Collectivité Territoriale de Corse

Prisentazione di e ghjurnate « Linguimondi » di i 25 è 26 di settembre di u 2017 sta mane à a CTC

Présentation des journées « Linguimondi » des 25 et 26 septembre 2017 ce matin à la CTC

Vendredi 22 Septembre 2017

Venneri, u 22 di settembre di u 2017 – meziornu, Palazzu di a Cullettività territuriale di Corsica, Aiacciu



Le Conseiller Exécutif délégué à la langue corse a présenté les journées « Linguimondi » ce matin à l’Hôtel de la Collectivité territoriale de Corse à Aiacciu.

Programme complet des journées

 

Linguimondi 2017

A l’occasione di a ghjurnata aurupea di e lingue, a Cullettività territuriale di Corsica, in parteneriatu cù a Merria di Bastia, organizeghja e ghjurnate " Linguimondi ", i luni 25 è marti 26 di settembre di u 2017 à u Museu di Bastia.
 
A l’iniziativa di u Cunsigliu di l’Europa, dapoi u 2001, hè celebrata a ghjurnata eurupea di e lingue, ogni 26 di settembre. In i 47 stati eurupei di u Cunsigliu di l’Europa, l’820 milioni d’eurupei sò incuragiti à amparà di più lingue, à ogni età, tantu in scola ch’è fora di scola. Cunvinti chì a diversità linguistica sia una via per migliurà a cumunicazione interculturale è unu di l’elementi principali di u patrimoniu culturale riccu di u Cuntinente eurupeu, u Cunsigliu di l’Europa sustene u plurilinguisimu in l’Europa  sana.
 
A cullettività territuriale di Corsica s’hè assuciata à sta manifestazione eurupea è urganizeghja à  Linguimondi  dapoi u 2011. Hè stata mentre e so sei edizione scorse un attore di a pretesa di a lingua per avvià si versu u bislinguisimu è u plurilinguisimu è permette cusì à u corsu di spannà si in direzzione di u grande publicu per via d’animazione diverse è numerose.    
 
L’edizione 2017 serà dedicata à duie tematiche priuritarie di  a pulitica linguistica di a Cullettività territuriale di Corsica à sapè, a pulitica linguistica è u sustegnu à u settore privatu è a pulitica di a lingua in u quatru di a futura Cullettività di Corsica.

À l’occasion de la journée européenne des langues, la Collectivité Territoriale de Corse, en partenariat avec la Mairie de Bastia, organise les journées « Linguimondi » les lundi 25 et mardi 26 septembre 2017 au Musée de Bastia.
 
A l’initiative du Conseil de l’Europe, la Journée européenne des langues est célébrée chaque année le 26 septembre depuis 2001. Dans les 47 États membres du Conseil de l'Europe, les 820 millions d'Européen sont encouragés à apprendre plus de langues, à tout âge, tant à l'école qu'en dehors de l’école. Convaincu que la diversité linguistique est une voie vers une meilleure communication interculturelle et l'un des éléments clé du riche patrimoine culturel du continent, le Conseil de l'Europe soutient le plurilinguisme à travers toute l'Europe.
 
La Collectivité Territoriale de Corse s’est associée à cette fête européenne et organise Linguimondi depuis 2011. Lors de ses six éditions précédentes, cette manifestation a contribué à défendre l’usage de la langue pour tendre vers le bilinguisme et le plurilinguisme et permettre ainsi au corse de rayonner auprès du grand public, par le biais d’animations nombreuses et variées.
 
L’édition 2017 sera dédiée à deux thématiques prioritaires de la politique linguistique de la Collectivité Territoriale de Corse à savoir, la politique linguistique et le soutien au secteur privé et la politique de la langue dans le cadre de la future Collectivité de Corse.


 

E pulitiche linguistiche in Auropa : ogittivi, mezi, valutazione - Les politiques linguistiques en Europe : objectifs, moyens, évaluation

Da chì ghjova una pulitica linguistica ? À prima intoppu, saria omu in quella di pinsà chì e lingue « stabbulite », e lingue aurupee maiò, e lingue di Statu, si ponu francà di simule dumanda, da tantu ch’ella pare evidente a cirtezza di u so campà istituziunale, ecunomicu è suciale. Ma si sà chì cù quelle vinti trè lingue ufficiale di l’Unione aurupea, ci stanu più di trenta lingue sturicamente arradicate in lu tarritoriu cuntinintale, pè u più in situazione minuritaria. I statuti di ste lingue o ponu esse avanzati assai, o allora truvassi mischinelli o puru misari.
 
Cusì u corsu hè tinutu, in l’Atlante UNESCO di e lingue in piriculu, da « lingua da veru in piriculu » s’omu tene contu di u criteriu siguente : « Hè parlata a lingua da l’anziani ; allora chì a leva di i ginitori a pò capì, ùn la parlanu in trà d’elli neppuru cù i figlioli. » L’UNESCO cunsidareghja chì a diversità linguistica hè una furtuna par l’umanità è dimostranu i studii scintifichi chì l’amparera primaticcia di parechje lingue hè un fattore di spannamentu intallittuale. Sò dunque più di trenta anni chì a lingua corsa s’hà l’affollu d’una pulitica di rivittulita linguistica. Quella pulitica hà cunnisciutu, cù u votu di a cuufficialità, in lu 2013, è l’aduzzione di u pianu Lingua 2020 in lu 2015, una accillirazione forte, in un cuntestu chì u Statu ùn hà ancu à ratificà a Cartula aurupea di e lingue rigiunale è minuritarie.

A quoi sert une politique linguistique ? A priori, il serait permis de penser que les langues « établies », les grandes langues européennes, les langues d’Etat, peuvent faire l’économie d’une telle question, tant paraît évidente la certitude de leur pérennité institutionnelle, économique et sociale. Mais l’on sait qu’avec les 23 langues officielles de l’Union Européenne, co-existent plus de trente langues historiquement enracinées dans le territoire continental, pour la plupart en situation minoritaire. Les statuts de ces langues peuvent être soit très évolués, soit très en deçà du seuil minimum vital.
 
Ainsi le corse est-il considéré, dans l’Atlas UNESCO des langues en danger, comme une « langue sérieusement en danger » en vertu du critère suivant : « la langue est parlée par les grands-parents ; alors que la génération des parents peut la comprendre, ils ne la parlent pas entre eux ou avec les enfants ». L’UNESCO considère que la diversité linguistique est une chance pour l’humanité et les études scientifiques démontrent que l’apprentissage précoce et simultané de plusieurs langues est un facteur d’épanouissement intellectuel. La langue corse fait donc l’objet, depuis trente ans, d’une politique de revitalisation linguistique. Ladite politique a connu, avec le vote de la coofficialité, en 2013, et l’adoption du plan Lingua 2020, en 2015, une forte accélération, dans un contexte où l’Etat n’a toujours pas ratifié la Charte européenne des langues régionales et minoritaires.