Collectivité Territoriale de Corse

Sessione di l’Assemblea di Corsica u 11 di marzu di u 2016 - discorsu di u présidente

Session de l'Assemblée de Corse le 11 mars 2016 - discours du président

Vendredi 11 Mars 2016



Care culleghe, cari culleghi,

Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse
Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse
Qualchì parolla per tene vi à capu di u travagliu fattu in u quadru di a cunferenza permanente nantu à l’affari ecunomichi è suciali, travagliu ch’aghju messu in ballu subbitu dopu à a nostra elezzione.

Fiscalità di u patrimoniu
Nantu à a fiscalità di u patrimoniu è l’anzianu arrestatu Miot, avanzanu bè i studii fatti sottu à a direzzione di u Capi avucatu Jean-Sébastien De Casalta, ch’aghju incaricatu di realizà un raportu. Parechje audizione sò digià state fatte. Da quì à qualchì settimana, u raportu di Maestru De Casalta vi serà presentatu.

Una cartula per sviluppà l’impiegu lucale Ma oghje, sempre ind’u quadru di a cunferenza permanente nantu à l’ecunomicu è u suciale, vi vulia fà parte di a nostra riflessione nantu à a pisia quistione di l’impiegu.

Ùn ci pare micca accettevule a situazione di u nostru populu, è in particulare di a nostra giuventù, in un paese cusì riccu di putenzialità. L’indicatori sò à u rossu :
  • Cù a più forte crescita di u disimpiegu dipoi u 2011, avemu più di 22.000 disimpiecati, ne simu à 11% di a pupulazione attiva ; 
  • Malgradu a crescita di u nostru PIB, avemu sempre i rivenuti i più debbuli di pettu à e regione francese ; 
  • A sulidarità di a nostra ghjente hè una realità, perchè ghjè un bisognu. 60 000 persone, sia 19% di a pupulazione isulana campa sott’à u livellu di puvertà cù menu di 970 eurò u mese. 
  • In 3 anni, l’allucatari di u RSA sò cresciuti di 10% 
  • I nostri giovani, i nostri vechji, e donne, e persone e menu qualificate sò i gruppi i più tocchi da a puvertà è da a precarità. 

U cunsensu per a cursisazione di l’impieghi 
Ci tocca sicuramente à trattà u fondu di u prublema, è dunque à fà di manera à lancià un sviluppu ecunomicu è suciale à prò di i Corsi è ammaestratu da i Corsi. Ma què, disgraziatamente, ùn si ferà micca in qualchì mese. Hè per quessa chì, subbitu avà, al di là di a nostra azzione per l’educazione è per a furmazione, ci vole à vede ciò chè no pudemu fà in urgenza per l’impiegu in Corsica. 

Dipoi anni è anni, l’urganizazione pulitiche è sindicale naziunaliste si sò mosse per a cursisaziUonePrdei sl’imdepniegtehi, à diploma è qualificazione uguale. Sta rivendicazione, ci vole à dì la, era spartuta dinù da a CFDT di Corsica. Malgradu i nostri sforzi, è ancu durante l’ultima mandatura, ùn hà avanzatu l’affare. 

Una cartula per l’impiegu lucale à a Riunione 
Eppuru, luntanu da a Corsica, u guvernu francese hà accittatu di mette in ballu una dimarchja similare quandu chì, in sensu cuntrariu, tutti quant’è no simu, avemu cunniscenza di casi induve si cuntinuveghja in Corsica à circà cumpetenze altrò, malgradu l’esistenza certa di risorse lucale. 

In l’isula di A Reunione, l’11 di ghjugnu 2015, dopu à un raportu di u diputatu Patrick Lebreton, hè stata firmata una « Cartula à prò di l’impiegu lucale » da u prefettu, Pôle emploi è nove intraprese. A signatura s’hè fatta in presenza di u Primu ministru Manuel Valls. 
Eccu qualchi puntu d’issa Cartula : 
- Studià di manera sistematica e pussibilità di pruvede l’impieghi da una risorsa di u territoriu di A Riunione. 
- Assicurà una più grande trasparenza di l’offerte di travagliu à l’attenzione di i circadori d’impiegu presenti nant’à u territoriu o mossi da una mubilità à l’infora. 
- Appruntà e cumpetenze di i dumandatori d’impiegu nant’à u territoriu per anticipà i bisogni. 
- Assucià l’imprese à a dimarchja. 

Custruisce una cartula per sviluppà l’impiegu lucale in Corsica 
Mi pare chì una dimarchja di listessa natura serebbe interessante assai per a Corsica. Di pettu à e nostre difficultà ecunomiche è suciale chè nimu oramai ùn pò nigà, ùn si puderebbe micca adimette chì u guvernu francese ci ricusi quì ciò ch’ellu face digià in altrò. 
Ci tocca quì à precisà chì sta dimarchja hè stata mossa senza tuccà a custituzione francese. È chì, di più, ste misure s’appiecanu in un territoriu chì s’era sclusu, ellu stessu, di l’evuluzione istituziunale chì in lu 2003 avianu crisciutu e cumpetenze di l’altre regione dette d’ « oltri mari ». 

Simu stati interessati assai di custattà chì l’amministrazione francese hà accunsentitu d’aduprà a nuzione di « centru di l’interessi materiali è murali » per favurisce l’impieghi.

Or dunque, à noi d’inventà una via corsa per prumove i nostri talenti.

Vi teneraghju à capu di u risultatu di sta prima cuncertazione. 

Mes chers collègues,

Quelques mots pour vous informer du travail dans le cadre de la Conférence permanente relative aux affaires économiques et sociales que j’ai mis en place immédiatement après notre élection.

Fiscalité du patrimoine
Sur la fiscalité du patrimoine et l’ancien arrêté Miot, les travaux entrepris sous la direction du Bâtonnier Jean-Sébastien de Casalta, que j’ai chargé de réaliser un rapport, avancent bien. Plusieurs séances de travail et auditions ont été réalisées. D’ici quelques semaines, le rapport de Maître de Casalta vous sera présenté.

Une charte pour développer l’emploi local Mais aujourd’hui, et toujours dans le cadre de cette Conférence permanente relative à l’économie et au social, je voulais vous faire part de notre réflexion sur la lourde question de l’emploi. 

La situation de notre peuple, en particulier celle de la jeunesse, est inacceptable dans un pays si riche de potentialités. Les indicateurs sont au rouge :
  • Avec la plus forte augmentation du chômage depuis 2011 (22 000 chômeurs), nous atteignons 11% de la population active ;
  • Malgré l’augmentation de notre PIB, nous avons toujours les revenus les plus faibles comparés aux régions françaises ;
  • La solidarité de notre population est une réalité parce que c’est un besoin.
60 000 personnes, soit 19 % de la population insulaire, vivent sous le seuil de pauvreté avec moins de 970 euros par mois ;
  • En trois ans le nombre d’allocataires du RSA a augmenté de 10 % ;
  • Nos jeunes, nos anciens, les femmes, les personnes les moins qualifiées sont les groupes les plus touchés par la pauvreté et la précarité.

Un accord pour la corsisation des emplois
Il convient, bien entendu, de traiter le fond du problème, et donc faire en sorte d’initier un développement économique et social au profit des Corses et maîtrisé par les Corses. Mais cela malheureusement, ne se fera pas en quelques mois. C’est pour cela que, dès maintenant, au-delà de notre action pour l’éducation et la formation, il faut identifier ce que nous pouvons faire en urgence pour l’emploi en Corse.

Depuis plusieurs années, les organisations politiques et syndicales nationalistes se sont battues pour la corsisation des emplois, à diplômes et qualifications égaux. Cette revendication, il faut le dire, était également partagée par la CFDT de Corse. Malgré nos efforts, notamment durant la dernière mandature, ce dossier n’a pas avancé.

Une charte pour l’emploi local à la Réunion
Pourtant, loin de la Corse, le Gouvernement français a accepté de mettre en œuvre une démarche similaire, tandis que, en sens inverse, tous autant que nous sommes, nous avons connaissance de cas où l’on continue en Corse à chercher des compétences ailleurs malgré l’existence de ressources locales.

A l’île de la Réunion, le 11 juin 2015, après un rapport du député Patrick Lebreton, une « charte pour l’emploi local » a été signée par le Préfet, Pôle Emploi et neuf entreprises. La signature s’est faite en présence du Premier ministre Manuel Valls.

Voici quelques points de cette charte :
  • Etudier de manière systématique la possibilité de pourvoir les emplois à des ressources issues du territoire de la Réunion
  • Assurer une plus grande transparence de l’offre de travail à l’attention des chercheurs d’emploi présents sur le territoire ou déplacés par une mobilité à l’extérieur
  • Préparer les compétences des demandeurs d’emplois sur le territoire pour anticiper les besoins
  • Associer les entreprises présentes à la démarche
 
Elaborer une charte pour développer l’emploi local en Corse
Il me semble qu’une démarche similaire serait très intéressante pour la Corse. Face à nos difficultés économiques et sociales que plus personne ne peut nier, nous ne pourrions admettre que le Gouvernement français nous refuse ici ce qu’il rend possible ailleurs.
Il nous faut ici préciser que cette démarche a été mise en place sans toucher la Constitution française. Et que, de plus, ces mesures s’appliquent dans un territoire qui s’était exclu, de lui-même, de l’évolution institutionnelle, qui en 2003, avait augmenté les compétences des autres régions d’Outre-Mer.

Nous avons constaté, avec beaucoup d’intérêt, que l’administration française a consenti d’utiliser la notion de « centre des intérêts matériels et moraux » pour favoriser l’emploi local. Nous rappelons que, à notre demande, votre Assemblée avait intégré ce type de dispositif au statut de résident pour qu’il puisse s’appliquer aux Corses de l’extérieur. Cela nous renforce pour faire valoir cette demande et celles que nous allons formuler pour l’emploi.

Dans les jours à venir, j’organiserai, dans le cadre de la Conférence permanente relative au développement économique et social, une réunion de concertation sur un projet de « charte en faveur de l’emploi local en Corse » avec la participation du Conseil exécutif. J’inviterai les syndicats, les représentants des socio-professionnels et Pôle Emploi.

Quel sera l’esprit de cette charte ? « Partons de cette nécessité que les emplois disponibles ici puissent être proposés aux Corses, dès lors qu’ils en ont les compétences ». Ces paroles ne sont pas les miennes. Ni même celles d’un responsable politique ou syndical nationaliste. Ce sont celles de François Hollande, prononcées au mois d’août 2014 à Saint-Joseph de la Réunion. La seule liberté que j’ai prise est de remplacer « Réunionnais » par « Corses ». Mais quand les solutions sont bonnes, je ne vois pas pourquoi ce qui est possible pour une île de l’Océan indien deviendrait une hérésie pour une île de la Méditerranée.

A nous d’inventer une solution Corse pour promouvoir nos talents.
Je vous tiendrai informés des résultats de cette première concertation.