Collectivité Territoriale de Corse

Rencontre entre les élus de l'Assemblée de Corse et Michèle Alliot-Marie : la nécessité d'un partenariat de confiance

Jeudi 10 Avril 2008



Rencontre entre les élus de l'Assemblée de Corse et Michèle Alliot-Marie : la nécessité d'un partenariat de confiance
Des représentants des groupes politiques* de l'Assemblée de Corse ont échangé pendant plus d'une heure avec Mme Michèle Alliot-Marie, Ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer et des Collectivités Territoriales à l'occasion de sa visite dans l'île.

Dans son propos introductif le président de l'Assemblée de Corse, Camille de Rocca Serra a insisté sur la crise de confiance et d'identité dont souffre la Corse et sur la nécessité d'une méthode de travail qui permette l'instauration « d'un rapport de confiance », basé sur une écoute effective notamment sur « des sujets qui font unanimité ».

Mme Alliot-Marie a souligné à cet effet que la « confiance passait par l'écoute », utilisant une expression basque pour confirmer que « les engagements de l'Etat devaient être respectés ».

Parmi les sujets évoqués par les groupes politiques de l'institution régionale, beaucoup sont source de consensus tels que la langue corse, le rapprochement des prisonniers,  le projet de raccordement du GALSI ou encore le financement du Plan exceptionnel d'investissements (PEI).

Sur ces points la ministre a confirmé son souhait d'un suivi régulier des dossiers, au travers de points d'étape qu'elle entend faire à l'occasion de visites régulières, insistant sur une approche de terrain. Sur la question du GALSI, Michèle Alliot-Marie a rappelé la nomination imminente d'un chargé de mission et la nécessité d'une réponse claire pour la Corse.

Concernant le rapprochement des prisonniers, elle a confirmé que depuis 2007, les rapprochements effectués se sont poursuivis en 2008 afin de ne pas pénaliser les familles qui souffrent de cet éloignement.

Sur la langue, alors qu'un débat parlementaire doit se tenir sur le thème des langues régionales en avril, elle a confié qu'il était possible de travailler ensemble de « manière concrète et pratique ».

Le PEI, mais également la problématique de l'équilibre entres transferts financiers et transferts de compétences ont été évoqués. En réponse, la Ministre a indiqué qu'elle était favorable à l'établissement d'un bilan précis d'exécution.

Enfin d'autres sujets ont également fait l'objet d'échanges, tels que la place de la Corse dans le projet de l'union des pays de la Méditerranée, les questions de précarité et de vie chère, le statut de l'élu, la problématique foncière, l'évaluation des politiques publiques, le mode de scrutin faisant référence à la proposition de Loi du sénateur Nicolas Alfonsi adoptée en première lecture au Sénat ou encore le besoin de justice prégnant dans l'île.

* élus présents :
Camille de Rocca Serra : Président de l'Assemblée de Corse
Ange Santini, Président du Conseil exécutif
Joselyne Mattei-Fazi - groupe de la majorité « Rassembler pour la Corse »
Monika Scotto - groupe de la majorité « Rassembler pour la Corse »
François Dominici - groupe « la Corse dans la République »
Madeleine Mozziconacci  - groupe « la Corse dans la République »
Dominique Bucchini - groupe « Communiste, Républicain et Citoyen »
Pierre Chaubon - groupe « Corse Social démocrate »
Jean-Guy Talamoni - groupe « Unione, Corsica Nazione Indipendente »
Jean-Claude Guazzelli - groupe « Corse active »
Hélène Lucciani-Padovani - groupe « Corse nouvelle »
Antoine Ottavi - groupe « Pour une Corse de progrès »