Collectivité Territoriale de Corse

Le budget primitif 2011 adopté en Assemblée de Corse le 17 décembre 2010

Mercredi 5 Janvier 2011


4 axes d’action ont orienté la construction du budget primitif pour l’exercice 2011

Le budget primitif 2011 adopté en Assemblée de Corse le 17 décembre 2010
Le Conseil exécutif a présenté, lors de la session du 25 novembre 2010 consacrée au débat d’orientations budgétaires pour l’exercice 2011, un rapport mettant en exergue quatre objectifs principaux à savoir :

1. Assurer un développement durable : 
Cette action verra principalement la mise en œuvre d’actions dans le domaine de l’environnement et de l’énergie, la mise en place de règlements d’aide révisés qui intégreront des critères d’éco-conditionnalité, par la mise en œuvre d’un agenda 21 local intégrant une stratégie et un programme concret d’actions destinées à renforcer la prise en compte du développement durable sur notre territoire ;

2. Affirmer notre identité :
Cela inclut nécessairement la promotion de la langue et le développement du bilinguisme au travers notamment des actions que la Collectivité Territoriale de Corse subventionne dans le domaine culturel, la meilleure prise en compte de notre richesse patrimoniale, le soutien d’ actions et de manifestations de portée nationale ou internationale de nature à promouvoir l’identité de notre territoire ; 

3. Favoriser la cohésion territoriale :
Cette action de la Collectivité prendra nécessairement en compte les problématiques d’aménagement du territoire que ce soit en matière de transports ou de développement technologique, le développement d’une politique foncière et du logement,  la diversification de l’économie insulaire ; 

4. Préserver les équilibres financiers pour préserver l’avenir : 
Cet objectif passe par la nécessité de maintenir la place de la Collectivité comme principal donneur d’ordre dans la commande publique locale, la maîtrise voire la réduction de certaines dépenses de fonctionnement pour maintenir le niveau d’autofinancement,  un meilleur encadrement de l’utilisation de la dotation de continuité territoriale, la limitation stricte du recours à l’emprunt et la sécurisation des encours sur produits structurés, une gestion optimisée de la trésorerie, la recherche de nouvelles ressources financières, la mise en place d’une évaluation de l’action publique.