Collectivité Territoriale de Corse

PADDUC - réunion d'information du 22 juin 2013 à Zonza : discours du Président de l'Assemblée de Corse

Mercredi 26 Juin 2013



PADDUC - réunion d'information du 22 juin 2013 à Zonza : discours du Président de l'Assemblée de Corse
Madame la Conseillère exécutive Déléguée, 
Mesdames et Messieurs les Maires, 
Messieurs les Conseillers Généraux, 
Messieurs les Présidents des EPCI, 
Mesdames et Messieurs les Elus, 
Mesdames et Messieurs, 


Je souhaiterais tout d’abord vous remercier d’être venus aujourd’hui aussi nombreux, pour participer à cet atelier décentralisé regroupant, outre les élus, les forces vives de notre territoire. 

Cette manifestation qui s’inscrit dans la démarche de co-construction qu’a souhaitée Maria Guidicelli et qui se déroulera également dans les autres territoires de l’île, se donne comme objectif de chercher des synergies entre la démarche stratégique régionale et vos projets de développement. 

En effet, comment pourrions-nous élaborer un document aussi stratégique que le PADDUC, sans tenir compte non seulement des problématiques des communes de montagne comme du littoral, mais aussi des besoins des populations.  

Je tiens cependant à préciser que ce PADDUC, ne peut être l’addition des intérêts particuliers. Il ne peut pas, non plus, sous peine d’inconstitutionnalité, s’arroger les compétences des autres collectivités locales. Il ne pourra pas non plus répondre à tous les maux de la Corse : je dis cela, car j’entends fréquemment des discours sur le fait que le PADDUC répondra à telle problématique ou à telle autre.  

Le PADDUC reste un document cadre d’aménagement et de planification spatiale du territoire Corse, qui doit définir une stratégie de développement durable pour les 20 ans à venir. D’ailleurs, l’Assemblée de Corse a, le 26 juillet, défini les contours d’un nouveau modèle de développement à travers de grandes orientations stratégiques. Ce nouveau modèle de développement durable reflète ainsi la volonté des élus de changer radicalement le modèle actuel, basé essentiellement sur une économie de la rente au profit de quelques-uns pour une économie productive au service des hommes et femmes de ce territoire insulaire. 

Face aux difficultés de l’île, qui connaît et subit les conséquences de plusieurs crises, économique, sociale, écologique, morale, des sociétés traditionnelles se désintégrant, pour finir en crise de l’humanité, quels sont les choix stratégiques qu’ont fait les élus de Corse ?

Tout d’abord, faire en sorte de réduire la fracture territoriale et sociale que connaît notre île en renforçant d’une part, les politiques d’aménagement par un rééquilibrage de l’intérieur de l’île, donc de sa montagne et d’autre part, en mettant en place des politiques publiques qui répondent aux besoins des populations que ce soit en termes de logement - ce que nous avons fait en 2011 en refondant le règlement des aides - ou de santé, par exemple. 

Ce rééquilibrage ne peut se faire sans remettre en cause l’économie actuelle du territoire qui doit passer de la mono-activité à la « pluri activité ».  

En effet, l’île dispose d’atouts importants - ses habitants, son patrimoine naturel et bâti, ses savoirs-faire, ses traditions et donc sa culture - qui permettent de rediriger et soutenir l’économie productive sur des secteurs autres que celui du tourisme. 

Cela nécessite de former les hommes, d’articuler formation, recherche développement au profit de nouvelles activités susceptibles de générer, à partir d’une utilisation intelligente de nos ressources naturelles, des revenus profitant directement au territoire. 

C’est pour cela que les élus ont décidé de diminuer les facteurs de dépendance de l’île en favorisant un développement endogène du territoire, c’est-à-dire faire en sorte que l’île puisse répondre dans une proportion plus grande à ses propres besoins que ce soit en matière d’énergie, d’agriculture ou autres. 

Nous sommes aujourd’hui dans la phase de construction du PADD, qui est la déclinaison technique des choix politiques clairs arrêtés par les élus de l’Assemblée de Corse, déclinaison technique qui aura également une transcription spatiale à travers le Schéma d’Aménagement de l’île. 

Il est dans l’intérêt de tous de réussir cet exercice pour que nos enfants puissent vivre sur leur île de manière décente. 

Faisons en sorte de résister au monde façonné par l’idéologie libérale obsédée par la compétitivité et les profits mais qui ne crée que misère et désespérance. 

Faisons en sorte de mettre en place le modèle de développement qui repose sur l’investissement social et humain pour atteindre un mieux-être individuel et collectif pour les générations actuelles et futures. 

Faisons en sorte que l’humanité arrive à devenir humanité et que la Corse retrouve l’esprit de solidarité d’antan. 

Je souhaite à tous un excellent travail et espère des échanges fructueux autour de ces questions importantes pour l’avenir de nos territoires. 

Je vous remercie.