépendantiste et autonomiste. Pour la première fois depuis le Gouvernement indépendant de Pasquale Paoli, la Corse a élu à sa tête une majorité libre de toute domination parisienne. Dans ce cadre, dans le sens des intérêts de la Corse, nous nous tournons vers vous, voisins insulaires de Sardaigne.
Nous partageons des morceaux d’Histoire. Nous devons désormais partager l’écriture de notre avenir. Nous sommes venus ici pour discuter d’institutions, de fiscalité, de transports, de coopération économique, d’échanges linguistiques et culturels, à approfondir et à structurer. Nos universités travaillent déjà ensemble ; nous devons accompagner le développement des échanges entre étudiants et projets de recherche. L’Université de Corse y travaille avec le soutien de la Corse.
Dans cette entreprise collective, nous sommes certains de recevoir votre soutien, soyez sûrs de recevoir le nôtre.

Vive la Sardaigne !
Vive la Corse !
Vive l’Europe des Peuples !