Collectivité Territoriale de Corse

La Commission du développement économique examine l'impact du transport maritime sur le niveau des prix

A cummissioni pà u sviluppu ecunomicu esamineghja l' effettu di u trasportu marittimu annantu à u livellu di i prezzi

Vendredi 21 Novembre 2008



La Commission du développement économique examine l'impact du transport maritime sur le niveau des prix
Présentation générale de la méthode

La commission du développement économique de l'Assemblée de Corse, présidée par Joselyne Mattei-Fazi, a consacré vendredi 21 novembre 2008 une de ses séances thématiques au rôle des transports maritimes dans la formation des prix insulaires.

A la demande du président de l'Office des transports, Antoine Sindali, une étude avait en effet été confiée au cabinet Marc Simeoni, associé à deux autres consultants spécialisés (Ecopa et Salini), afin de mesurer le coût direct du transport maritime en s'approchant le plus près de la réalité des entreprises insulaires et proposer des ajustements dans le dispositif de continuité territoriale défini par la CTC.

Exposée devant les membres de la commission, la synthèse des travaux fait ainsi apparaître que sur un écart global de prix à la consommation évalué par l'INSEE à 9,6 %, l'acheminement des marchandises par voie maritime représentait de 2 à 3 % suivant les filières.

Pour l'expliquer, l'enquête fait apparaître des causes structurelles, notamment un contexte économique défavorable, avec une dépendance élevée de l'économie insulaire à l'égard des importations (représentant un volume cinq fois supérieur à celui des exportations, elles déséquilibrent d'autant les flux de transport) ; mais aussi un système de continuité devant faciliter la circulation des passagers en même temps que l'acheminement du fret (d'où des horaires de livraison en décalage).

Quant à l'analyse de terrain, elle souligne la complexité des circuits d'approvisionnement, qui génère des contraintes spécifiques en terme de renouvellement des stocks et délais de livraison, occasionnant des coûts supplémentaires dans la taille des entrepôts, la manutention et les effectifs ; mais aussi les conséquences d'un marché captif où la concurrence joue nettement moins que sur le continent pour favoriser une baisse des prix.

En conclusion, l'étude démontre que la continuité territoriale contribue certainement à réduire le coût de l'insularité (sans elle, l'écart avec le continent serait sans doute de 12 à 15 %) ; mais que l'impact du seul coût imputable directement au transport maritime restant limité, une réduction significative du niveau des prix doit être recherchée en agissant sur d'autres paramètres.

Au cours des échanges qui ont suivi, les commissaires ont félicité MM. Sindali et Simeoni pour la qualité et la clarté de cette étude. La part, limitée, du transport maritime ainsi établie, on devrait pouvoir s'attaquer aux autres causes du surcoût des prix acquitté par le consommateur insulaire.


vous pouvez nous envoyer vos contributions par mail ou par courrier :
ADEC - Immeuble le Régent - 1 Avenue Eugène Macchini - 20 000 Ajaccio