Collectivité Territoriale de Corse

Formation et orientation professionnelles : Josepha Giacometti fait un point sur l'état des lieux et les perspectives de ce dossier prioritaire pour le nouvel Exécutif de Corse

Mardi 10 Mai 2016



Josepha Giacometti, conseillère exécutive en charge de l’éducation et de la formation, a présenté la méthode de travail arrêtée par le conseil exécutif de Corse au regard des enjeux et des échéances de l’année 2016.
 

Dès le début de la mandature, l'Exécutif a souhaité faire de l'emploi une priorité. Notre île compte plus de 22 391 demandeurs d'emploi. La mise en place d'une politique de formation efficace en lien étroit avec une action économique forte pourra constituer un levier essentiel de lutte contre le chômage.

"Le renforcement de l'accès à la qualification en cohérence avec les besoins de nos entreprises et de notre territoire et des objectifs stratégiques de développement représente un enjeu fondamental."

Lors de l'élaboration du budget primitif de la CTC, les moyens financiers alloués à la formation professionnelle ont été amplifiés. Cet effort marque la volonté politique de l'Exécutif d'œuvrer pour lutter activement contre le chômage et pour améliorer le niveau de qualification des jeunes.
C'est dans cet esprit que la CTC a signé le 22 avril dernier la convention territoriale du plan "Un million de formations pour les personnes en recherche d'emploi " qui permettra de proposer 1 153 formations supplémentaires pour l'année 2016, dont 600 à la charge de la CTC pour un coût de 1,8 M€.

"La CTC dispose de larges compétences en matière d’éducation et de formation. Il nous faut aujourd’hui, les assumer pleinement en concertation avec l’ensemble des partenaires".
 

Le plan d’actions de l'Exécutif

Le conseil exécutif présentera, avant la fin de l’année aux conseillers à l’Assemblée de Corse, deux documents stratégiques en matière de formation, de recherche et d’orientation professionnelle : le SESRI et le CPRDFOP.

L’enjeu du SESRI réside dans la nécessité de placer l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation au cœur du développement économique et de l’attractivité du territoire. Dans cette perspective, il est essentiel de définir les principes et les priorités de l’intervention de la collectivité sur ces secteurs stratégiques pour notre île dans les années à venir.

Le CPRDFOP (contrat de plan régional de développement des formations et d'orientation professionnelles) a pour objectif d’effectuer l’analyse des besoins du territoire à moyen terme en matière d’emplois, de compétences et de qualifications ; d’organiser la programmation des actions de formation professionnelle des jeunes et des adultes, en tenant compte de la situation et des objectifs de développement économique du territoire. Il doit être établi en co-construction avec l’Etat et les partenaires sociaux au sein de CREFOP (comités régionaux de l’emploi, de l’orientation et de la formation professionnelles).

L’élaboration du SESRI et du CPRDFOP doit également permettre de réaliser un travail approfondi sur les différentes contractualisations qui seront déclinées et précisées, chaque année. Les contrats d’objectifs et de moyens liant la CTC aux CFA, les contrats d’objectifs et de progrès avec les branches salariales, les conventionnements avec l’AFPA et les missions locales, le partenariat avec Pôle Emploi en sont des illustrations.

L'Exécutif souhaite parallèlement entamer une réflexion sur un contrat d’objectifs territoriaux d’éducation en partenariat avec le Rectorat. La CTC possède en effet de larges compétences en matière de carte de formation, d’orientation de lutte contre le décrochage scolaire.

Enfin, des dispositifs en faveur des zones rurales et du développement de l’enseignement de la langue corse vers la coofficialité seront également activés.

La concertation comme principe d’élaboration

Face aux nombreux enjeux et soucieux de répondre aux nombreuses sollicitations, le conseil exécutif souhaite lancer, dès aujourd’hui, une très large concertation qui viendra enrichir la rédaction du SESRI et du CPRDFOP.

Pour mettre en place un véritable plan territorial dans les domaines de la formation, de l’enseignement supérieur et de la recherche, il est indispensable d'aboutir à une vision partagée, clefs de la mise en œuvre d’un plan stratégique efficace. L'Exécutif souhaite également permettre aux acteurs de formuler leurs réflexions et leurs propositions.

Ainsi, la concertation qui sera lancée, revêtira plusieurs formes :
1/ Un appel à contributions, afin d’interroger l’ensemble des partenaires autour de la problématique de la nécessaire adéquation formation/emploi.

" Cela paraît une évidence, mais force est de constater que jusqu’à présent et dans de nombreux secteurs, il y a une inadéquation entre les formations et les besoins réels. Ensemble, nous réfléchirons pour savoir :
  • Comment mieux accompagner les jeunes, mais aussi les personnes souhaitant acquérir de nouvelles compétences
    Comment répondre aux besoins des secteurs en tension quelque soit les niveaux de qualification
    Comment être pro actif afin d’identifier les métiers d’avenir et organiser la montée en compétences. "
2/ Des rencontres thématiques avec l’ensemble des partenaires concernés. Certaines ont déjà eu lieu sur le numérique avec l’ADEC le 7 mars dernier, d’autres sont déjà programmées. Elles concernent plus spécifiquement le secteur recherche avec l’INRA et le Corsic’Agropole. Des rencontres seront également organisées avec l’Université.

Concernant plus spécifiquement l’enseignement supérieur et la recherche, l'objectif de l'Exécutif est de

  • garantir la réussite et l’insertion professionnelle des étudiants
  • promouvoir et développer les filières en lien avec la stratégie territoriale de développement
  • soutenir les projets innovants
  • accompagner le transfert technologique vers la création d’emplois
  • lancer des appels à projets afin de favoriser les initiatives sur le territoire
  • renforcer l’attractivité de notre territoire en s’adaptant à des enjeux d’envergure territoriale et euro-méditerranéenne.
Pour une recherche utile au développement, capable d’irriguer les politiques publiques, le réseau des acteurs territoriaux de la recherche doit être consolidé avec comme pierre angulaire l’Università di Corsica. Il est important de construire une interaction entre recherche et entreprise.

Ce travail de structuration de l’offre et de concertation avec les professionnels des secteurs formation, recherche et enseignement supérieur, sera bien entendu réalisé de façon transversale avec l’ensemble des directions, des agences et des offices de la CTC.
Un travail commun dans le cadre de la PPE a déjà été réalisé avec l’AAUC. Des moyens en faveur de la rénovation énergétique ont été donnés. Afin que les entreprises corses puissent répondre à la demande, un plan de formation axé sur le BTP et la rénovation énergétique sera établi. Son élaboration se fera sur la base d'un diagnostic de l’existant, d'une analyse des besoins pour mettre en place un plan de formation adapté.

" En effet, il est fondamental d’intégrer à notre réflexion la valorisation des filières à fort potentiel comme les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique dans le bâtiment, le bois, les ressources marines, l’agriculture, les activités de pleine nature, le secteur de l'économie sociale et solidaire, le numérique, la valorisation du patrimoine et de la langue corse, le tourisme durable. "

Une restitution de l’ensemble des travaux réalisés aura lieu fin juillet ou début septembre 2016.

Pour être efficace, le Plan stratégique d’éducation, de formation professionnelle, d’enseignement supérieur et de recherche doit être également en cohérence avec nos objectifs stratégiques notamment ceux actés dans le PADDUC autour du choix clair d’une économie productive, innovante et résolument tournée vers l’avenir pour un développement maîtrisé de notre île.

" Vous l’aurez compris, nous souhaitons mettre en œuvre une approche globale et décloisonnée de la politique d’éducation et de formation de l’infrabac au supérieur, ainsi que de la politique de recherche. Pour cela, notre collectivité doit pleinement jouer son rôle de coordinateur et de chef de file.
Nous faisons appel à l’intelligence collective, car nous savons pouvoir compter sur la mobilisation de l’ensemble des acteurs et partenaires. "