Collectivité Territoriale de Corse

Economie et Nautisme

Ecunumia è Nutisimu

Jeudi 29 Novembre 2007



Economie et Nautisme
la Corse positionne le nautisme et les activités liées à la mer comme priorités dans son développement économique territorial - A Corsica scrive u nutisimu è l'attivitai in ligame cù u mare in e priuritai di u sviluppu terituriale

Parce que la Corse entend devenir une île de référence en matière de nautisme, il est indispensable d'envisager l'activité économique en termes de développement durable.
Indispensable aussi de concilier l'environnement avec les hommes qui occupent cet espace, de s'intéresser à un aménagement raisonné et judicieux du littoral et de développer la recherche. Il est donc important de ne plus parler de politique maritime mais bien «d'économie maritime» et «d'économie de la mer». Une transition ambitieuse vers laquelle la Collectivité de Corse, s'attache à conduire la Corse pour lui permettre d'acquérir la dimension qu'elle mérite.

« Le plan nautique » soulignent ensemble Ange Santini, Président du Conseil exécutif et
Antoine Giorgi, Président délégué à l'Agence du Tourisme de la Corse, «a été l'occasion
d'analyser nos faiblesses et de mettre en avant les potentialités qu'offre notre territoire en fonction du marché et de l'environnement concurrentiel méditerranéen pour engager notre île dans une véritable stratégie globale de développement économique pérenne autour de l'activité nautique».

nautisme et plaisance en Corse :

un rythme de croissance soutenu


A la faveur du Plan Nautique Régional conduit par la Collectivité Territoriale de Corse, le secteur du nautisme et de la plaisance connaît depuis trois ans une croissance sans précédent participant ainsi au dynamisme de l'économie insulaire.
Le nombre d'entreprises du secteur a plus que doublé en 3 ans en passant de 120 à presque 300 entreprises avec un impact direct sur l'emploi, le nombre de salariés en CDI passant de 500 à 800 sur la même période. Dans le même temps, depuis 3 ans, les retombées économiques directes de la plaisance dépassent les 10% par an avec aujourd'hui une évaluation de 100 mEUR contre 76 MEUR en 2004.

les actions de la CTC en faveur de l'activité nautique

en termes d'entreprises :

- le Contrat d'Objectif Economique Nautisme, mesure destinée à accompagner un porteur de projet pour le financement d'un programme de création ou de développement d'activité sur une période de trois ans avec un montant maximal d'aide publique de 100 000 EUR.

- le Soutien Emploi Nautisme, sous forme d'une prime à l'emploi accordée aux entreprises qui créent au moins un emploi permanent et dans lesquelles il n'a été procédé à aucun licenciement dans les douze mois précédant le dépôt de la demande. Son montant est plafonné à 11 000 EUR par emploi, sur trois ans, et dans la limite d'un montant de 160 000 EUR par entreprise et par an.

Fin 2007, ce sont ainsi 2,6 millions d'euros d'aide qui ont été octroyées par la CTC : 1,7 MEUR à la création ou à l'extension d'activité et 0,9 MEUR à la création d'emplois. Ainsi, 89 emplois primés ont été créés et 6 millions d'euros d'investissements générés par les entreprises du secteur.

en termes d'équipements et d'aménagement :

- le dispositif contractuel en faveur des ports de plaisance et des mouillages :
3 MEUR de fonds publics ont été injectés par la CTC au titre du Contrat de Plan Etat Région 2000-2006, ils ont permis de moderniser 4000 anneaux, d'organiser près de 500
mouillages et d'engager des études de développement des capacités portuaires qui devraient voir le jour dans les années qui viennent.

Ainsi en 2005, l'Assemblée Territoriale de Corse adoptait sur proposition de son Conseil exécutif un Plan Nautique programmant sur 5 ans 30 millions d'euros d'investissements, pour à la fois développer et protéger les milieux avec pour ambition de faire de l'Ile de Beauté un site de référence en matière de nautisme.

Deux ans après, la dynamique qui vise l'objectif à horizon 2010 d'augmenter de 30% les places de ports à quai, de créer 500 nouvelles places de ports à sec et d'organiser 1.000 places de mouillages s'est enclenchée avec des résultats probants.
Pour 2008, de nouvelles actions se mettent en place pour positionner la Corse comme un site pilote en terme de gestion durable et de e-technologie au service de la gestion des ports et des services clients.

les actions de la CTC avec la ligue Corse de Voile

La Collectivité Territoriale de Corse a contractualisé avec la Ligue Corse de Voile (LCV) un programme de développement visant au développement de la pratique de la voile en Corse et à la création d'activité du secteur. Les premiers résultats enregistrés sur cette action collective enregistrent :

+ 15 % du taux de fréquentation des écoles de voile
+ 12 % de chiffre d'affaire des activités « location / cours particuliers »
9 emplois créés (équivalent temps plein),
5 entreprises créées grâce à la démarche entrepreneuriale engagée par la LCV en partenariat avec la CTC
la structuration, l'élargissement et la mise en valeur des activités de pleine nature liées au nautisme

les actions de la CTC avec l'Union des Ports de Plaisance de Corse :

Une action collective est en cours d'élaboration entre l'Union Régionale des Ports de Plaisance de Corse (UPPC) et la Collectivité Territoriale de Corse avec 4 objectifs :

- mettre en réseau les ports corses, sardes et toscans
- organiser une veille économique du secteur
- créer une centrale de réservation commune avec un portail Internet et une plate-forme de
e-commerce
- constituer un groupe de travail pour le suivi des projets de création et d'extension des ports

Cette action devrait être soumise à l'Assemblée de Corse à la fin 2007 afin de compléter le
triptyque d'actions collectives loisirs-services-ports de plaisance préconisé par la CTC lors
de l'adoption du Plan Nautique Régional.

L'UPPC souhaite également offrir les dernières innovations en matière d'accueil portuaire, les meilleurs services sur les pontons et dans nos capitaineries. Pour y parvenir et pour rejoindre la dynamique créée par la Collectivité Territoriale de Corse dans le cadre du plan nautique de la Corse, elle prend des engagements forts :

- faciliter une escale sécurisée dans les ports corses
- accueillir les plaisanciers dans le port et en mer
- permettre la réservation d'un poste à quai
- garantir la fiabilité et la sécurité de nos installations portuaires
- proposer des sanitaires entretenus
- rechercher la satisfaction de nos clients plaisanciers
- préserver l'environnement et la propreté de nos ports
- créer et accueillir des événements nautiques, animer nos ports
- informer les plaisanciers de façon précise et vraie
- promouvoir auprès de nos clients les richesses de notre île

les E Technologies au service d'un meilleur accueil portuaire

Deux opérations vont être lancées en 2008 dont leur présentation officielle sera détaillée lors du salon Nautique 2007 :

- Magelan Resa : centrale de réservation via Internet. Ce dispositif, va permettre la gestion des disponibilités en temps réels mais aussi le paiement dématérialisé, une première en France pour les ports de gestion publique.

- les stations météo : 17 ports de l'île, seront dotés de dispositifs d'information météorologique. Les plaisanciers pourront obtenir et visualiser les infos météorologiques
en temps réel, 24h sur 24h.

Odyssea® : une autre manière de découvrir une région à partir des ports de
plaisance


Relier la mer, le port, la cité et l'arrière-pays, tel est le défi que s'est lancé la Fédération
Française des ports de Plaisance et l' Union des Ports de Plaisance de Corse avec le soutien de ses partenaires, des régions et de l'Etat, en initiant un programme culturel et économique pour la France et l'Europe qui associe tourisme, agriculture, viticulture et pêche. Lancé officiellement le 5 décembre prochain dans le cadre du Salon Nautique, ce programme de développement touristique et économique baptisé «Odyssea® » sera placé en phase d'expérimentation en Corse, puis étendu dès 2008 à d'autres régions concernées par la plaisance, non seulement en France mais aussi en Europe.

Un appel à projet lancé par la CTC cet été a permis à 6 cités portuaires corses de se porter
candidates (Calvi, St Florent, Maccinaggio, Solenzara, Bonifacio et Ajaccio). Parallèlement 14 cités portuaires ligures, toscanes et sardes regroupées au sein de l'association «Citta del Vino» font de même.

Dans la cohérence du livre vert européen « Vers une politique maritime de l'Union », du rapport Poséidon « Une ambition maritime pour la France », ou encore dans le rapport publié par la DATAR en 1996 « Construire ensemble un développement équilibré du littoral », ce programme est le lien direct entre la vie maritime et le monde agricole et viticole tant au niveau local, régional, national et européen.

Ce dispositif a pour objectif de devenir un référentiel national de qualité, une marque de qualité pour les cités maritimes. Une cité pourra devenir « Cite Odyssea® » si elle respecte un cahier des charges qui sera rédigé au niveau national et validé au niveau européen. Ce cahier des charges marque comprendra différents critères comme l'obligation d'avoir un comptoir culturel, de structurer sa commune selon 4 escales thématiques (nautique, art de vivre, culture & patrimoine, nature & paysage) et de respecter l'environnement.

vers une performance de l'éco-gestion portuaire autour du management environnemental 14001

En 2002, la Corse s'engageait dans un programme intitulé « Ports Propres ». Après quatre années de conduite de cette opération, il a été acté d'engager les ports dans une véritable démarche collective de management environnemental pour les espaces portuaire et les mouillages en vu de la normalisation ISO 14001 et de se doter d'un outil régional de gouvernance environnementale chargé de :

- mettre en oeuvre un plan de formation et qualification environnemental via les gestionnaires et les agents
- assurer l'information, la sensibilisation, la formation et l'animation de la démarche auprès des gestionnaires, des usagers et des professionnels de la filière nautique, à travers un plan de communication
- créer de nouveaux emplois (bosco environnements)
- élaborer un diagnostic complémentaire de « Port Propres et Accueillants » et un bilan environnemental régional par port et par mouillage
- évaluer et calculer le niveau de pression environnementale sur les milieux exercés par les ports et les mouillages
- organiser un outil régional de management environnemental des ports et des mouillages dans la perspective de la normalisation ISO 1400
- évaluer sur une durée de 5 ans le gain environnemental et socio économique
- accompagner les ports et les mouillages en matière d'ingénierie, de marchés publics
et de recherche de financements
- rechercher les solutions en matière de maîtrise économe et raisonnée des fluides et
de l'énergie, d'énergies renouvelables y compris sur l'éclairage public des ports
- rechercher des solutions en matière de génie maritime vert, de construction HQE
et Bio Climatique en ambiance marine, etc
- envisager des solutions en vue de la prise en charge d'autres nuisances telles que les
bruits, les fumées, etc
- rechercher les meilleures solutions de gestion des épaves et d'une manière générale
de tous les matériaux portuaires en fin de vie
- rechercher des solutions pour la meilleure utilisation des eaux issues de
l'assainissement collectif