Collectivité Territoriale de Corse

Sessione di l’Assemblea di Corsica u 13 di dicembre di u 2016 : discorsu di u Presidente di l'Assemblea di Corsica Jean-Guy Talamoni

Session de l’Assemblée de Corse le 13 décembre 2016 : Discours du Président Jean-Guy Talamoni

Mardi 13 Décembre 2016

Seul le discours prononcé fait foi




Care culleghe, cari culleghi, Chers collègues,

Un annu fà i Corsi vutavanu per u secondu giru di l’elezzione territuriale. Un annu digià chè no travagliemu inseme in st’assemblea.
In sta fine d’annata, pè st’ultima sessione di l’Assemblea di Corsica di u 2016, vulerebbe parlà di i cartulari maiò nant’à i quali avemu travagliatu è sopratuttu di i risultati ch’avemu arrigistratu. Tuttu ùn hè ancu fattu ma l’affari sò cambiati digià.
 
Il y a un an, les Corses votaient pour le second tour des élections territoriales. Un an déjà que nous travaillons ensemble dans cette Assemblée.
En cette fin d’année, pour la dernière session de l’année 2016 de l’Assemblée de Corse, je voudrais revenir sur les dossiers majeurs sur lesquels nous avons travaillé et surtout sur les résultats obtenus. Tout n’est pas fait mais les choses ont déjà changé.

Avemu travagliatu inseme per a difesa di u nostru patrimoniu fundiariu / Nous avons travaillé ensemble à la défense de notre patrimoine foncier

U ghjornu di a Festa di a Nazione, l’8 di dicembre, parechji eletti di st’Assemblea, u Presidente di l’Esecutivu è eiu stessu, eramu à l’Assemblea naziunale francese per seguità i dibattiti in giru à a pruposta di lege nant’à e successione, presentata da Camille de Rocca Serra è purtata da tutti i diputati di Corsica è François Pupponi. U votu di st’Assemblea, l’avemu detta, ghjè u fruttu di l’unione di tutti. Simu cuscenti di a purtata di un’unione cum’è quessa, moltu più chì, quandu no avemu iniziatu a nostra dimarchja « Pè a Corsica », avemu ramintatu a nostra vulintà di travaglià cù tutte e forze pulitiche di l’isula, pè u bè cumunu. Avemu pruvatu oramai chè no simu capaci à travaglià cun tutti.
 
Le jour d’A Festa di a Nazione, le 8 décembre, plusieurs élus de cette Assemblée, le Président du Conseil Exécutif de Corse et moi-même, étions à l’Assemblée Nationale pour suivre les débats sur la proposition de loi sur les successions, présentée par Camille de Rocca Serra et soutenue par tous les députés corses ainsi que par François Pupponi. Nous l’avons dit, le vote de l’Assemblée Nationale est le fruit de l’union de tous. Nous sommes conscients de la portée d’une telle union, d’autant plus que, lorsque nous avons initié notre démarche « Pè a Corsica », nous avons rappelé notre volonté de travailler avec toutes les forces politiques de l’île, pour le bien commun. Nous avons désormais fait la preuve que nous en sommes capables.

Vogliu ramintà chì, pè ghjunghje à stu votu favurevule, avemu fattu un travaglione di riflessione mà dinù di neguziazione cù u Statu. Prima, u 18 di ghjennaghju di u 2016, cù u Presidente di l’Esecutivu, avemu scontru à Manuel Valls, tandu Primu ministru. Duie ore di cuntrastu cun ellu ci anu permessu d’incalcà nant’à sta quistione di a fiscalità di u patrimoniu. A porta ùn era mancu stretta. Era chjosa. Ci hà spiegatu u Primu ministru chì dopu à duie decisione di u Cunsigliu custituziunale ùn si pudia parà l’entrata di a Corsica in u dirittu cumunu. C’hè tuccatu à risponde chjaramente è bè chì sta risposta, ùn la pudiamu accettà.
 
Je veux rappeler que, pour aboutir à ce vote favorable, nous avons fait un important travail de réflexion mais aussi de négociation avec l’Etat. Tout d’abord, le 18 janvier 2016, avec le Président de l’Exécutif, nous avons rencontré Manuel Valls, alors Premier ministre. Deux heures de discussion nous ont permis d’aborder cette question de la fiscalité du patrimoine. La porte n’était alors même pas entrouverte. Elle était close. Le Premier ministre nous a expliqué qu’après les deux décisions du Conseil Constitutionnel on ne pourrait pas empêcher l’entrée de la Corse dans le droit commun. Ce à quoi nous avons répondu que nous ne pouvions admettre cette réponse.

Qualchì tempu dopu, avemu mantenutu listessa pusizione davanti à u ministru Christian Eckert. À quella epica, aghju incaricatu u Capiavucatu Jean-Sébastien de Casalta di scrive un raportu nant’à sta quistione. Tengu quì à ringrazià lu per u so travagliu benevulente ch’hà ghjuvatu di puntellu à a seguita.

Quelques temps plus tard, nous avons maintenu notre position devant le ministre Christian Eckert. A cette époque, j’ai chargé le bâtonnier de Bastia, Jean-Sébastien de Casalta, de rédiger un rapport sur cette question. Je veux ici le remercier pour son travail bénévole qui a servi d’appui pour la suite.

Ghjuntu u veranu, u guvernu ci hà fattu sapè ch’ellu pigliava in contu a nostra pusizione è ch’ellu era prontu à sustene una nova dimarchja sottu à a forma d’una pruposta di lege. A sola cundizione era ch’elli si mettissinu d’accunsentu l’eletti corsi nant’à stu testu.

Au printemps, le gouvernement nous a fait savoir qu’il prenait en compte notre position et qu’il était prêt à soutenir une démarche nouvelle sous la forme d’une proposition de loi. La condition était que les élus corses se mettent d’accord sur le texte.

Tandu, ci simu messi in giru à u tavulinu cù tutti l’eletti di a Corsica. Anu cuntribuitu dinù u GIRTEC di Paul Grimaldi è i nutari di l’isula, in particulare Marie-Anne Pieri. À tutti, per a so cuntribuzione, li vulia ringrazià.
Cù u votu di l’Assemblea naziunale, avemu francatu un passu maiò per tutti i Corsi è ci tocca avà à aspettà u votu di u Senatu à u principiu di u 2017.
Aldilà di stu votu, particularamente impurtante è simbolicu, ci pudemu rallegrà d’unepoche d’avanzate maiò.
 
Nous nous sommes donc mis autour de la table, avec tous les élus de la Corse. Le GIRTEC de Paul Grimaldi a également apporté sa contribution, ainsi que les notaires de l’île, particulièrement Marie-Anne Pieri. Qu’ils soient tous remerciés pour leur participation active.
Avec le vote de l’Assemblée Nationale, nous avons franchi un pas important pour tous les Corses et il nous faut désormais attendre le vote du Sénat au début de l’année 2017.
Au-delà du présent vote, particulièrement important et symbolique, nous pouvons nous féliciter de plusieurs avancées importantes.

Avemu difesu è fattu ricunnosce certe specificità di a Corsica.
Nous avons défendu et fait reconnaître les spécificités de la Corse.


Pensu sopratuttu à u statutu d’isula-muntagna scrittu in a lege muntagna. Pensu dinù à a strategia naziunale di salute chì ammenta a Corsica in un dicretu.

Je pense surtout au statut d’île-montagne, inscrit dans la loi montagne. Je pense également à la stratégie nationale de santé qui mentionne la Corse dans un décret.

Nant’à d’altri cartulari, a Corsica chè certi credenu sempre in ritardu o troppu esigente è pienghjulona di pettu à u Statu hà qualchi colpu d’avanzu nant’à e regione francese.
Per esempiu, à u Cungressu di e regione, in Reims, a sapete, Manuel Valls avia annunziatu a fine di a dutazione glubale di funziunamente, rimpiazzata da u pruduttu di una parte di a TVA. Subbitu dopu à st’annunziu, in cunferenza di stampa, l’attuale è l’anzianu presidente di l’Associu di e Regione, Philippe Richert è Alain Rousset, anu ramintatu chì a Corsica era à l’urigine di sta dumanda. Hè vera. U 12 di dicembre di u 2014, l’Assemblea di Corsica avia aduttatu un prugettu di riforma fiscale chì ripigliava sta pruposta di i naziunalisti.

Sur d’autres dossiers, alors que certains critiquaient le retard de la Corse, ses exigences ou le fait qu’elle quémande toujours plus à l’Etat, il apparaît qu’elle a quelques coups d’avance sur les régions françaises.
Par exemple, au congrès des régions, à Reims, vous le savez, Manuel Valls a annoncé la fin de la dotation globale de fonctionnement, remplacée par le produit d’une part de la TVA. Immédiatement après cette annonce, en conférence de presse, l’actuel et l’ancien président de l’association des régions, Philippe Richert et Alain Rousset, ont rappelé que la Corse était à l’origine de cette demande. C’est vrai. Le 12 décembre 2014, l’Assemblée de Corse avait adopté un projet de réforme fiscale reprenant la proposition des nationalistes.

 
Altra vittoria fiscale, a cuntribuzione di a Cullettività territuriale di Corsica à l’addirizzera di e finanze publiche hè stata calata à a nostra dumanda di trè milioni è mezu d’eurò. Hè ghjustizia.

Autre victoire fiscale, la contribution de la Collectivité territoriale de Corse au redressement des finances publiques a été baissée, conformément à notre demande, à 3,5 millions d’euros. Ce n’est que justice.

Di listessa manera, l’ecunumie di trenta milioni fatte nant’à a Dutazione di cuntinuità territuriale ùn seranu micca perse, puderanu aiutà l’acconciu di e nostre strade è di i nostri paesi di l’internu. Hè ghjustizia dinù per elli.
Altru esempiu, luni, a ministra Ségolène Royal hà annunziatu, per via d’una lettera, chì a deliberazione di a nostra Assemblea nant’à a strategia naziunale per u mare è u litturale ghjuverà à rinfurzà stu ducumentu. Ramentu chì u scopu di a nostra pruposta era di tene contu di a pesca tradiziunale è particularamente di a pesca artisgianale corsa.
In u duminiu di l’educazione, a creazione d’un agregazione di lingua è cultura corsa hè un passu simbolicu impurtante, quant’è l’urganisazione di a furmazione di tutti i prufessori. Ghjè un primu passu, ne feremu d’altri.
 
De la même manière, les économies de 30 millions réalisées sur la dotation de continuité territoriale ne seront pas perdues ; elles bénéficieront à l’aménagement de nos routes et de nos villages de l’intérieur. C’est également justice pour eux.
Autre exemple, lundi, la ministre Ségolène Royal a annoncé, par courrier, que la délibération de notre Assemblée sur la stratégie nationale pour la mer et le littoral servira à renforcer ce document. Je rappelle que l’objectif de notre proposition était de tenir compte de la pêche traditionnelle et particulièrement de la pêche artisanale corse.
Dans le domaine de l’éducation, la création d’une agrégation de langue et culture corses est un pas symbolique important, tout comme l’organisation de la formation de tous les enseignants. C’est un premier pas, nous en ferons d’autres.

U nostru travagliu hè di custruisce una visione sparta di l’avvene di a Corsica / Notre travail est de construire une vision partagée de l’avenir de la Corse

Ghjè per quessa chì dipoi un annu, aghju purtatu trè cunferenze permanente pè custruì a Corsica di dumane. Di pettu à l’evuluzione di a nostra sucetà, aghju sceltu di travaglià nant’à trè temi :

C’est la raison pour laquelle, depuis un an, j’ai organisé trois conférences permanentes pour construire la Corse de demain. Face à l’évolution de notre société, j’ai choisi de travailler sur trois thèmes :

- U primu, a sapete, hè a gestione di a diversità culturale. Si tratta quì, in particulare, di e nuzione di populu corsu, d’integrazione, di lingua, di dialogu interreligiosu, di laicità. A vedimu aspessu, ci tocca à impatrunisce ci di ste quistione. A ci dumanda a sucetà è u nostru sensu di e respunsabilità. Avemu vutatu di lugliu scorsu una risuluzione nant’à a securità publica è l’integrisimu islamistu. Hè principiatu stu travagliu. Hà da esse longu postu ch’ellu hè assai cumplessu u tema.
 
Le premier, vous le savez, est la gestion de la diversité culturelle. Il s’agit là, en particulier, des notions de peuple corse, d’intégration, de langue, de dialogue interreligieux, de laïcité. Nous le constatons souvent, nous devons nous saisir de ces questions. La société nous l’impose, ainsi que notre sens des responsabilités. Nous avons voté en juillet dernier une résolution sur la sécurité publique et l’intégrisme islamiste. Ce travail a débuté. Le sujet étant particulièrement complexe, cela prendra du temps.

- Seconda tematica, quella di l’educazione, in core à u nostru prugettu di sviluppu di l’isula. A sapete, nant’à a mio dumanda, u Cunsigliu Ecunomicu è Suciale di a Corsica travaglia nant’à l’educazione in Corsica. Stu studiu ci permetterà di prupone u mudellu educativu chè n’avemu bisognu pè a Corsica.

Seconde thématique, celle de l’éducation. Au cœur de notre projet de développement de l’île. Vous le savez, à ma demande, le CESC travaille actuellement sur ce thème. Cette étude nous permettra de proposer le modèle éducatif dont la Corse a besoin.

- Infine, u terzu tema : u sviluppu ecunomicu è suciale. Aghju pigliatu l’iniziativa di travaglià à un prugettu di statutu fiscale è suciale pè a Corsica. U 29 di nuvembre, aghju prisentatu un ducumentu à i sucioprufissiunali, i sindicati è à parechji eletti à u Palazzu di i cungressi d’Aiacciu. Stu ducumentu ripresenta a mio cuntribuzione à a riflessione. Feraghju da quì à pocu una pruposta à a nostra Assemblea è, cum’è pè a fiscalità di u patrimoniu, mi pare impurtantissimu chì ognunu s’apprupriessi a dimarchja nanzu à i neguziati à vene cù u Statu. A cartula per l’impiegu lucale hà avanzatu dinù. Serà prestu presentata à l’attori ecunomichi è suciali.
In ste trè tematiche, ricunnoscerete i nostri impegni di sempre. Nant’à ogni sugettu, vi serà presentatu un rapportu di natura strategica in lu 2017.
 
Enfin, le troisième thème : le modèle de développement économique et social. J’ai pris l’initiative de travailler à un projet de statut fiscal et social pour la Corse. Le 29 novembre, j’ai présenté un document aux socioprofessionnels et aux élus au Palais des congrès d’Aiacciu. Ce document est ma contribution à la réflexion. Je ferai prochainement une proposition à cette Assemblée et, comme pour la fiscalité du patrimoine, il me semble impératif que chacun s’approprie la démarche avant les négociations à venir avec l’Etat. Nous avons avancé également sur la charte de l’emploi local. Elle sera bientôt présentée aux acteurs économiques et sociaux.
Dans ces trois thématiques, vous reconnaitrez nos engagements de toujours. Sur chacun de ces sujets, un rapport de nature stratégique vous sera présenté en 2017.

Travagliemu digià nant’à u regulamentu di a quistione suciale / Nous travaillons déjà à un règlement de la question sociale

Avemu creatu una cummissione ad hoc nant’à u particulare di e dificultà di i ritirati. Sta cummissione hà permessu à l’imprese di trasporti di fà valè unepoche di pruposte. L’affare serà finalizatu di ghjennaghju. Vulerebbe chì stu travagliu fussi allargatu à e cundizione generale di vita di i ritirati. Travaglieraghju dinù nant’à e cundizione d’alloghju, d’accessu à a salute, à l’impiegu, à a securità di certi publichi in grande dificultà. Ùn ci pò esse libertà senza una vera ugualità di e scenze è un equità suciale.
 
Nous avons créé une commission ad hoc relative aux difficultés rencontrées par les retraités en matière de transport. Cette commission a permis aux entreprises de transport de formuler un certain nombre de propositions. Cela sera finalisé au mois de janvier. Je souhaite que ce travail soit élargi aux conditions générales de vie des retraités. Je travaillerai également sur les conditions de logements, d’accès aux soins, à l’emploi et à la sécurité de certains publics en grande difficulté. Il ne peut y avoir de liberté sans une vraie égalité des chances et une équité sociale.

A creazione d’una nova Cullettività di Corsica hà francatu passi maiò / La création d’une nouvelle Collectivité de Corse a franchi des étapes importantes

Nant’à stu sugettu dinù, avemu addunitu l’inseme di l’attori per ghjunghje à a signatura d’un protocolu firmatu da i quattru presidenti u 18 di nuvembre.
Vogliu ramintà u sensu di sta riforma maiò. Si tratta di fà a Corsica più forte, più muderna, capace à fà fronte è à vince e battaglie di u vintunesimu seculu.
U 22 di dicembre, in Bastia, discuteremu d’un mettudu di travagliu cù l’eletti è i ripresententi di i persunali adduniti in u Cumitatu pluripartitu.
Ùn possu ammentà quì tutti i cartulari trattati è sciolti dipoi un annu, cum’è i trasporti, l’energia, l’agricultura, u pianu per e stallazione spurtive o à l’internaziunale, u Cunsigliu corso- sardu è e rilazione iniziate cù u Statu di Malta...
 
Sur ce sujet aussi, nous avons réuni l’ensemble des acteurs pour aboutir à la signature d’un protocole par les quatre présidents le 18 novembre.
Je veux rappeler ici le sens de cette réforme majeure. Il s’agit de rendre la Corse plus forte, plus moderne, capable de relever les défis du XXIème siècle.

Le 22 décembre à Bastia, nous discuterons la méthode travail avec les élus et les représentants des personnels réunis en comité pluripartite.
Je ne peux mentionner ici tous les dossiers traités et conclus depuis un an, comme les transports, l’énergie, l’agriculture, le plan d’installations sportives ou, à l’international le conseil permanent corso-sarde et les relations engagées avec l’Etat de Malte...

U cambiamentu u più maiò ghjè a nostra manera di fà / Le changement le plus important est notre manière de faire

Sottu à l’anziana mandatura, avia prupostu a creazione d’una cummissione di valutazione di e pulitiche publiche. Ciò chè no prupuniamu quandu eramu in l’upppusizione, a femu avà chè no simu à e respunsabilità. A trasparenza, l’apertura è u bè cumunu eranu in core à u nostru ghjuramentu nant’à a Ghjustificazione. Sò avà in core à i nostri fatti.
 
Sous l’ancienne mandature, j’avais proposé la création d’une commission d’évaluation des politiques publiques. Ce que nous proposions, alors que nous étions dans l’opposition, nous le faisons maintenant que nous sommes aux responsabilités. La transparence, l’ouverture et le bien commun étaient au cœur de notre serment sur la Justification. Ils sont désormais au cœur de nos actes.

Nanzu di compie, un puntu d’infurmazione nant’à l’Assemblea di a giuventù : ramentu chì a campagna di ricrutamentu à u cullegiu « candidati libari » si compierà u 31 di dicembre. Dopu à l’elezzione di u Cunsigliu Academicu di a Vita Liceana, chì si teneranu u 18 di ghjennaghju, dopu a selezzione di i candidati da a ghjuria, si puderà tene a prima riunione di l’Assemblea di a Giuventù à u principiu di u mese di ferraghju.
 
Avant de conclure, un point d’information sur l’Assemblea di a giuventù : je rappelle que la campagne de recrutement dans le collège des « candidats libres » se poursuit jusqu’au 31 décembre. Après l’élection du Conseil Académique de la Vie Lycéenne, qui aura lieu le 18 janvier, après la sélection des candidats par le jury, la première réunion de l’Assemblea di a giuventù pourra se tenir au début du mois de février.
 
À qualchì ghjornu di e feste di Natale, ùn possu compie senza ramintà chì parechji patriotti fermanu incarcerati o ricircati pè avè difesu a Corsica. À elli è à i soi, li vogliu dì a nostra primura è a nostra fratellanza.
Pensu dinù à i giovani culpiti da l’affare di Reims, à Maxime Beux è à i dui zitelli incarcerati. Dumandemu una volta di più, cun forza è di manera sulenne, ch’elli possinu compie l’annu cù i soi, in famiglia, è chì verità è ghjustizia fussinu rese à tutti è à u più prestu.
 
À quelques jours des fêtes de Noël, je ne peux terminer sans rappeler que plusieurs patriotes sont encore incarcérés ou recherchés pour avoir défendu la Corse. Je veux leur témoigner, ainsi qu’à leurs proches, toute notre sollicitude et toute notre fraternité.
Je pense aussi aux jeunes touchés dans l’affaire de Reims, à Maxime Beux et aux deux jeunes incarcérés. Nous demandons à nouveau avec force, et de manière solennelle, qu’ils puissent terminer l’année près des leurs, en famille, et que justice et vérité soient rendues à tous au plus vite.

À ringrazià vi.
Je vous remercie.