Collectivité Territoriale de Corse

Le Président du Conseil exécutif de Corse réaffirme sa volonté de faire du développement économique une priorité de la mandature

U prisidente di u Cunsigliu esecutivu riaccerta a so vulintà di fà di u sviluppu ecunomicu una primura maiò di a mandatura

Vendredi 28 Juillet 2006



A l'occasion d'un conférence de presse donnée ce matin dans les locaux de l'ADEC, Ange Santini a tenu à réaffirmer le rôle et l'importance du développement économique ainsi que les raisons pour lesquelles il a souhaité conserver sous sa tutelle ce secteur.


Depuis près de trente ans, les gouvernements successifs n'ont cessé de prôner en Corse une véritable dynamique de développement économique en expliquant qu'elle seule permettrait à la Corse de retrouver la voie de la prospérité et de la stabilité. Or, dans le même temps, toutes les réponses apportées ont trop souvent été institutionnelles.

Depuis 2004, conscient que croissance, prospérité et augmentation du niveau de vie sont des facteurs de stabilité et de paix, le Conseil Exécutif a tenu à réaffirmer le rôle et l'importance du développement économique.

Les efforts entrepris par José ROSSI, Président de l'ADEC jusqu'en mai 2006, doivent être poursuivis et amplifiés. Et le développement économique clairement affiché comme une priorité de la mandature.

C'est la raison pour laquelle j'ai souhaité conserver sous ma tutelle le secteur du développement économique et par voie de conséquence la Présidence de l'Agence de Développement Economique de la Corse.

Dans le droit fil des orientations de la politique économique présentée par le Conseil Exécutif de Corse en avril 2005 et dans la perspective des futurs programmes 2007-2013, il convient de définir aujourd'hui un plan d'action de la Collectivité territoriale en matière de développement et en même temps donner un plan de travail de l'Agence de Développement Economique de la Corse.

Trois axes d'orientation guideront notre démarche :

-1- Une politique énergétique forte, au service du développement

-2- Une politique des TIC à l'écoute des besoins des acteurs
et des utilisateurs

-3- Un soutien à la compétitivité des entreprises de la Corse en créant les conditions de leur développement








-1- Une politique énergétique au service du développement

Il n'y a pas de développement économique et social sans une fourniture énergétique en quantité et de qualité. C'est l'axe majeur qui sous-tend le Plan énergétique de la Corse voté par l'Assemblée de Corse sur proposition du Conseil Exécutif de Corse à une large majorité.

L'énergie constitue donc un axe stratégique du développement de la Corse et il convient à la fois de veiller au bon déroulement du Plan Energétique en y associant tous les acteurs dans le cadre du Conseil Energétique de Corse et de faire des énergies renouvelables non seulement un moyen de réduire la facture énergétique de la Corse mais aussi et surtout un levier de son développement.

? Veiller à la bonne application du Plan Energétique de la Corse

Le Plan Energétique de la Corse est orienté autour de trois axes forts :
- la sécurisation de l'approvisionnement électrique de la Corse
- les contours du paysage énergétique de l'île à l'horizon 2025
- une politique exemplaire de soutien aux énergies renouvelables et à la maîtrise de l'énergie, notamment dans le cadre de la participation de la Corse au Pôle de compétitivité PACA-Corse

Sur ce dossier, l'Etat s'est engagé à réaliser les deux centrales d'Ajaccio et du Vazzio d'ici 2010-2012, le barrage du Rizzanese, à effectuer des études pour le barrage de l'Olivese et à étudier plus avant les conditions de raccordement au gazoduc GALSI et aux conditions d'interconnexion prévues dans le Plan.

? Faire de la Corse, la terre des énergies renouvelables

Les énergies renouvelables sont, pour notre île, une formidable opportunité de développement. Elles peuvent contribuer à l'attractivité du territoire mais aussi à dynamiser un tissu économique dynamique.
A moyen terme, le Plan Energétique prévoit l'élaboration d'un véritable Plan de développement des énergies renouvelables, porteur d'une image originale et exemplaire de la Corse. Dans ce cadre, seront organisées avant la fin de l'année 2006, des « Assises de l'Energie ».
Sur ce thème des énergies renouvelables, le Président du Conseil Exécutif de Corse a lancé une concertation étroite avec les syndicats d'électrification de la région afin d'étudier et garantir une électricité de qualité sur les réseaux de transport et de distribution, notamment en milieu rural.

Le développement des énergies renouvelables passe également par un accompagnement du Pôle de compétitivité, dans lequel la Corse s'est pleinement engagée et qui porte déjà ses premiers fruits (déjà 5 projets insulaires labellisés par les instances nationales).



-2- Une politique des TIC à l'écoute des besoins des acteurs
et des utilisateurs

Plus que nécessaire, l'équipement numérique de la Corse est aujourd'hui essentiel et la Collectivité Territoriale de Corse se doit d'engager une politique d'aménagement numérique de son territoire si elle veut que l'ensemble de la population insulaire (entreprises, particuliers, institutions, chercheurs…) ait accès à l'internet et au haut débit, au savoir et à l'information dans les mêmes conditions que dans n'importe quelle autre région française.

Après avoir dégagé des pistes de travail dans le cadre du Livre Blanc sur la Société de l'information en Corse, il faut désormais les convertir en actions et :

- Favoriser l'utilisation des systèmes d'information par les entreprises de Corse pour leur permettre d'accroître leur compétitivité
- Utiliser les outils de la société de l'information dans les actions collectives pour mettre en réseau les entreprises par secteurs ou par filières pour leur permettre de partager l'information et de la diffuser
- Lancer une étude de faisabilité pour la création de plates-formes de services aux entreprises qui pourraient être déployées par partenariat public/privé.
- Engager une réflexion partagée pour la pérennisation des Points d'Accès Multimédia.
- Diffuser plus encore les technologies de l'information dans l'appareil éducatif et dans le secteur de la recherche et de la formation universitaires
- Engager une démarche de structuration des entreprises de Corse du secteur des TIC sous la forme d'une action collective et initier la même démarche pour les entreprises du secteur des télécommunications
- Mettre en oeuvre une enquête sur le niveau de pénétration des TIC dans le tissu socio-économique en permettant une actualisation régulière des données ainsi collectées.
- Utiliser les ressources des TI pour créer l'Observatoire des territoires de la Collectivité Territoriale de Corse porté par l'ADEC et dont les données pourraient être utilement partagées par les entreprises, les acteurs de terrain et les collectivités locales
- Créer le Collège de la Société de l'Information qui sera l'organe partenarial assurant la gouvernance de la politique des TI à l'instar du Conseil Energétique pour le secteur de l'énergie



-3- Un soutien à la compétitivité des entreprises en créant les conditions de leur développement

La nouvelle période de programmation 2007-2013 place la Corse dans une nouvelle logique : celle de la compétitivité. Compétitivité qui n'est pas synonyme de compétition mais plutôt d'accroissement des performances des entreprises, des compétences humaines et de conquête de nouveaux marchés.

Les chefs d'entreprises de Corse qui ont démontré leur esprit d'initiative et leur capacité à agir sont prêts à relever ce défi si les pouvoirs publics les accompagnent dans leur effort d'adaptation. Pour la Collectivité Territoriale de Corse, le moment est venu de mettre en oeuvre une stratégie de développement plus offensive et de favoriser l'émergence d'un environnement favorable à la croissance et à l'emploi.

Car l'objectif de « compétitivité » invite la Corse à entrer dans une nouvelle dynamique : conquérir des marchés, solidifier la croissance, anticiper grâce à une visibilité à court et moyen terme sont aujourd'hui des enjeux prioritaires pour les entreprises corses. L'ambition économique de la Collectivité Territoriale de Corse doit être de répondre à ces attentes et de favoriser l'équilibre et l'harmonie de la société insulaire en engageant la région sur la voie d'une croissance forte et de qualité.

Ceci est d'autant plus important que les régions sont, depuis les dispositions de la Loi relative aux libertés et aux responsabilités locales, les chefs de file de l'économie. Ce qui place la Collectivité Territoriale de Corse au premier plan des attentes des acteurs.

Dans ce contexte, l'Agence de développement économique de la Corse doit relever le double défi : celui d'accompagner les projets structurants nécessaires à l'émergence d'une économie compétitive tout en conservant la fonction ingénieriale qui lui permet de devancer les mutations et de préparer les réformes à venir.

Lors de la présentation des axes d'orientation de la politique économique, le Conseil Exécutif a souligné devant les élus de l'Assemblée de Corse la nécessité d'engager l'économie de la Corse sur la voie de la performance pour soutenir une croissance forte et de qualité.

Mais cet objectif doit aujourd'hui être mis en oeuvre au regard aussi de certaines contraintes et notamment financières face à la réduction drastique des crédits de l'Etat et à la diminution, même relative, des crédits européens.

Il faut donc optimiser les moyens humains et financiers, mutualiser les forces partout où cela est possible, éviter la dispersion des crédits et concentrer les efforts sur des objectifs clairs. Certains sont déjà en voie de maturation au sein des services de l'ADEC afin que dès janvier 2007 l'agence de développement économique puisse répondre aux attentes du monde des entreprises dans le droit fil des priorités définies par les Conseils Européens de Lisbonne et de Goëteborg


? Zones d'activités

Les zones d'activités sont un élément indispensable et incontournable de l'attractivité mais aussi du développement des entreprises insulaires qui doivent y trouver les conditions optimales de la croissance de leurs activités.

La Corse compte plusieurs zones d'activités qu'il convient de restructurer et d'améliorer. Mais elle a besoin d'autres zones d'activités qui répondent à des attentes nouvelles ou à des vocations particulières (zone consacrée à l'aéronautique par exemple…).

Une étude stratégique sur le diagnostic des zones existantes et l'expertise des zones en projet ou à créer a été réalisée. Les services de l'ADEC seront en mesure de proposer un plan régional qui sera présenté à l'Assemblée de Corse par le Conseil Exécutif dès l'automne 2006 et dont les modalités de financement sont actuellement en discussion avec les services de l'Etat dans le cadre de la contractualisation 2007-2013.

? Plate-forme de financement des entreprises

La Collectivité Territoriale de Corse soutient déjà une gamme cohérente d'outils financiers qui concourent au développement par diverses interventions :
- Prêt solidaire (ADIE)
- Prêt d'honneur (ADIE, PFIL)
- Contre-garantie bancaire (Sofaris., Corse Active)
- Capital-risque (Femu Qui S.A.)

Cette gamme doit être complétée pour permettre à l'avenir de continuer à soutenir l'économie insulaire dans le respect des encadrements communautaires et avec une incidence moindre sur le calcul du cumul des aides aux entreprises.

Des dispositifs concernant l'affacturage et le crédit bail immobilier doivent voir le jour. D'autres, tels que le prêt d'honneur ou le capital-risque, doivent être renforcés soit par l'optimisation des ressources des outils existants, soit par la facilitation de la création d'outils nouveaux dans le cadre de partenariats institutionnels renouvelés avec des organismes nationaux.

L'objectif assigné à l'Agence de Développement Economique de la Corse est de définir les contours d'une plate-forme unique de financement des entreprises qui mutualiserait les outils existants et pourrait développer d'autres formes de soutien financier. Ici encore, l'ambition est de simplifier la vie des entreprises et des porteurs de projets tout en leur permettant de rechercher des concours bancaires grâce au soutien d'outils fiables renforçant leurs fonds propres.


? Accompagnement de la structuration des filières

L'aide individuelle, telle qu'elle a été pratiquée jusqu'à ce jour, ne permet pas de structurer des pans entiers de l'économie insulaire qui reste encore trop morcelée pour être compétitive. Il faut initier des mécanismes qui encourageront le regroupement d'entreprises autour de projets et d'objectifs communs. L'ADEC devra, à cet effet, réformer son dispositif de soutien aux actions collectives pour le rendre plus réactif aux besoins des entreprises.


? Mise en place d'un plan régional en faveur de l'export

De nombreuses entreprises de Corse disposent déjà des atouts nécessaires pour partir à la conquête de nouveaux marchés à l'extérieur de l'île. Il est indispensable de les accompagner dans cette démarche, car pour les PME de Corse, comme pour les artisans, sortir du territoire insulaire - France continentale, Europe ou reste du monde- représente un effort spécifique et un surcoût important.

Ce particularisme insulaire doit être pris en compte. Une étude visant à définir une stratégie d'accompagnement de l'export a été réalisée. Les services de l'ADEC proposeront un plan régional Cors'export d'ici la fin de l'année en partenariat avec les chambres consulaires et avec le soutien d'organismes nationaux offrant de nombreux services aux entreprises comme UBI-FRANCE ou la COFACE.

La problématique de l'export et de la conquête des marchés extérieurs ne saurait être distinguée de celle plus générale des transports. Il conviendra donc d'intégrer ce paramètre dans le cadre de la mise en place du plan export-Corse.





? Recentrage des dispositifs d'aides économiques

Les mesures d'aides de la Collectivité Territoriale de Corse sont trop nombreuses et trop complexes à appréhender pour les chefs d'entreprises et les porteurs de projets. Il faut donc les simplifier au même titre que les circuits décisionnels. La Collectivité compte 20 dispositifs et plus de 50 mesures d'aides. Les services de l'ADEC ont été invités à engager une réflexion en vue de cette simplification.

Dans le même esprit et afin d'optimiser les crédits régionaux en faveur de l'économie, il est actuellement envisagé la mise en place de mécanismes d'avances remboursables notamment à destination des projets d'extension d'activité.

Dès la rentrée, une large concertation avec les acteurs institutionnels et les acteurs économiques sera initiée par le Président de l'Adec afin d'élaborer des dispositifs plus simples, plus réactifs répondant mieux aux attentes et besoins des entreprises.


? Développer une véritable politique régionale de l'innovation

L'innovation en Corse est un vecteur de croissance d'autant plus important que nombre d'entreprises de l'île sont déjà fortement impliquées. On dénombre chaque année plusieurs entreprises sélectionnées pour le concours national de l'innovation organisé par le Ministère de la recherche. Le tissu entrepreneurial affiche dans ce domaine un véritable dynamisme. Déjà un premier accord a été conclu avec Oséo-anvar ayant donné lieu à la création d'un Pôle régional de l'innovation : il faut aller plus loin.

La Collectivité Territoriale de Corse doit définir, avant la fin de cette année, un Plan territorial de l'innovation qui fera l'objet d'un pilotage régional. Ce plan sera adapté aux réalités et aux attentes des entreprises de Corse (et aussi les plus petites) qui doivent, elles aussi, compter sur l'innovation pour être plus compétitives.