Collectivité Territoriale de Corse

Encourager la création, promouvoir la conservation et la valorisation du Patrimoine

Mardi 22 Novembre 2011



Des liens très ténus existent entre la Culture et le Patrimoine car, au delà du fait que la création d’aujourd’hui participera certainement à constituer le patrimoine de demain, on verra que ces conditions de la création en Corse peuvent être utiles à dynamiser notre patrimoine qui peut être valorisé par la création artistique sous toutes ses formes, y compris les plus contemporaines. Et pour cela, il conviendra de faire un effort accru afin d’intégrer la culture contemporaine dans notre patrimoine.

Les recherches récentes dans le domaine du patrimoine ont permis de cerner des formes artistiques ou des réalités techniques et économiques qui étaient soient tout à fait propres à la Corse, ou au contraire s’étaient développées à travers les échanges ou les influences les plus diverses.

C’est ainsi que se construit notre commune appartenance à une culture, et c’est pour cela que ce travail de découverte doit être continué et mis en valeur. L’exigence scientifique, la qualité technique des dispositifs de médiation culturelle (muséographiques ou liés aux nouvelles technologies), la mise en œuvre des pratiques les plus excellentes concourront à une meilleure appropriation du patrimoine par tous.

Tout cela devra s’accompagner d’une formation, accrue des personnes œuvrant dans le domaine du Patrimoine. Tandis que la conservation de ce Patrimoine doit à la fois s’appuyer sur les pratiques les plus excellentes, et en même temps être comprises et appropriées par tous.

De la même manière, les modes de création originaux ou les tentatives de confrontation de nos créateurs contemporains doivent être encouragés. Soit que les artistes les organisent eux-mêmes, soit que nous leur permettions de participer à des manifestations reconnues.

Cette approche participe d’un enjeu plus grand, celui de la création en langue corse qui est une responsabilité majeure de la CTC. Ainsi, il conviendra d’apporter un soutien marqué aux demandes des créateurs et aux institutions qui produisent des spectacles en langue corse.

Cette action devra être complétée par la mise en place d’un plan de formation à l’utilisation de la langue corse comme langue de création artistique. Ainsi, les mesures favorisant l’usage de la langue corse doivent être poursuivies et de nouvelles actions ouvrant de nouvelles perspectives doivent être encouragées.

En matière d’audiovisuel et de cinéma, il convient d’agir en faveur du développement de l’usage de la langue corse par la création d’une aide au doublage, mais également en augmentant le plafond d’intervention de la CTC pour les œuvres de fiction en langue corse.

Concernant le FRAC, des textes pourraient être commandés à des critiques d’art corsophones, véritables créations littéraires inspirées par les œuvres de la collection, autant Ekphrasis que notices de catalogue proprement dites.

La mise en place d’un dispositif d’aide à la traduction dans le secteur du livre ouvrirait des perspectives fructueuses.

Dans le même temps, il apparaît que l’écriture et la production d’un spectacle en langue corse sont une entreprise ambitieuse qui dépasse souvent les moyens des compagnies ou des institutions culturelles de l’île. Il est proposé que tous les deux ans, la CTC lance un concours relatif à l’écriture d’un spectacle en langue corse, et que l’année suivante elle soutienne la production du ou des spectacles retenus.

La création en langue corse est la forme à laquelle la CTC doit être la plus attentive, parce que seule une institution régionale comme la nôtre peut la soutenir. Des dispositifs spéciaux doivent consolider notre soutien. En effet, la création contemporaine en langue corse est riche et diverse et la CTC a le devoir de l’accompagner.

Ainsi, l’accompagnement des compagnies théâtrales, des groupes musicaux et des troupes chorégraphiques doit se faire dans le cadre d’un dispositif de conventionnement pluriannuel.

Dans le domaine de l’audiovisuel, l’objectif sera tout d’abord de conforter les dotations du fonds d’aide à la création pour contribuer à l’essor de la production insulaire, en insistant notamment sur le développement de la fiction tout en travaillant à rendre le territoire attractif concernant l’accueil des tournages pour les productions extérieures.