Collectivité Territoriale de Corse

La collectivité territoriale de Corse accueille la 23e conférence annuelle de la COPEAM

Mercredi 6 Avril 2016

Gilles Simeoni, Président du conseil exécutif de Corse et Talal El Makdessi, Président de la COPEAM (Conférence permanente de l’audiovisuel méditerranéen) ont présenté à la presse la 23e conférence annuelle de la COPEAM, aujourd'hui à 15h00 à l'Hôtel de Ville de Bastia, en présence de Josepha Giacometti, conseillère exécutive chargée de la culture, Pierre Savelli, maire de Bastia et Hervé de Haro, Directeur de France Bleu RCFM.



La collectivité territoriale de Corse mène une politique volontariste en faveur du secteur de l’audiovisuel et du cinéma. Elle s’engage ainsi dans une démarche globale ambitieuse autour de la filière audiovisuelle touchant à la culture, l’économie, la formation, la conservation et à la diffusion.
Dans ce cadre, elle entend soutenir les structures culturelles qui élaborent et proposent des manifestations d’envergure aux contenus culturels et artistiques avérés.
 
La COPEAM, fondée en 1996 au Caire, œuvre depuis 20 ans dans le secteur de l’audiovisuel et culturel dans la région euro-méditerranéenne. Avec une centaine de membres actifs et associés, l’association rassemble 28 radiodiffuseurs publics de 27 pays du pourtour méditerranéen. Reconnue au plus haut sommet des institutions européennes et arabes, elle s’est affirmée, au fil des années, comme un partenaire privilégié des projets développés dans la région euro-méditerranéenne.
Ainsi, la tenue de la 23e conférence annuelle de la COPEAM permettra de faire rayonner la Corse, qui occupe une position stratégique au sein de l’espace euro-méditerranéen, et les acteurs du secteur de l’audiovisuel insulaire, notamment la chaîne France 3 Corse ViaStella.
 
Cette 23e conférence sera également l’occasion de réunir plus de 180 participants, dirigeants et représentants de l’audiovisuel méditerranéen et l’ensemble des professionnels de la filière audiovisuelle insulaire de ce secteur sur l'Ile de Beauté, pour aborder les grands enjeux de la coopération dans ce secteur.
 
La thématique choisie pour l’édition 2016 sera consacrée à la formation dans le secteur audiovisuel, ce qui n’est pas sans intérêt pour la Corse qui dispose au sein de l’Université de Corse de formations reconnues au sein de l’IUT di Corsica :
  • Licence techniques et activités de l’image et du son
  • Diplôme Universitaire (DU) CREATACC  (Créations et techniques audiovisuelles et cinématographiques de Corse)
  • Diplôme Universitaire (DU) Journalisme, Média et Corsophonie en partenariat avec avec les média insulaires et l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille.
Enfin, elle s’inscrit au sein d'un thème particulièrement cher au Président du conseil exécutif de Corse, celui de la jeunesse, qui constitue une des priorités de la CTC. Elle orientera les débats de sa conférence plénière qui portera sur le thème "Quel avenir pour les jeunes de la Méditerranée ? La contribution des médias", le 9 avril au Palais des Congrès d’Ajaccio.

Le programme de la manifestation les 7, 8 et 9 avril 2016 à Ajaccio

Jeudi 7 avril 2016
16h00 : Réunion des présidents des commissions
17h00 : Comité de direction
Vendredi 8 avril 2016
10h00 : Réunions des commissions (commission télévision, commission patrimoine audiovisuel, commission cinéma/festival/culture)
15h00 : Réunions des commissions (commission radio, commission formation, commission égalité des genres, commission échange de news et magazines TV)
18h00 : Réunion tripartite ASBU – COPEAM – UER
19h30 : Projection
 
Samedi 9 avril 2016 – Palais des Congrès d’Ajaccio
9h00 : Ouverture de la conférence annuelle par le Président du conseil exécutif de Corse et le Président de la COPEAM sur le thème : "Quel avenir pour les jeunes de la Méditerranée ? La contribution des médias".
Auditorium Pascal Paoli

10h00 : Session 1 : Sociétés et nouvelles générations
11h30 : Session 2 : Médias et jeunesse
13h00 : Remise du Prix Plural + 2015
14h30 : Assemblée générale (ouverte aux seuls membres)
17h30 : Réunion du comité de direction

L’adhésion de la CTC à la COPEAM, l’intégration d’un réseau

Dans ce contexte, la volonté de la CTC de porter la voix de la Corse dans le paysage audiovisuel méditerranéen trouve toute sa pertinence.
La CTC a souhaité adhérer en 2010 à cette association (dont le siège est à Rome) qui regroupe la quasi totalité des radios et télévisions publiques du pourtour méditerranéen, des producteurs ainsi que des institutions et des collectivités territoriales (Provincia di Roma, Regione Calabria, Regione Lazio...). Parmi les nombreuses actions qu’elle a initiées, la COPEAM a porté notamment un projet ambitieux : la réalisation d'un portail Internet consacré aux archives audiovisuelles des pays de la Méditerranée (MedMem).  La CTC a rejoint cette instance aux côtés de l’Université de Corse.
 
Aujourd’hui l’enjeu est de conforter les bases du développement de ce positionnement et donc de trouver toutes les voies possibles en faveur des échanges et des coopérations dans un secteur porteur. L’accueil de l’édition 2016 de la conférence annuelle de la COPEAM en Corse est de nature à encourager cette démarche.

Enfin, la thématique de la conférence de 2016 qui pose la question de l’avenir des jeunes en Méditerranée et de la contribution des médias est au cœur des préoccupations de la politique de la CTC qui par ailleurs est fortement impliquée aux côtés de l’université de Corse dans la mise en œuvre des formations de ce secteur.

La participation de la CTC aux travaux de la COPEAM 2016

Le programme de la conférence annuelle de la COPEAM se divise en 3 temps :
  • Le 8 avril 2016 : réunion des commissions
  • Le 9 avril 2016 : conférence plénière sur le thème de l’avenir des jeunes en Méditerranée
  • Le 9 avril 2016 : assemblée générale de la COPEAM (ouverte aux seuls membres)
 
La CTC participera à l’ensemble des travaux et plus particulièrement aux commissions suivantes :
La commission patrimoine audiovisuel 
Actuellement présidée par Mireille Maurice (INA), cette commission a porté les années précédentes le projet « MedMem », portail internet de la mémoire audiovisuelle de la Méditerranée, qui permet d’avoir accès à quelque 4000 archives audiovisuelles accessibles gratuitement en ligne, sur un site trilingue, offrant un regard croisé sur le patrimoine de l’ensemble du bassin méditerranéen.
Les perspectives futures envisagées concernent des activités de sensibilisation au patrimoine audiovisuel, ainsi que la création d’un Prix sur l’innovation à base d’archives.
La Cinémathèque de Corse est concernée au 1er chef par cette commission. En effet, au-delà du patrimoine cinématographique, elle conserve les œuvres audiovisuelles soutenues par la CTC. Dans ce cadre, un projet de plateforme de valorisation des archives audiovisuelles pourrait être mis en œuvre.
 
La commission cinéma, festival, culture
Présidée actuellement par Vincent Melilli, directeur général de l’ESAV (école supérieure des arts visuels) de Marrakech , la CTC souhaite candidater à la présidence de cette commission pour la période 2016-2018.
Les années précédentes, la commission a notamment travaillé sur la mise en œuvre d’un programme TV dédié aux films d’écoles et sur un plan d’action pour les écoles méditerranéennes de cinéma.
Les nouveaux projets pressentis concernent l’organisation d’une table ronde méditerranéenne sur le thème « Les festivals comme levier de structuration et de professionnalisation des secteurs audiovisuels locaux » et la création d’un Prix Kantara (de l’émission radiophonique éponyme pilotée par RCFM).
La CTC souhaite apporter sa contribution à cette commission, afin d’envisager d’étendre ces réflexions avec la création d’un festival méditerranéen du premier film qui pourrait être initié sur le net.
 
La commission formation 
Elle est présidée par Mesut Ertanhan, chef du département formation à la TRT (Turquie).
Les années précédentes, des ateliers ont été initiés comme « Informer et sensibiliser aux défis climatiques et au développement durable » à Tunis en décembre 2015.
Les projets à venir concernent la création d’un diplôme conjoint « Ecriture de séries TV » (partenaires promoteurs ALBA, ASAV, ESAC, Uninettuno) dans le cadre du plan d’actions en faveur des écoles méditerranéennes de cinéma ou encore la 2e édition (francophone) de l’atelier de formation « La couverture médiatique des événements culturels » (Maroc, courant 2016).
La CTC soutient la filière de formation de l’université de Corse, qui a permis la mise en place d’ateliers – tel que « Regards méditerranéens » des ateliers Varans en Corse (réalisation de documentaire) – ou d’écriture du GREC (groupe de recherche et d’essai cinématographique). A ce titre, elle est particulièrement concernée par les projets de cette commission, dont l’Université de Corse est membre.
 
La commission Radio est actuellement présidée par Hervé de Haro, Directeur de RCFM.
La CTC au travers d'une convention pluri-annuelle soutient RCFM dans ses choix d'ouvrir vers la Méditerranée ses programmes. Les émissions ainsi programmées et diffusées dans tout le bassin méditerranéen sont pour la Corse un vecteur essentiel dans la promotion et la diffusion de la langue et de la culture corses au-delà de notre territoire.
Il est important pour la Corse de maintenir cette présidence qui d'une part permet de renforcer sa présence en Méditerranée et d'autre part représente un véritable atout pour les projets européens qui seront déposés dans le cadre des appels à projets lancés pour la période 2014-2020.
 
Enfin, la CTC participera le 9 avril au Palais des Congrès d’Ajaccio à la conférence plénière qui portera sur le thème "Quel avenir pour les jeunes de la Méditerranée ? La contribution des médias".
 
Plus d’infos

L’enjeu de la CTC : valoriser la filière audiovisuelle insulaire dans son environnement méditerranéen

Positionner la filière audiovisuelle et cinématographique insulaire dans son environnement méditerranéen trouve pleinement son sens au travers des actions menées par les acteurs et opérateurs du secteur :
  • du fait notamment de la reconnaissance de la chaîne France 3 Corse ViaStella comme la chaîne de « la Corse et de la Méditerranée » (décret n°2011-1725 du 1er décembre 2011 portant modification du cahier des charges de la société nationale de programme France Télévisions)
  • par le projet initié par France 3 Corse ViaStella et la RAI il y a plus de 20 ans concernant l’émission Mediterraneo, cas unique de coproduction audiovisuelle de diffuseurs du bassin méditerranéen
  • par les expérimentations d’opérateurs comme RCFM avec des émissions telles que Kantara, émission hebdomadaire notamment primée par la Fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures. Cette émission radiophonique est émise en duplex du studio 6 de la chaine internationale à Rabat et de RCFM en Corse. Ou encore le magazine hebdomadaire d’information Mediterradio, réalisé en triplex entre RCFM en Corse, la RAI Sardegna à Cagliari et la RAI Sicilia à Palermo
  • par la production documentaire insulaire qui s’est saisie des sujets relatifs à la Méditerranée depuis plus de 20 ans.


La CTC entend soutenir RCFM dans sa politique audiovisuelle d'ouvrir ses programmes vers la Méditerranée ; les émissions ainsi programmées et diffusées dans tout le bassin méditerranéen sont pour la CTC un vecteur essentiel dans la promotion et la diffusion de la langue et de la culture corses, au-delà de notre territoire.

La politique audiovisuelle volontariste de la CTC place la Corse dans le peloton de têtes des régions françaises

La collectivité territoriale de Corse a la volonté de s’engager dans une démarche globale ambitieuse autour de la filière audiovisuelle touchant à la culture, l’économie, la formation, la conservation et à la diffusion.
Son intervention s’est portée sur l’aide à la diffusion, l’éducation à l’image, la conservation et la valorisation du patrimoine cinématographique et audiovisuel, la formation et le soutien à la création, enfin la production cinématographique et audiovisuelle. 

L’adoption en 2003 d’un dispositif de soutien spécifique à l’audiovisuel et la mise en œuvre des orientations culturelles de 2005, dont le règlement a été remanié en 2015, ont permis une structuration de la filière autour de la création de la chaine ViaStella en 2006, (émergence de sociétés de production, élargissement des sujets et des champs d’actions des projets et professionnalisation des acteurs de la filière).

Depuis 2003, la création du bureau d’accueil des tournages, Corsica Pôle Tournages permet de valoriser l’action territoriale par une représentation dans les festivals et les salons professionnels internationaux. La Corse a enregistré une nette progression des tournages en Corse.
En termes de diffusion, la CTC accompagne la modernisation des salles de cinéma, les diffuseurs télévisuels locaux, les festivals organisés sur le territoire. Elle soutient également des actions d’éducation à l’image et de formation. Enfin, la Corse est dotée d’une cinémathèque régionale administrée jusqu’en 2013 en délégation de service public confiée à une association, puis reprise en régie directe depuis.
 
La CTC soutient la création cinématographique et la production audiovisuelle insulaire à travers le fonds d’aide à la création cinématographique et audiovisuel. Constitué dès le début des années 90 et structuré à partir de 2005 en partenariat avec le CNC (centre national de la cinématographie), qui cofinance un tiers des aides attribuées, ce fonds d'aide a été remanié en 2015 pour être compatible avec la réglementation de l’Union européenne. L'objectif est d'accompagner les projets des créateurs et des sociétés de production à travers des aides à l'écriture, au développement, à la production, à la diffusion et à la promotion des œuvres pour tous les genres (documentaire, fiction, animation) que cela soit en court métrage, fiction TV, long métrage cinéma, documentaire audiovisuel, documentaire d’auteur, vidéo-art…
 
La politique de soutien active de la CTC, place la Corse parmi les 10 premières régions françaises en termes de soutien sur une quarantaine de collectivités intervenantes. Par ailleurs, la Corse est la première région française en termes de soutien au documentaire du fait notamment du diffuseur ViaStella. Depuis 30 ans, c’est ainsi un catalogue de plus de 400 documentaires qui ont été produits en Corse.
 
Initialement constituée autour d'une poignée d'associations, la filière audiovisuelle corse a véritablement émergé à partir de 1994 avec la création d’une unité de programmes à France 3 Corse. Des sociétés de production se sont depuis créées et développées essentiellement autour du documentaire. L’île compte aujourd’hui près d’une quarantaine de producteurs, dont certains se sont diversifiés dans les domaines de la fiction et du court métrage. Ces producteurs ont été accompagnés dans leur professionnalisation au travers de programmes de formation comme Eurodoc.
 
En 2007, la création d’une chaîne régionale de plein exercice rattachée à France Télévisions  (fortement impliquée dans les coproductions de documentaires) France 3 Corse ViaStella avec le soutien politique et financier de la Collectivité Territoriale de Corse depuis sa création, a permis de structurer de manière pérenne la filière audiovisuelle insulaire. Avec plus de 20 heures de programmes journaliers diffusés au plan local (TNT) et national (satellite, câble et ADSL), la chaîne offre une vitrine à la création corse et méditerranéenne.
 
La collectivité territoriale de Corse soutient également le développement de chaînes locales, à l’instar de la chaîne Télé Paese.
 
Elle soutient également la radio Radio Corsica Frequenza Mora au travers d’une convention en faveur du développement de la langue corse.
Par ailleurs, la Collectivité Territoriale de Corse s’implique dans la diffusion cinématographique au travers du soutien aux festivals (16 festivals qui se tiennent chaque année dans l’île et qui sont portés par une douzaine d’associations) en faveur de la promotion des œuvres cinématographiques et audiovisuelles corses, méditerranéennes.
 
L’institution territoriale accompagne également la formation initiale et continue dans le secteur avec les formations supérieures des filières audiovisuel et cinéma au sein de l’Université de Corse : Licence techniques et activités de l’image et du son ; Diplôme Universitaire CREATACC "Créations et Techniques Audiovisuelles et Cinématographiques de Corse" ; Diplôme Universitaire de Journalisme corsophone en partenariat avec l’école de journalisme Ecole Supérieure du Journalisme. Elle accompagne également la professionnalisation des acteurs : stage de professionnalisation des producteurs Eurodoc ; ateliers d’écriture de scénarios du GREC ; atelier de réalisation de documentaire avec les ateliers Varan ;  ou encore l’atelier d’écriture de scénario de long métrage franco-italien Atelier Farnese en 2012.
 
Enfin, la Corse est dotée d’une cinémathèque régionale, qui joue un rôle important notamment dans la conservation et la sauvegarde des œuvres produites en Corse, dans la diffusion de ces œuvres sur le territoire et à l’extérieur et dans le cadre des dispositifs d’éducation à l’image et d’accompagnement des classes à option cinéma des lycées de Bastia et de Porto-Vecchio.
 
L’action de la CTC depuis plus de 20 ans dans ce secteur a porté ses fruits et ce à plusieurs niveaux :
  • Une augmentation croissante de l’activité : près de deux fois plus de nombre de jours de tournage dans l’île sur les 10 dernières années (avec une moyenne de 1200 jours par an).
  • En termes de retombées économiques (exemple : 5,6 Millions d’€ de retombées économiques en 2015 uniquement sur les longs métrages et fictions TV, avec un ratio de 1€ investi par la CTC pour 5€ de retombées économiques sur le territoire) ;
  • De valorisation du territoire (communication, retombées presse…) ou encore en notoriété professionnelle (les producteurs nationaux importants n’hésitant plus à venir tourner en Corse malgré le surcoût lié à l’insularité) et les producteurs insulaires trouvent aujourd’hui des débouchés à l’échelon national et international;
  • Par l’émergence d’une nouvelle génération de réalisateurs corses prometteurs accompagnés par la CTC dès leurs premiers projets ou dans le cadre de la synergie avec l’Université de Corse (Thierry de Peretti notamment dont le premier long métrage « Les Apaches » a été sélectionné à la quinzaine des réalisateurs du festival de Cannes en 2013 et Caroline Poggi, ancienne étudiante de l’Université de Corse, a été primée au prestigieux festival de Berlin en 2014 obtenant un ours d’or pour son 2ème court métrage), ou encore la reconnaissance à l’international de documentaires produits ou coproduits par des entreprises insulaires.