Collectivité Territoriale de Corse

Séance publique de l'Assemblée de Corse du 4 juillet 2013 : extraits de l'allocution d'ouverture du Président de l'Assemblée de Corse

Jeudi 4 Juillet 2013



Le Tour de France

Séance publique de l'Assemblée de Corse du 4 juillet 2013 : extraits de l'allocution d'ouverture du Président de l'Assemblée de Corse
Mes chers collègues,

Vous ne serez pas surpris, je le pense, que mon propos introductif soit consacré au départ de la 100e édition du Tour de France cycliste.

Lorsque notre Assemblée, unanime, a délibéré pour apporter la contribution décisive de la CTC à cette manifestation, cela apparaissait encore, et à bien des égards, comme un véritable défi.

Reconnaissons qu’il y avait matière à hésiter : organiser pour la première fois une compétition de cette ampleur, dans une île au relief montagneux qui complique le moindre problème et notamment les communications ; une île qui ne pouvait compter que sur ses seuls moyens –et ils sont limités, sur ses seules infrastructures et non sur les synergies avec des régions limitrophes autrement plus peuplées ; une île qui ne disposait d’aucune expérience à un niveau comparable, où de surcroît le vélo n’est pas le sport le plus répandu !

J’ajouterai également une île qui traverse une période difficile, où les tensions et les revendications pouvaient aisément se cristalliser…

Eh bien mes chers collègues, la venue du Tour de France en Corse a non seulement été unanimement saluée, mais elle est considérée par tous comme une réussite exemplaire. D’ailleurs, c’est significatif, la retransmission télévisée a battu ses records d’audience pendant ces trois jours.

Rendons grâce pour cela d’abord à la beauté des paysages naturels, à la qualité du patrimoine bâti de la Corse, qui représentent une richesse extraordinaire que nous avons tout intérêt à préserver. Chacun, élu, entrepreneur ou simple citoyen gagnera à en prendre conscience lorsque nous aborderons le PADDUC : l’environnement n’est pas une charge, ni même une contrainte, mais bien le meilleur atout économique de la Corse.

Remercions ensuite la population : elle a su accepter sans broncher les restrictions de circulation ou de stationnement, elle a su accueillir dignement des supporteurs venus de tous les continents, elle a su partager leur enthousiasme en se mobilisant tout au long du parcours.

Félicitons, enfin, l’ensemble des organisateurs : les structures du Tour de France pour leur professionnalisme, les journalistes parce qu’ils ont fait un effort méritoire pour valoriser nos paysages et notre société, l’ensemble des services publics, qu’ils relèvent de l’Etat ou des collectivités locales, notamment dans les communes traversées, et aussi tous ces bénévoles qui ont contribué à faire du Tour une grande fête collective. 

Et je me ferai volontiers l’interprète des membres de cette Assemblée pour vous remercier, Monsieur le Président du Conseil exécutif, pour votre implication personnelle et pour celle de vos services, notamment Marie-Hélène Djivas ; reprenant un processus ancien, vous avez su le faire monter en charge en lui donnant une impulsion décisive.

Comme le disait un glorieux maréchal, « je ne sais pas qui a gagné cette bataille, mais je sais qui l’aurait perdue ».

Mes chers collègues, et c’est à mon avis l’essentiel, cette continuité prouve que la Corse peut relever un défi, pourvu qu’elle soit unie et capable de faire converger ses forces.

J’ai personnellement suivi les deux étapes, de Porto-Vecchio à Bastia, de Bastia à Ajaccio et, à la télévision, celle d’Ajaccio à Calvi. 

J’ai été impressionné par la compétition de ces jeunes athlètes qui ont débuté ici l’une des épreuves sportives les plus difficiles au monde. 

J’ai eu comme chacun d’entre vous une certaine fierté à montrer à trois milliards et demi de téléspectateurs -la moitié des habitants de la planète, notre culture et notre environnement. 

Surtout, honnêtement, j’ai ressenti beaucoup d’émotion devant cet enthousiasme populaire ; ce mélange sympathique d’amateurs ou de simples curieux qui ont patienté ensemble des heures durant au soleil ; cet esprit bon enfant qui a réuni sur nos routes ou dans nos rues, corses, continentaux, australiens, américains, polonais, slovaques, anglais, allemands, basques, belges, italiens, et tant d’autres encore.

Pendant trois jours, la Corse aura incontestablement vécu un grand moment. 

Elle a sûrement donné au Tour de France autant qu’il lui a apporté. Malgré la situation difficile et contrastée que nous vivons, la venue du Tour a fait sortir tant de gens dans la rue, de toutes origines et conditions, dans un élan de convivialité et de fraternité comme nous n’en avions plus connu depuis bien longtemps.

Pour ma part, c’est le principal enseignement que j’en retiendrai, en souhaitant renouveler cette belle expérience sans attendre encore cent ans !

L'Assemblée des enfants

Je voudrais à présent évoquer brièvement un tout autre sujet.

Le 21 juin dernier, s’est tenue dans cet hémicycle la première « Assemblée des enfants ». 51 garçons et filles des classes de cours moyen, 6ème et 5ème ont pu, au terme d’une préparation de plusieurs mois, poser des questions orales aux Présidents de l’Assemblée et du Conseil exécutif et discuter de projets de motion dont l’un à été choisi et vous sera soumis lors d’une prochaine session.

Je remercie le Rectorat et ses services, le Président du Conseil exécutif et Marie-Thérèse Olivesi, nos collègues Diane Bedu-Pasqualaggi, Mattea Lacave, Jean-Baptiste Luccioni et Véronique Sciaretti pour leur disponibilité ; je crois que cette expérience d’initiation à la vie civique, enrichissante pour les enfants et vivifiante pour chacun, a été bien reçue et j’espère qu’elle sera reconduite l’année scolaire à venir.

L'ordre du jour

Quelques mots, pour conclure, sur notre ordre du jour.

L’après-midi va connaître deux temps forts :

- la remise officielle de l’enquête épidémiologique sur les retombées de Tchernobyl en Corse, qui a été impulsée par notre Assemblée et vient parachever sept ans d’un travail unanime, mobilisant deux mandatures et trois cents mille euros, pour répondre à une attente de la population dans le domaine de la santé publique ;

- la présentation d’un documentaire sur « La Corse, île des justes », qui rend hommage à l’action de nombreux insulaires pour protéger les juifs de la folie homicide des nazis, et fera connaître je l’espère à notre jeunesse une des pages les plus glorieuses de son histoire.

Demain matin, l’accent sera porté sur les transports maritimes et ferroviaires, avec le rapport du concessionnaire des CFC, et celui de la chambre régionale des comptes sur l’office des transports, avec aussi deux motions liées à cette problématique.

J’en profite pour vous rappeler que nous avons déjà eu longuement occasion d’en débattre au mois de juin, et que nous le ferons une troisième fois à la prochaine session : aussi, je vous invite à ne pas vous montrer trop répétitifs dans vos interventions.