Collectivité Territoriale de Corse

L'ingénierie culturelle

Mercredi 5 Octobre 2011



L'ingénierie culturelle est la capacité d'apporter une aide optimale aux demandes exprimées par les partenaires de la vie culturelle pour la définition d'objectifs, la mise en œuvre de programmes, la mobilisation de financements et la réalisation technique de projets.

L'ingénierie culturelle

Elle fait référence à l’étude et à l’utilisation de méthodes particulières d’analyse et d’action pour la conduite des projets ; elle permet d’améliorer la mise en œuvre de projets culturels.

L’action du service de l’Ingénierie culturelle est transversale et concerne tous les secteurs de l’action culturelle.

L’apport en ingénierie et en appui logistique est appelé à prendre une importance accrue nécessitant en particulier une amplification des actions menées en matière d’information, conseil, médiation, formation, prêt de matériel, promotion et communication.

Ces missions participent également de la professionnalisation et donc du développement des emplois culturels et de l’accompagnement des acteurs culturels notamment dans le cadre de la loi de janvier 2002.

Au sein de la collectivité « chef de file » de l’action culturelle en Corse, le service de l’ingénierie culturelle doit s’affirmer comme pôle de compétence et doit renforcer sa fonction d’expertise, de conseil et d’accompagnement des projets publiques et des initiatives privées.

Les missions remplies par ce service sont pour l’essentiel des missions de terrain ; une approche globale de ses missions actuelles et futures doit permettre de développer une politique d’aide aux acteurs culturels de l’Ile en termes de service, pour remplir une mission de service au public culturel.

C’est donc sur cette mission globale spécifique que se positionne le service de l’ingénierie culturelle. Les axes à développer en 2011 étant en relation avec les secteurs spécifiques du spectacle vivant, de l’audiovisuel, du livre et des arts visuels.


Propositions pour de nouvelles orientations culturelles


Axe 1 : Rendre accessible la culture

L'ingénierie culturelle
1/ Développer des politiques incitatives d’accompagnement des projets et des acteurs culturels en insistant sur la formation des hommes, le conseil et l’information, la communication et la promotion des événements et des artistes, l’assistance au projet et l’assistance à la maitrise d’ouvrage pour la réalisation d’équipements

  • Chantier 1 - La formation est un élément clé du développement de l’activité culturelle en Corse
Il est nécessaire avant tout de bien identifier les besoins, de contribuer à structurer l’offre de formation professionnelle en Corse, de favoriser l’évolution professionnelle des acteurs culturels, de contribuer à la formation des chefs d’entreprises et des dirigeants des structures associatives ou entrepreneuriales et des élus.

  • Chantier 2 - Le service de l’Ingénierie culturel se positionne au sein de la CTC comme un instrument au service des acteurs culturels, une structure ressource pour tout ce qui concerne l’information, le conseil juridique, le conseil technique, la documentation.
Ces diverses approches ont pour but d’accompagner les structures publiques ou privées dans l’élaboration et la mise en œuvre de leurs projets. Il est nécessaire de créer des espaces et des temps d’échanges entre professionnels d’un même secteur afin de permettre les rencontres et la circulation d’information ; les journées d’information organisées sur des thèmes précis montrent la nécessité et l’opportunité de ces rencontres et du besoin d’information.
Il serait donc opportun d’organiser des journées d’information au moins 3 fois par an sur des thèmes d’actualité juridique et 1 fois par an organiser un séminaire par secteur d’intervention permettant également à la CTC d’évaluer son action sur le terrain.

  • Chantier 3 - Mise en place fonctionnelle d’une mission d’AMO
L’assistance à la maitrise d’ouvrage est une mission de conseil et d’expertise, qui ne se substitue en aucun cas aux opérateurs privés, ou bureaux d’études professionnels mais qui consiste à apporter une aide à la définition des cahiers des charges techniques pour la réhabilitation de salles de spectacle ou la construction d’équipements scéniques et culturels. Les publics concernés sont les collectivités locales et les associations œuvrant dans le domaine culturel.
Il est important de saisir les enjeux de cette mission qui était du ressort des services de l’état jusqu’en 2002, dans le contexte de la décentralisation et du transfert de compétences. Dans la plupart des cas l’assistance à maîtrise d’ouvrage peut être considérée comme une interface entre le maître d’ouvrage et les maîtres d’œuvres, comme « un décodeur » de données techniques aidant à la prise de décision. Le conseil fait également partie de cette mission, dans la limite des compétences du service. Cet accompagnement technique réclamé par le milieu culturel, pourrait devenir le travail principal du responsable du pôle technique du service de l’ingénierie culturelle.


2/ Développer le parc de matériel scénique tant en terme de matériel que de moyens humains devenu un instrument incontournable des évènements culturels en Corse et de l’aide apporté aux structures. Le parc de matériel scénique de la CTC a pour vocation la mise à disposition de divers équipements techniques, nécessaires à la réalisation des manifestations culturelles. L’objectif du parc est de venir compenser le manque de structures d’accueil équipées par la mise à disposition de matériel transportable et professionnel.

Le parc a donc un rôle dynamique dans le développement culturel de la région. Il permet un aménagement mobile du territoire en matière d’équipements techniques dédiés au spectacle. La méthode appliquée ainsi que le suivi et la formation des utilisateurs contribuent à faire progresser la qualité et la sécurité des spectacles. De plus en plus d’organisateurs de spectacle s’appuient sur cette logistique et certains évènements ont vu le jour grâce à la disponibilité de ce matériel et aux tarifs pratiqués. L’exploitation du parc de mMatériel augmente tous les ans. Le matériel proposé répond dans son ensemble à une demande importante des acteurs culturels. La progression de la valeur du matériel mis à disposition est représentative de la réussite de mutualisation des moyens qui est un des objectifs du parc de matériel. En outre les prestataires ont vu se développer leurs interventions bien en amont des manifestations. Le rôle moteur du parc dans le soutien de la politique culturelle de la CTC est donc avéré.
Cependant, malgré un grand nombre de locations réalisées chaque année le retour du terrain nous indique que la grande difficulté des bénéficiaires du parc reste aujourd’hui le transport et le montage de notre matériel. Ceux qui en ont les moyens font appel à des transporteurs qui pratiquent des tarifs élevés, ce qui réduit le bénéfice de nos propres tarifs. Cette difficulté étant d’autant plus grande pour les structures sans moyens et œuvrant ponctuellement en zone rurale.

  • Chantier 1 - Mise en service d’un forfait livraison pour une partie de notre offre pourrait donc répondre à cette problématique avec la mise en service du forfait livraison du gril couvert et la mise en service du forfait livraison pour la scène traditionnelle
  • Chantier 2 - Formation des utilisateurs
Les journées d’informations qui avaient été organisées les années précédentes avaient permis de former et informer les personnels des communes ou des associations à utiliser notre matériel en toute sécurité. Cette formation est essentielle et ces 4 ou 5 journées doivent être de nouveau organisées en avril ou mai, rendez-vous annuel nécessaire et attendu par le milieu associatif. C’est aussi un moyen de communiquer sur notre action à destination directe des bénéficiaires du parc.

  • Chantier 3 - Mise en place d’un partenariat pendant la saison hivernale avec les collectivités qui ont un projet d’aménagement de salle de spectacles dans le rural pendant cette saison.
3/ Installer de manière plus pérenne le dispositif Pass-Cultura et l’asseoir avec une politique de communication importante, une forte présence sur le terrain et développer le partenariat avec les acteurs culturels.

Le dispositif a pris concrètement effet en avril 2008 avec une campagne de communication et une mise en œuvre réellement effective auprès des jeunes dès la rentrée de septembre 2008. L’accent a été mis en priorité sur la proximité et le maillage du territoire .Après le bilan des 2 premiers millésimes et une enquête fait auprès des jeunes bénéficiaires il est apparu une forte attente de la part des étudiants et une demande de développement de pass les plus utilisés.

  • Chantier 1 - Elargir la cible à tous les étudiants résidant en Corse et plus largement à tous les jeunes post bac et demandeurs d‘emplois de 15 à 25 ans. Ce qui apporte un plus en termes de lisibilité et de communication.
  • Chantier 2 - Redistribuer le contenu en augmentant la valeur globale du chéquier à 75 € et en ne ciblant que 2 pass cinéma
 
  • Chantier 3 - Allonger la durée de validité des « Pass » pour améliorer le taux d’utilisation et éviter le ralentissement naturel de l’usage des chéquiers au moment de la rentrée scolaire
Il s’agirait de prolonger l’usage des chéquiers jusqu’à la fin décembre de l’année en cours tandis que le nouveau millésime serait lancé dès la entrée de septembre.

  • Chantier 4  - Continuer le travail de prospection auprès de nouveaux partenaires culturels
Renforcer la communication et la promotion auprès des partenaires culturels déjà conventionnés, de les accompagner dans leur propre communication afin qu’ils s’emparent de ce dispositif et donc de relancer pour les prochains millésimes un marché communication spécifique.

Axe 2 : Rayonnement de la Corse et de son identité en Méditerranée

  • Chantier 1 - Promotion des artistes et des œuvres
La promotion des artistes et des œuvres induit des actions différentes de communication: des actions prises en charge directement par la CTC comme l’édition des guides des manifestations culturelles, la location annuelle de panneaux d’affichage dans les 2 principaux aéroports, le site internet de l’Outil culturel. A côté de ces aides indirectes, il est nécessaire que la CTC soutienne les artistes et les structures qui ont une démarche professionnelle dans la diffusion de leur œuvre, ces créations à l’intérieur et à l’extérieur de l’Ile afin de se confronter aux autres créateurs et de porter la culture corse à l’extérieur.et parallèlement de mettre en œuvre une politique plus volontariste en faveur des structures qui soit seront fédérer en réseau soit qui feront partie d’un réseau de diffusion démontrant par là même une démarche professionnelle.

  • Chantier 2 - Donner une plus grande lisibilité à la politique menée en faveur de la Culture et du Patrimoine en développant le site actuel de l’ingénierie culturel pour aller vers un portail culture et patrimoine, et un site agrégateur.
Mise en ligne d’un portail culture et d’un site agrégateur : le site de l’ingénierie culturelle est devenu aujourd’hui incontournable pour la promotion de la culture corse et pour l’information sur la politique de la CTC dans le domaine de la culture. Il serait opportun de développer ce site déjà existant pour aller vers un vrai portail de la Culture et du Patrimoine corse. Ce site permettrait une vraie lisibilité de toute la politique mise en œuvre par la CTC en permettant notamment aux acteurs culturels et au public d’avoir accès à toute la programmation insulaire, aux dossiers en téléchargement, de consulter tous les règlements, et de voir par filière ou par secteur toute la politique mise en place. Ce site permettra également de mettre en ligne les œuvres des artistes notamment les œuvre audiovisuelles. En outre, de nombreux artistes ne disposent pas de sites Internet visibles et référencés pour assurer une communication efficace de leurs évènements. Il est nécessaire de développer un outil à la fois à l’adresse des professionnels et du grand public dont les fonctionnalités et le référencement en fera un outil de communication internet principal de l’activité culturelle corse.

  • Chantier 3 - Organisation par la CTC d’une manifestation d’envergure type salon
Cette ambition doit enfin se traduire dans les faits par des manifestations d’envergure donnant à la politique de la CTC une vraie la visibilité nécessaire à son efficacité.
Cette manifestation de type salon pourrait permettre ainsi d’organiser autour d’un colloque portant sur un thème précis des rencontres entre artistes, et permettre la venue de professionnels et programmateurs extérieurs.

Axe 3 : Les conditions de la création en Corse

L'ingénierie culturelle
  • Chantier 1 - Conforter dans le cadre de la mission audiovisuelle, l’accueil des tournages dont l’incidence sur l’emploi et la formation des hommes est indéniable
La Commission du Film Corse - Corsica pôle tournages - crée en 2002 au sein de la Direction des affaires culturelles - est financé par le CNC (Centre National de la Cinématographie) et fait partie du réseau de la CNFF (Commission Nationale du Film France). Sa mission est de favoriser la venue de tournages en Corse et le développement de la production régionale dans le but de professionnaliser la filière image de la création jusqu’à la diffusion.
C’est un espace d’échanges, d’accueil et d’assistance aux professionnels de l’audiovisuel et du cinéma. Pour les tournages en Corse (long-métrage, court-métrage, téléfilm, documentaire, clip, publicité...), Corsica Pôle Tournages propose une assistance professionnelle et personnalisée afin de répondre au mieux aux besoins des professionnels.
Mise à disposition de bases de données : techniciens, comédiens, figurants, fournisseurs, sociétés de production, associations... Aide aux pré-repérages et repérages (photothèque de décors naturels et bâtis), informations sur les sites, relais avec les interlocuteurs insulaires (repéreurs, régisseurs, sociétés de production exécutive ...).
Aide pour les autorisations de tournages, relais avec les institutions insulaires.
Soutien logistique (transport, hébergement, services divers...) et administratif.
L’objectif général de la Commission du Film Corse est le développement de la production et de la création audiovisuelle en Corse.

Moyens, ingénierie et prospective
Développer l’appui à la mise en œuvre de la politique régionale : la CTC doit jouer, grâce à son ingénierie, le rôle de « traducteur » entre les professionnels d’une part qui ont leur propre logique, leur propre langage, leur propre démarche souvent autocentrée sur leur pratiques et les décideurs publics, internes et externes, d’autre part qui ont une logique d’intérêt général :

  • Chantier 1 - Harmonisation des aides
Les orientations culturelles de 2005 précisaient déjà : « La Culture doit devenir une préoccupation commune à l’ensemble de la Collectivité Territoriale de Corse » ; en effet si la Direction de la culture et du patrimoine a en charge la mise en œuvre des programmes, d’autres entités : direction jeunesse et sport, direction de la formation l’éducation, l’ATC, l’ADEC l’OEC, aides aux commune se trouvent à un moment ou à un autre dans le champ culturel ; il importe dans le respect des logiques propres à chaque domaine d’assurer l’harmonisation de ses politiques et la rationalisation des aides. Cette approche permettrait d’harmonier les aides et de les rationnaliser mais également en terme de lisibilité d’une action permettra de connaître la finalité de l’action mise en œuvre.

  • Chantier 2 - Harmonisation et territorialisation
Il s’agit de réduire les inégalités géographiques et les inégalités de programmation au niveau de l’offre culturelle. L’Hypertrophie des activités culturelles pendant l’été : trop de manifestations ont lieu, sans hiérarchisation et sans lisibilité parfois sur un même territoire alors que d’autres territoires sont sous représentés, et la faible offre pendant les saisons « creuses » doit amener la CTC à proposer un maillage du territoire plus adapté au public avec des lieux qui pourraient être équipés avec le parc de matériel scénique en partenariat avec les acteurs culturels autour d’un projet de diffusion des créations. Il ne s’agit pas d’intervenir sur l’aspect artistique mais de permettre aux acteurs culturels de proposer une programmation harmonieuse tant au niveau des thématiques que des territoires ; cela implique que la CTC soutiennent de manière plus importante ceux qui feront cette démarche professionnelle et notamment ceux qui se constituent en réseau ou autour d’un projet. Le territoire peut devenir un espace de construction.

  • Chantier 3 - Création d’une Mission d’observation de la culture et des pratiques culturelles
Les méthodes d’observation et d’évaluation permettent de rendre des analyses, de les mettre en débat, d’affiner les stratégies de l’action publique et d’en évaluer l’impact. La mission d’observation régionale dédiée au secteur culturel, conduite de façon scientifique et pérenne, doit nous permettre d’améliorer notre connaissance du terrain afin de répondre de manière optimale à ces besoins en direction des acteurs culturels mais également du public.
En outre, l’observation culturelle permet de synthétiser les éléments de connaissance du secteur artistique et culturel et ainsi de favoriser le développement des coopérations entre ses différents acteurs, publics et privés. La mission d’observation doit être perçue comme un élément important de l’action de la politique culturelle avec 3 objectifs :
  1. Améliorer la connaissance du tissu culturel insulaire et des pratiques culturelles 
  2. Permettre l’évaluation de la politique de la culture et du patrimoine mise en œuvre par la CTC
  3. Aider à la prise de décision