Collectivité Territoriale de Corse

Le musée national de la Maison Bonaparte présente l'exposition "Destins d'objets, 12 objets témoins du destin exceptionnel des Bonaparte" jusqu'au 29 juin 2014

Mardi 15 Avril 2014



Cette exposition est l'une des opérations comprises dans le cadre de la convention relative à la valorisation du Patrimoine napoléonien et de l'histoire de la Corse passée entre le SCN Malmaison, la Collectivité Territoriale de Corse et la Ville d'Ajaccio


On a du mal à imaginer que, dans la maison d’un grand homme comme Napoléon Bonaparte, un objet soit autre chose qu’un élément du décor. Décor de la vie quotidienne, la sienne et celle de ses proches ; décor des tournants de sa carrière : départ pour Brienne ou retour pour de longues permissions, visites de Paoli ou de Marbeuf, engagement dans les épisodes révolutionnaires qui agitent Ajaccio ou départ vers l’aventure : Paris, après la campagne d’Egypte et avant le Dix-huit Brumaire.

Pourtant ces objets ont une vie propre ; la preuve : ils apparaissent tout à coup (on ne sait pas toujours grâce à qui...), ils disparaissent lors des successions, ils changent de fonction, de propriétaire, ou sont investis de symboliques nouvelles.

Ainsi un portrait tardif de Letizia la représente-t-il avec quelques années de moins : une manière de réécrire l’histoire et d’oublier que, dans sa jeunesse, Letizia n’avait pas les moyens de payer un portraitiste.Le petit canon, objet emblématique de la Maison Bonaparte disparaît-il vers le milieu du XIXème siècle ? On voit combien il a marqué le futur empereur qui s’empresse de commander les mêmes pour son fils... infiniment plus luxueux !

Les images du prince impérial dans la maison correspondent à la volonté de l’impératrice Eugénie de l’inscrire dans la généalogie des Bonaparte. Et ce, dans la demeure qui est le temple même de cette mémoire.On le verra, c’est presque une enquête policière qui a permis de retrouver la trace des quatre statuettes de dieux olympiens dont il ne reste plus que Junon. Inventaires, coupures de journaux et silhouettes fantomatiques dans de vieilles cartes postales sont autant d’empreintes de leur présence dans la Maison. D’autres objets se sont eux révélés après enquête de plus grande qualité encore qu’il n’y semblait, comme les personnages d’ivoire de la crèche, qui sont désormais attribués au sculpteur sur ivoire du roi de Bavière Christof Angermaier.
C’est le destin très divers de douze de ces objets que nous présentons ici.
Mais la vie d’un musée, ce sont aussi ses acquisitions, nous les présentons au public, son propriétaire ; de même qu’ il nous a semblé important de rendre hommage à nos donateurs qui ont enrichi le musée ces deux dernières années : Lise Zadok-Ferré, François Calvia, Peter Chapman et François Ollandini.

Le don par François Ollandini du premier dessin connu représentant la Maison Bonaparte (1819), nous a conduits à organiser une exposition consacrée au Voyage pittoresque en Corse d’Adrien Joly de la Vaubignon (1821), l’un des premiers regards attentifs et documentés sur la Corse.

Jean-Marc Olivesi
Conservateur en chef

Informations, réservations groupes :

Musée national de la Maison Bonaparte
Rue Saint-Charles
20000 Ajaccio

Tel : (33) 04 95 21 43 89
Fax : (33) 04 95 21 61 32

www.musee-maisonbonaparte.fr