Collectivité Territoriale de Corse

Inauguration du Lycée de la Plaine Orientale : extraits de l'allocution du Président du Conseil exécutif de Corse

Inaugurazione di u Liceu di a Piaghja urientale : ritagliuli di u discorsu di u Prisidente di u Cunsigliu esecutivu

Mercredi 14 Décembre 2005



Inauguration du Lycée de la Plaine Orientale : extraits de l'allocution du Président du Conseil exécutif de Corse
Ange Santini, Président du Conseil exécutif de Corse, inaugurera le mercredi 14 décembre 2005 à partir de 10 h 30, le nouveau lycée de la Plaine orientale, en présence du Proviseur du lycée assisté de son personnel enseignant et administratif, du Préfet de Haute-Corse, du Président de l'Assemblée de Corse, du Recteur de l'Académie de Corse, du Président du Conseil général de Haute-Corse, du Maire de la commune de Prunelli di Fiumorbu, de personnalités du monde politique et socio-professionnel insulaire ainsi que des représentants des différents corps de métiers ayant réalisé les travaux.

Une plaque officialisant l'inauguration de l'établissement sera dévoilée à cette occasion.

Les travaux de construction de ce lycée, financés en totalité par la Collectivité Territoriale de Corse pour un montant de 10,63 millions d'euros, correspondent à une surface utile de 6 300 m2 pour une capacité d'accueil de 460 élèves.


Extraits de l'allocution du Président du Conseil exécutif de Corse

(……)L'inauguration d'un établissement scolaire est toujours, pour un responsable public, un moment de joie et de grande satisfaction. Il n'y a rien, en effet, de plus exaltant que d'œuvrer pour la jeunesse, pour la transmission du savoir, l'apprentissage des savoirs - faire, la formation des citoyens et de ceux qui, demain, seront les forces vives d'une région et d'un Pays. (……)

Il y a 18 ans, en juin 1987, dans le cadre d'une consultation sur la carte scolaire, de nombreuses communes de la Haute-Corse demandaient à la Région de l'époque de construire un lycée polyvalent pour y accueillir les jeunes des cantons de Prunelli di Fiumorbu, Ghisoni, Vezzani et Moïta-Verde alors scolarisés dans les établissements de Bastia, Corté et Porto-Vecchio. Le Comité des Parents d'élèves des secteurs d'Aléria, Ghisonaccia, et Fiumorbu saisissaient en même temps les responsables régionaux d'un mémoire circonstancié, véritable plaidoyer pour une telle réalisation.

Le 3 février 1989, l'Assemblée de Corse donnait un avis favorable de principe à la construction du lycée et prescrivait la réalisation d'une étude de faisabilité prenant en compte l'évolution démographique de cette micro région.
Malgré les réserves que certains émettaient sur l'effectivité du besoin, la nouvelle Collectivité Territoriale de Corse décidait d'inscrire cette opération, en 1993, au Plan de Développement de la Corse et, en 1994, au schéma prévisionnel des formations.
Cette décision était définitivement confirmée le 8 décembre 1997 avec le lancement des études et travaux. En mars dernier, le lycée était achevé.

(……) Vous me permettrez de saluer deux (personnes) qui se sont fortement investies pour qu'il arrive à son terme et que nous devons remercier tout particulièrement.
Tout d'abord, Jean Baggioni, mon prédécesseur à la fonction que j'occupe (……) qui s'est, durant vingt ans, totalement engagé dans la modernisation et le développement de l'appareil éducatif de la Corse, dont l'état était assez pitoyable lorsque la Région en hérita en 1982 au titre du premier Statut particulier. Sous son égide, les constructions, les extensions, les rénovations se sont multipliées, tandis que les formations se diversifiaient pour être adaptées aux réalités économiques. N'oubliant pas qu'il est originaire de Tox, il s'attacha à faire sortir de terre ce lycée et j'aurais été heureux qu'il puisse participer à cette manifestation si sa présence à Paris, au Conseil économique et social, n'avait été requise aujourd'hui.

Et bien entendu Timo Pieri, que l'on ne présente plus ici, ancien Maire de Prunelli di Fiumorbu, ancien Conseiller à l'Assemblée de Corse et Président de la Commission de la culture et de l'éducation, était lui aussi très attaché à la réalisation de ce lycée sur le territoire de sa commune, et il s'en fit toujours l'ardent défenseur. Mon cher TIMO, j'imagine sans peine combien tu dois être heureux et fier aujourd'hui et je veux saluer ton engagement personnel et aussi ta patience tout au long de ses années. (……)

Cet établissement comporte aussi des équipements sportifs de premier plan (...). Pouvant être utilisé pendant le temps scolaire et hors temps scolaire, il peut répondre ainsi aux besoins de l'ensemble de la micro région. Pour cela des solutions souples existent, et je sais que la Collectivité territoriale et l'établissement pourront compter sur la participation et l'appui de la commune et de son maire, mon ami Jean-Charles Martinetti, que je salue et que je remercie chaleureusement pour son implication active et efficace dans cette réalisation.

Enfin ce lycée permet l'ouverture culturelle qui est indispensable à la formation des hommes, avec un amphithéâtre de 200 places et un auditorium. (……)

Ce qui a été fait ici, en matière de sport et de culture, est la parfaite illustration de la politique de territorialisation dont la Collectivité Territoriale a fait l'un des principes majeurs de son action et qui, vous le savez, me tient particulièrement à cœur. Elle vise à inciter les communes à travailler ensemble pour rationnaliser les équipements mis au service d'une micro-région ou d'un bassin de vie.

Cet établissement, qui a représenté pour la Collectivité Territoriale de Corse un investissement global de près de 11 millions d'euros, a été pensé et programmé pour répondre à toutes les exigences de fonctionnalité, de sécurité et d'accès, notamment pour les personnes à mobilité réduite. Les personnels qui vivent et travaillent au quotidien dans un établissement scolaire savent combien ces éléments sont importants pour la vie et la bonne marche de celui- ci.

J'ajoute que le lycée est entièrement équipé en réseau informatique de manière à pouvoir suivre l'évolution de la technologie et des modes d'enseignement qui pourront être offerts. Il bénéficie également du système de chauffage par biomasse installé au collège, système que notre Collectivité territoriale veut généraliser dans tous les bâtiments dont elle est propriétaire, car il répond au souci général d'économiser l'énergie et d'en diversifier les sources.

Tel est l'outil éducatif, sportif et culturel qu'au nom de la Collectivité territoriale je suis heureux de mettre à votre disposition, persuadé qu'il va jouer un rôle essentiel pour le développement économique et social de la Plaine orientale, au même titre que celui de Corte, qui a longtemps accueilli et formé les enfants de la Plaine orientale, Corte notre Ville Universitaire dont je salue le Maire, mon ami Antoine Sindali. (…)

L'occasion m'est donnée ici de rappeler que notre Collectivité territoriale est aux premiers rangs des régions françaises pour l'investissement annuel par élève.

En 22 ans, plus de 175 M€ (soit 1.150.000.000 Francs français) ont été consacrés au patrimoine scolaire. Ils ont permis de construire 8 collèges et 3 lycées dont celui-ci, ainsi que de rénover et agrandir l'ensemble des 45 établissements de l'Académie. Pour les prochaines années, la Collectivité territoriale a lancé la construction de 3 collèges à Biguglia et Ajaccio, et l'extension de 4 établissements à Bastia, Cervione, Moltifao et Ajaccio.

Je tenais à rappeler ces quelques informations pour bien montrer qu'au delà de la volonté politique affichée, les réalisations sont concrètes, et viennent s'inscrire en faux face à certains discours insidieusement tenus ici et là sur la capacité des élus à agir.

Cependant l'action de la Collectivité territoriale ne se limite pas à la construction, à la rénovation, à l'entretien et à l'équipement des bâtiments scolaires, en veillant à répondre au plus près aux besoins des micro-régions, dans le cadre de la territorialisation de ses politiques que j'évoquais il y a un instant. Elle finance également le fonctionnement des lycées et collèges, et elle assure la gratuité de la plus grande partie des manuels scolaires utilisés par les lycéens. Enfin, et c'est essentiel, elle est désormais compétente pour arrêter la structure pédagogique des établissements, c'est à dire la carte des formations. C'est ce qu'elle a fait pour ce lycée, après une large concertation avec la communauté éducative et les autorités académiques dont je salue ici les représentants.

Sur la base notamment des projets de l'établissement ainsi que des travaux menés dans le cadre du Plan régional de développement des formations et pilotés par mon collègue et ami Antoine Giorgi, Conseiller exécutif en charge de l'éducation et la formation qu'il me plait de saluer à cette occasion, je ne doute pas que, dans les années à venir, nous pourrons faire évoluer cette structure pédagogique avec le souci constant d'une formation de qualité au service de l'insertion professionnelle de nos jeunes.(……)


Télécharger l'intervention du Président du Conseil exécutif




lyceeplaineorientale.pdf LYCEEPLAINEORIENTALE.pdf  (133.46 Ko)