Collectivité Territoriale de Corse

Reconstitution d'une charbonnière à Urbalacone, Corse du Sud

Samedi 26 Novembre 2005



Reconstitution d'une charbonnière à Urbalacone, Corse du Sud
Dans le cadre des transferts de compétences, prévus par la loi de 2002, en matière de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine, la Collectivité Territoriale de Corse a la volonté de mener des actions fortes dans les domaines du recensement et de la valorisation du patrimoine industriel, scientifique et technique de la Corse.

La reconstitution d'une charbonniere traditionnelle à Urbalacone illustre parfaitement la redécouverte d'un savoir faire oublié.

L'association Fiamm'Arte, avec le soutien de la CTC, représentée par Simone Guerrini, Conseiller Exécutif en charge de la culture et du patrimoine, a organisé cette opération qui permet de comprendre les méthodes employées par les sidérugistes et métallurgistes depuis l'Antiquité. Elle retrace également un des aspects du monde agropastoral et permet d'observer les traces physiques générées par cette activité au niveau de l'extraction des minerais ferreux et de l'impact des coupes de bois sur le paysage.

Jacques Guidicelli, membre de l'association, assisté par trois spécialistes catalans venus spécialement en Corse pour cette opération, ont expliqué au public les méthodes employées par les sidérugistes et métallurgistes depuis l'Antiquité.

quelques chiffres clé
2 jours de montage
21 jours de cuisson
entre 3 et 4 jours de démontage
15 à 20 stères de chêne vert
15 tonnes de terre végétale (sous bois)
1 meule : 5 mètres de diamètre et 2,50 mètres de hauteur
1,5 tonne de production estimée


un peu d'histoire

En Corse, le bois et le maquis n'ont pas toujours été exploités au profit d'une mise en culture. Ils ont également été exploités pour le chauffage, les activités navales, la construction et la fabrication d'un charbon de bois de haute qualité qui sera exporté vers l'étranger jusqu'au milieu du XXème siècle.
Dans toutes les pièves insulaires, le charbon de bois constituait, avec le minerai la principale matière première nécessaire à la fabrication du fer.

la construction, de 26 heures à plusieurs semaines de travail
La première étape du chantier est l'empilement de rondins de bois taillés et choisis. Ils mesurent environ 1,5 mètres. Les rondins sont empilés autour d'un piquet qui sera retiré une fois la charbonnière terminée.
Un orifice est ainsi préservé et servira pour l'allumage et fera office de cheminée au début de l'opération.
Le bois empilé est ensuite recouvert d'une couche de feuillage, puis d'une couche de terre spécialement choisie.

l'allumage
Des braises sont introduites dans la cheminée qui sera ensuite obstruée avec du feuillage et de la terre. Des évents sont ouverts tout autour pour que la combustion se poursuive vers la périphérie.

la carbonisation
Pour que l'opération soit efficace, seule une partie du bois doit brûler. Ainsi la chaleur dégagée carbonise le reste du bois. Seule la couleur de la fumée indique l'avancée de l'opération et conduit à l'ouverture de nouveaux évents.

l'extraction
Il faut fermer les évents et laisser refroidir. Si la charbonnière est ouverte trop tôt, la combustion reprend. Quand le bois est extrait, il est carbonisé et garde sa forme.

l'utilisation
Le charbon de bois a plusieurs fonctions. C'est un agent réducteur dans la fabrication de la fonte et pour la transformation de la fonte en fer. Il servait également à produire de la chaleur, réduisait les oxydes de fer et servait à donner de l'acier.