Collectivité Territoriale de Corse

Projet de création d'un parc naturel marin autour du Cap Corse et de l'Agriate : réunion du comité de concertation le 26 janvier 2016

Jeudi 28 Janvier 2016

Les participants : Alain Thirion, préfet de Haute-Corse, Hervé Parlange, commissaire général, adjoint au préfet maritime de Méditerranée, Thierry Canteri, directeur adjoint de l'agence des aires maritimes protégées, Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, François Orlandi, président du conseil départemental de Haute-Corse, Agnès Simonpietri, présidente de l'office de l'environnement de la Corse, Brigitte Dubœuf, directrice de la Dreal, les représentants des communes concernées, des scientifiques et le monde associatif



Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse et Agnès Simonpietri, présidente de l'office de l'environnement de la Corse ont assisté mardi 26 janvier à la réunion du comité de concertation pour la création du parc naturel marin autour du Cap Corse et de l'Agriate.

Depuis le mois de septembre 2015, la mission d’étude a réuni au sein de groupes de travail des usagers, professionnels, acteurs représentatifs des différents intérêts liés à la mer (123 participants au total, 71 organismes différents). Au travers de ces rencontres à Ville di-Pietrabugno, à Saint-Florent, Maacionaggio, Erbalunga, Patrimonio ou Luri chacun a pu évoquer les enjeux d’un parc naturel marin autour du cap Corse et de l’Agriate et travailler sur une proposition de projet.

Le fruit de ce travail a été présenté afin d’en valider les grandes lignes avant de recueillir les avis de tous durant l’enquête publique. 

Pourquoi créer un parc naturel marin ?

Avec une superficie totale de 7 000 km2, les espaces marins et littoraux de Belgodère à Ville-di- Pietrabugno abritent des milieux riches et diversifiés. Ils constituent des lieux de vie (reproduction, nourricerie, étape migratoire, etc.) pour de nombreuses espèces qui profitent de la diversité des paysages sous-marins : canyons, plateau continental, fonds sableux, coralligène, herbiers etc.

Si les écosystèmes côtiers ont fait l’objet des nombreuses explorations scientifiques depuis plusieurs décennies, il n’a été mis en évidence que récemment les atolls de coralligène, structures jamais encore décrites à ce jour. De même les canyons profonds de la côte Ouest n’ont que très peu été explorés.

Mais les équilibres sont fragiles, les pressions s’accroissent (déchets, fréquentation, braconnage, etc.), autant de risques pour les écosystèmes qui méritent une gestion attentive.

Un parc naturel marin veille au respect de ces richesses, soumises à des pressions croissantes et aux effets du changement climatique. Pour s’assurer du maintien des écosystèmes, le parc un fois créé propose des actions de suivi, de sensibilisation et éventuellement d’adaptation des activités humaines.

Un outil de gestion aux mains des acteurs locaux

Le parc naturel marin répond au besoin vital de concilier ensemble, protection de la biodiversité et développement durable des activités.

Le futur parc naturel marin

Le futur parc naturel marin vise trois objectifs :
  1. connaître le milieu marin,
  2. le protéger,
  3. aider au développement durable des activités qui en dépendent.


En associant à la décision tous les acteurs de la mer et en partageant les connaissances, le parc naturel marin a vocation à soutenir sur le long terme une protection « active » du milieu marin et le développement d’activités respectueuses de la mer et de ses ressources. 

Le périmètre du futur parc

Il borde 27 communes de Ville-di-Pietrabugno aux portes de Bastia en remontant vers le Cap Corse, la Conca d’Oro, l’Agriate et la Balagne jusqu’à la tour de Lozari à Belgodère. En mer, c’est l’ensemble des paysages sous marins du plateau continental à l’est en remontant au Nord de l’île de la Giraglia, les canyons sous marins de Centuri à celui de l’Île Rousse jusqu’aux limites de la zone économique exclusive.

Le parc naturel marin sera le lieu pour organiser la protection et la gestion d’une biodiversité exceptionnelle et originale née de l’interaction entre la terre et la mer, les échanges entre le large et la côte, richesse pour de multiples activités en mer (pêche professionnelle, loisirs, transport, etc.) et à terre et pour l’avenir. 

Un conseil de gestion

Le parc naturel marin est gouverné par un conseil de gestion, véritable « parlement local de la mer » qui émettra des avis, sera force de propositions pour la gestion de son espace maritime. Il est proposé 46 membres : élus locaux, représentants des acteurs socioprofessionnels et de loisirs, associations environnementales et culturelles, services de l’État, experts. 

Six orientations

Ces orientations de gestion figureront sur le décret de création du futur parc naturel marin et en constituent sa personnalité.

Les aspirations communes émises par les acteurs ont été traduites ainsi :
  • Améliorer la connaissance des espaces littoraux et marins autour du Cap Corse et de l’Agriate dans leurs composantes naturelles et culturelles, par l’inventaire, le recueil et l’approfondissement des connaissances scientifiques, des savoirs locaux et de la recherche participative.
  • Sensibiliser, responsabiliser et accompagner les différents publics pour que leurs pratiques répondent aux enjeux de développement durable et de préservation de la biodiversité marine.
  • Préserver, voire restaurer, l’intégrité des écosystèmes marins et littoraux, notamment celle des habitats et espèces rares ou emblématiques du parc.
  • Contribuer à la caractérisation, l’évaluation et l’amélioration de la qualité des eaux, indispensables au bon fonctionnement et au bon état des écosystèmes marins du Cap Corse et de l’Agriate.
  • Créer et entretenir une dynamique pour que les activités professionnelles et de loisirs fassent du parc un modèle exemplaire de développement durable et équitable, ouvert à l’innovation.
  • Se réapproprier la culture maritime locale et transmettre la passion de la mer : espace d’évasion, de liberté mais aussi de devoir.