Collectivité Territoriale de Corse

Journées mondiales des zones humides 2016, " Les zones humides pour notre avenir : modes de vie durables "

du 30 janvier au 7 février 2016

Mardi 2 Février 2016



Chaque année la journée mondiale des zones humides (JMZH) est l’occasion de sensibiliser un large public sur la richesse de ces écosystèmes que sont les lacs, pozzine, tourbières, lagunes, mares temporaires, …

Elle a lieu le 2 février pour commémorer la signature de la convention internationale sur les zones humides, connue sous le nom de « Convention de Ramsar » du nom de la ville d’Iran où elle a été signée le 2 février 1971. 

La convention de Ramsar

L'étang de Biguglia
L'étang de Biguglia
Elle a été adoptée le 2 février 1971 et a pour mission « la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides par des actions locales, régionales et internationales et par la coopération internationale, en tant que contribution à la réalisation du développement durable dans le monde entier ».

La convention est rentrée en vigueur en 1975 et a été ratifiée par la France en 1986.
Elle compte début 2016, 169 états membres, 2 220 zones humides d’importance internationale, représentant plus de 214 millions d’hectares (la superficie de la France, l’Allemagne, l’Espagne, la Grande-Bretagne et l’Italie réunies).
 
La France compte 44 sites Ramsar dont 5 en Corse :
  1. Biguglia (4 juillet 1990)
  2. Tre Padule de Suartone (2 février 2007) : 1er site français à mares temporaires à obtenir le label Ramsar
  3. Palo et Urbino (15 septembre 2008)
  4. Tourbière de Moltifao (27 octobre 2011). 

Qu’est-ce qu’une zone humide ?

Une zone humide est un espace de transition entre la terre et l'eau. Elle est recouverte d'eau peu profonde, de façon permanente ou temporaire. C'est un écosystème très varié qui se forme en frange des rivières, des étangs, des lacs, des estuaires, des deltas, des baies ou encore des sources.
Le code de l’environnement les définit comme « les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
Plus large que la règlementation française, la définition internationale proposée par la convention de Ramsar inclut parmi les zones humides les eaux courantes (rivières, fleuves), ainsi que les étangs et lagunes, et de façon générale les « étendues d’eau marine dont la profondeur à marée basse n’excède pas six mètres ». Elle y associe également « des zones de rives ou de côtes adjacentes à la zone humide » ou les îles ou les étendues d’eau marine situées à l’intérieur d’une zone humide. On parle alors en France de milieu humide.

Milieux humides ou zones humides ?
  • Le terme « milieu humide » est utilisé pour aborder les espaces définis par la convention de Ramsar. Cette définition large englobe notamment certains milieux souterrains, marins ou encore les cours d’eau...
  • Le terme « zone humide » est utilisé pour aborder les espaces répondant à la définition règlementaire française. De cette dernière découle des conséquences règlementaires mais aussi des modalités d'action quand ce terme est employé dans des textes officiels.

Le thème 2016 « Les zones humides pour notre avenir : modes de vie durables »

a été choisi pour exprimer le rôle vital des zones humides pour l’avenir de l’humanité et en particulier leur pertinence pour la réalisation des nouveaux objectifs de développement durable.
Si les océans et les forêts sont souvent comparés aux poumons de la planète, les milieux humides en sont les reins.
 
C'est dès à présent qu'il est important de les préserver mais également d'informer et de sensibiliser les plus jeunes d'entre nous sur la richesse de ces territoires hors du commun.
 
Pour la 12ème année consécutive en Méditerranée, les acteurs des zones humides se mobilisent autour du 2 février pour révéler les richesses des lagunes, des marais littoraux, des cours d’eau …

Visites guidées, expositions, conférences, journées portes ouvertes, actions culturelles, dégustation de produits… sont proposées, pour la plupart gratuitement, à destination de tous : grand public, élus, socioprofessionnels, scolaires. 

Les zones humides pour notre avenir : modes de vie durables

A l’échelle mondiale, près des 2/3 des zones humides ont disparu depuis 1900, quasiment 9 sur 10 si l’on remonte à 1700. En France, on estime que la moitié d’entre elles ont disparu entre 1960 et 1990 et elles continuent de disparaître ou de se dégrader du fait des pressions qu’elles subissent, largement imputables à l’homme ; surexploitation des ressources en eau, pollutions, fréquentation humaine mal gérée, drainage ou comblement lié à un développement urbain non maîtrisé …

Les zones humides jouent pourtant un rôle essentiel pour l’avenir de la planète, souvent méconnu du grand public. Considérées comme les écosystèmes les plus productifs de la planète, leurs ressources sont vitales pour l’Homme. Elles font partie intégrante de notre cadre de vie, de la spécificité de nos paysages.
Des solutions de développement plus durable existent pour contrecarrer de déclin et continuer de bénéficier à l’avenir de leurs services et ressources.
 
C’est dès aujourd’hui qu’il faut les préserver. En informant et en sensibilisant chacun d’entre nous sur la richesse de ces milieux hors du commun, nous souhaitons susciter des réponses aux questions : pourquoi les zones humides sont-elles si importantes ? Que serait le monde sans les zones humides ? Que puis-je faire pour les préserver ? 

D’inestimables services rendus

Journées mondiales des zones humides 2016, " Les zones humides pour notre avenir : modes de vie durables "
Les milieux humides rendent de nombreux services à la société.
Infrastructures naturelles aux rôles multiples, ils améliorent la qualité de l’eau, réduisent l’érosion des côtes et des bassins versants, contribuent au renouvellement des nappes phréatiques, stockent naturellement le carbone, atténuent l’impact des crues et des sécheresses sur les personnes, les biens et l’économie.
Ils comptent parmi les milieux où la production de matière vivante est l’une des plus fortes. Ils assurent une part non négligeable de l’alimentation mondiale à travers la pêche, l’agriculture et la chasse.
Ces milieux fournissent une large variété de produits : herbages, pâturages, riz, fruits, légumes, céréales, oléagineux, viande, poissons, huîtres, moules, coques, bois, roseaux, argile, osier, joncs, tourbe. En Outre-mer, les milieux humides produisent à travers la pêche une ressource alimentaire pour plus d’un million de personnes.

Véritables réservoirs de biodiversité, les milieux humides abritent un nombre considérable d'espèces animales et végétales. Ils servent aux animaux d'abri, de lieux de repos et ou de reproduction, ou encore de territoire de chasse.

Les Journées mondiales des zones humides en Corse

Ces journées sont coordonnées par l’office de l’environnement de la Corse en partenariat avec la DREAL de Corse et le CAUE 2B.
Chaque année, l’ensemble des acteurs environnementaux de l’île se mobilisent autour du 2 février pour révéler les richesses des lagunes, tourbières, mares temporaires, … au grand public et aux scolaires au travers d’activités et d’animations variées : sortie nature, ateliers (dégustation de produits, faune et flore, …), expositions, points d’observations, …

Les manifestations se dérouleront du 31 janvier au 14 février 2016 selon le calendrier suivant : 
Journées mondiales des zones humides 2016, " Les zones humides pour notre avenir : modes de vie durables "

Des manifestations sont proposées par nos partenaires


Contacts presse : office de l’environnement de la Corse

Laurent SORBA, responsable de l’évènement, département écosystèmes terrestres 
sorba@oec.fr
04.95.48.11.79 / 06.20.77.48.59

Joëlle BORROMEI, responsable de la communication)
borromei@oec.fr
04.95.45.04.12 / 06.21.01.55.85