Collectivité Territoriale de Corse

Les chemins de fer

Jeudi 22 Mars 2012



Suite au transfert du domaine ferroviaire, la CTC, avec l'aide financière de l'État et de l'Union européenne, a engagé au titre des programmes 2000-2006, 133 M€ d'investissements pour la remise à niveau du réseau tant au niveau des voies, du matériel roulant que de la sécurité. La mise en service de ces investissements permet déjà une nette amélioration des temps de parcours, réduits entre Ajaccio et Bastia à 3h40 au lieu de 4h10 en 2004, du confort et de la sécurité des circulations.

En effet, le diagnostic du schéma régional des transports de la Corse, comme ceux des plans de déplacements urbains d'Ajaccio et de Bastia, porte le constat d'un enjeu fondamental de rééquilibrage des modes en faveur des chemins de fer aussi bien au centre de l'île (limiter la dépendance), que dans les grandes agglomérations de Bastia et Ajaccio (favoriser le transfert modal).

Pour y parvenir, la politique de la CTC se fonde sur un réseau de transport hiérarchisé et la recherche de l'intermodalité, actuellement très faible entre les réseaux malgré une ligne de chemin de fer très bien positionnée par rapport à la dispersion des populations et activités. Les nouveaux investissements permettront la densification de l'offre qui pourra atteindre des cadencements à 20 mn aux heures de pointes sur les parties très urbanisées.

Situation des transports ferroviaires en Corse : état des lieux et enjeux

Présentation générale du réseau

Le réseau ferré dans son ensemble (voies et gares) est, depuis la loi du 22 janvier 2002 relative à la Corse, propriété de la CTC qui assure la totalité des charges y afférant.
Une délégation de service public (DSP) d'une durée de 9 ans a été passée en 2001 avec la SNCF pour la gestion et l'exploitation des services ferroviaires. Elle a été renouvelée en décembre 2008.

L’année 2012 a été marquée par le changement d’opérateur pour l’exploitation du réseau ferré, la convention transitoire signée avec la SNCF arrivant à échéance le 31 août 2011

Désormais l'exploitation est confiée à une société d'économie mixte. La SNCF conserve un rôle de conseil.

La collectivité territoriale de Corse poursuit par ailleurs la conduite des opérations d’investissement dans le programme de modernisation dont certaines sont co-financées et a engagé un certain nombre d’actions nouvelles telles que l’aménagment du fonds de baie d’Ajaccio, les travaux de sécurisation des PN, la mise en sécurité des traversées de voie entre Calvi et Ile Rousse ou les études d’ aménagement multi-modal de la gare de l’Ile Rousse.

Le réseau ferroviaire en forme de Y comporte 232 km de voies avec :
  • 1 ligne principale de 158 km reliant Bastia à Ajaccio, 
  • 1 ligne « Balagne » de 74 Km reliant Ponte-Leccia à Calvi
Il s'agit d'un réseau à voie unique non électrifiée, avec des points de croisements aménagés essentiellement au niveau des gares.
Les particularités du réseau corse sont l'écartement métrique des voies, les rayons de courbure serrés et les pentes liés à la topographie des territoires traversés.
Au moment du transfert de domanialité, les infrastructures sont anciennes et très dégradées : des réductions de vitesse existent sur de nombreuses sections (jusqu'à 41 zones) pour des raisons de sécurité. Enfin, le temps de parcours entre Ajaccio et Bastia était de plus de 4 heures, avec des retards extrêmement fréquents.

Le parc de matériel actuel se compose de :
  • 17 automotrices et 13 remorques pour le transport de voyageur 
  • 1 locotracteur 
  • 10 wagons pour le fret 
Le parc est ancien, les rames les plus récentes sont les 7 rames Soulé de 1989.
Les autres véhicules destinés au transport de voyageurs datent de 1975 (5 X 2000 et 2 X 5000) ou d'avant 1950 pour les 3 autorails ABH.
En raison de la vétusté, sur les 1238 places assises théoriques, en 2006 seulement 998 places rentraient effectivement dans le roulement de matériel.