Collectivité Territoriale de Corse

Les orientations stratégiques de la CTC pour l'action culturelle et patrimoniale

Mercredi 5 Octobre 2011

Le Président du Conseil exécutif, a présenté à l'occasion de la séance publique de l'Assemblée de Corse des 5 et 6 octobre 2011, les orientations stratégiques de la Collectivité Territoriale de Corse pour l'action culturelle et patrimoniale.



La Culture et le Patrimoine sont, pour la Collectivité Territoriale de Corse, des enjeux majeurs

Les orientations stratégiques de la CTC pour l'action culturelle et patrimoniale
C’est parce qu’elle est la seule institution à couvrir l’ensemble du territoire insulaire que lui revient la charge d’accompagner le développement de la création et de la diffusion sur le sol de l’île, d’assurer la coordination des enseignements artistiques et des pratiques amateurs, ainsi que l’étude, la conservation et la valorisation de son Patrimoine. Cela, en tenant compte du cadre très particulier de sa géographie et de sa démographie.

Et c’est en raison de cette démographie et de cette géographie particulières, mais aussi de son histoire et de son organisation sociale, que l’île a vu naître et s’épanouir une culture originale, dont la langue corse est le vecteur majeur, et que la CTC se doit d’encourager et de promouvoir.

Sur la longue durée, cette histoire réunit les monuments du passé et les créations du présent, et confronte nos productions les plus originales aux œuvres de la culture universelle. C’est pourquoi le présent document n’oppose pas patrimoine et création, culture corse et culture universelle en Corse, labels nationaux et échanges internationaux, mais propose de donner à chacun les dispositifs les plus appropriés pour son développement.

Pour répondre aux cadres très particuliers de la géographie, de la démographie, et aux enjeux contemporains du développement économique et social, il est proposé de coordonner les actions, de rationaliser les aides, d’encourager les mises en réseau et les coproductions. Cela afin de canaliser au mieux les énergies vers la création et la préservation de notre identité, dans un contexte international difficile et une réalité régionale modeste par sa population et ses moyens.

La Culture, au sens d’anthropologie culturelle, n’est pas une valeur marchande : elle est ce qui donne du sens à la vie en Société, ce qui permet d’organiser une vision du monde qui nous est particulière et qui constitue notre identité.

Pourtant, la Culture et le Patrimoine deviennent pour la Corse un enjeu économique majeur, dans la mesure où ils accroissent très fortement l’attractivité de notre territoire, où ils développent des industries innovantes, (comme l’audiovisuel, en plein essor), qui induisent la formation de jeunes professionnels dans les secteurs des nouvelles technologies, où ils contribuent au rayonnement positif de l’île.

Dans le même temps, à l’intérieur de l’île, Culture et Patrimoine donnent des valeurs communes aux insulaires, créent des espaces d’échange, de discussion, de questionnement et contribuent ainsi à la cohésion sociale des Corses.

Sans prétendre à la reconnaissance et à un positionnement comme un centre phare de la création internationale, la Corse a su, ces dernières décennies, ne pas se laisser cantonner à la périphérie. L’affirmation d’une culture originale, les moyens mis à la disposition de ses créateurs, la valorisation d’un patrimoine jusqu’alors méconnu mais répondant du fait de sa nature propre à la forte attente d’authenticité réclamée par le public (allant des polyphonies jusqu’aux collections de ses musées) ont permis la reconnaissance partagée de notre différence, qu’elle se manifeste, par exemple, dans le théâtre, la musique, le livre ou les expositions.

Autant par la tradition que sous l’impulsion et le dynamisme de porteurs de projets et d’artistes dans de nombreux domaines, la Corse est un foyer intense de vie culturelle

Bien que la Corse soit restée trop longtemps à l’écart de l’essor des politiques publiques entreprises à l’initiative de l’Etat, on a pu observer, depuis ces 20 dernières années, une vitalité remarquable dans nombre de domaines culturels et artistiques.

L’île dispose d’atouts indéniables tels qu’une production artistique porteuse d’une identité spécifique autour des richesses de la langue et de la tradition ; un dynamisme de la créativité artistique avec une génération de créateurs dans toutes les formes d’art et une implication très forte des animateurs de structures culturelles, des citoyens conscients de ces enjeux et ouverts à ces changements; des institutions patrimoniales reconnues, enfin son emplacement privilégié au cœur de la Méditerranée.

Mais, la Corse reste encore assujettie à certains handicaps comme les grandes disparités d’offre dans les territoires ; un secteur confronté aux problèmes spécifiques dus à l’insularité, à la géographie et à la faible démographie ; les difficultés à organiser un réseau de diffusion ou encore le manque d’action concertées et de partenariats entre les différentes collectivités.

Dans ce contexte, la CTC doit se réapproprier et affirmer d’avantage son rôle de « chef de file » voulu par la loi de 2002. La CTC s’est trop souvent contentée d’éparpiller ses interventions au détriment d’une réelle cohérence régionale. La CTC doit redevenir l’institution capable de fédérer l’ensemble des partenaires vers une ambition commune pour la Corse, celle du développement culturel. Elle doit accompagner tous les acteurs du territoire, en concertation avec les collectivités locales, à la définition de projets susceptibles d’atteindre un dimensionnement régional, national ou encore, méditerranéen.

Cette nouvelle approche de l’action de la CTC en matière culturelle s’oriente autour de 3 objectifs qui s’inscrivent dans la démarche du développement durable, définie dans l’Agenda 21 de la Culture

Dumè Leschi et Petru Guelfucci
Dumè Leschi et Petru Guelfucci
  • Rendre accessibles à tous la culture et le patrimoine 
Par une approche solidaire de l’aménagement du territoire et du réseau des équipements, la réduction des inégalités géographiques d’accès à la culture et aux enseignements artistiques, la multiplication de l’offre, l’éducation artistique, l’aménagement des sites patrimoniaux et la diffusion des connaissances s’y rapportant par les techniques les plus novatrices comme par leur appropriation par tous les professionnels concernés.
 
  • Préserver et développer l’identité corse dans le bassin méditerranéen
Valoriser notre patrimoine tant matériel (bâti, mobilier, œuvres etc...) qu’immatériel (cantu in paghjella, chjami è rispondi, savoir-faire, traditions,...), et développer les échanges notamment avec les pays du bassin méditerranéen.
 
  • Développer la création afin d’ancrer la Corse dans la modernité et le développement durable
Par le soutien aux créateurs, aux artistes, la promotion de l’usage de la langue corse comme langue artistique dans toutes les disciplines, par le renforcement du tissu d’entreprises culturelles et l’accroissement de la visibilité des créateurs insulaires dans le monde de l’art et sur les marchés , en soutenant de manière forte la formation des hommes, en portant un effort important sur la création au travers des NTIC. En intégrant la dimension indispensable du développement durable dans les actions qu’elle mène.

L’objectif global de cette politique étant clair : faire en sorte que les discours sur l’égalité d’accès à la culture, sur la préservation et le développement de notre identité ou sur la qualité de la création artistique de notre île deviennent enfin des réalités tangibles.

Les objectifs de la politique générale

Les moyens de mise en œuvre cette politique

L’animation de cette politique ambitieuse, voulue par la CTC, et la réalisation de l’ensemble des objectifs ci-dessus définis s’appuiera naturellement sur des ressources internes scientifiques, techniques et administratives croissantes et pérennes existantes au sein de notre institution, sur des contributions concertées des autres acteurs patrimoniaux, politiques, institutionnels et professionnels de la Corse, d’autres régions françaises ou étrangères.
Par ailleurs, la mise en œuvre de ces orientations politiques pourra se traduire par une augmentation du budget de la culture et du patrimoine de 30 à 40 % par rapport à l’exercice 2010. Bien évidemment, la plus grande partie des fonds engagés sera consacrée au soutien à la création dans toutes ses formes.


 
Politiques sectorielles : les 4 grands chantiers structurants

Pour atteindre les objectifs définis ci-dessus, nous proposons quatre chantiers structurants qui pourront être menés à terme dans le courant de la mandature.
Chacun de ces chantiers structurants est complété par des mesures à plus long terme (moyen ou long terme), décrites dans les fiches sectorielles, qui permettront de modifier positivement en profondeur les domaines de la Culture et du Patrimoine en Corse et d’enraciner l’action de la CTC avec ses partenaires.

  1. Le schéma territorial de la formation initiale à la culture 2011-2014
  2. Le réseau des Musées portant le label : Musées de France en Corse
  3. Le pôle d’archéologie préventive et de gestion des sites archéologiques
  4. Le portail numérique de la Culture et du Patrimoine 

Les différents secteurs