Collectivité Territoriale de Corse

Sessione di l’Assemblea di Corsica u 14 d'aprile di u 2016 - discorsu di u présidente

Session de l'Assemblée de Corse le 11 mars 2016 - discours du président

Jeudi 14 Avril 2016




Care culleghe, cari culleghi,

Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse
Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse
"Chì avvene pè a giuventù di u Mediterraniu ?". Era u tema sceltu da a COPEAM chì urganizava a simana scorsa in Aiacciu a so cunferenza annuale in lea cù a Cullettività Territuriale di Corsica. 

Sugettu di primura s'ellu ci n'hè ! Cumu turnà à dà à i giovani a sperenza in lu so avvene di pettu à tutti i castichi chì i toccanu ?

Dapoi qualchì tempu, in Auropa, i discorsi pulitichi nantu à « a giuventù cume risorsa», vale à dì una giuventù chì s'impegna pè risolve i prublemi soi, anu pigliatu a suprana nantu à i discorsi chì presentanu a giuventù cum’è un prublema. Era ora!

Ma, fatta fine, si vede bè chì l'eletti danu capu à a giuventù solu per i sugetti chì a toccanu subitu è di manera diretta. Quand’ellu si chere u parè di a giuventù, hè solu nantu à e pulitiche in u so favore. In stu quadru, hè faciule à parlà di participazione à a vita suciale è d'accessu à a citatinanza ! 

Eppuru, accade pocu spessu chì i giovani sianu cunsultati nantu à e so brame è l'idea ch'elli si facenu di l'avvene di a sucietà. S'ella hè impurtante d'assucià li à e riflessione pulitiche in giru à l'accessu à a cultura, à u sportu, à a salute... mi pare dinù impurtantissimu d'invità li à riflette à e questione d'impiegu, d'inserzione suciale, di inugualità sucioeconomiche...per dì la à l'accorta, riflette à tuttu ciò chì serà a so vita più tardi !

Tandu, chì valore ponu ricunnosce i giovani à sti discorsi ch'ùn li danu i mezi di custruisce elli stessi a sucietà induv’elli volenu campà ? Cosa ponu pensà essendu sempre scantati da e decisione ?

Oghje, particularmente in Francia, si sprimenu cù forza e difficultà. Cresce u muvimentu "Nuit debout". I giovani dichjaranu ch'elli ùn si sentenu micca ripresentati da l'eletti, volenu piglià a parolla è riempie u spaziu publicu perchè "a pulitica hè l'affare di tutti". 
Stu muvimentu, chì prestu s'allargarà forse à l'Auropa sana, ùn tocca a Corsica, per avà.
Pò esse per via di ragione sociologiche, o piuttostu per via di a vicinanza particulare di a sucietà corsa cù a pulitica... 

Aghju intesu a surpresa di i sindicati in quantu à l'assenza di a giuventù corsa in a mossa contru à a lege El Khomri. Ciò chì si po spiegà cù e ragione viste nanzu : i giovani s'impegnanu quand’elli anu a pussibilità di sprime si. In stu sensu, u muvimentu naziunale hà sempre datu una piazza impurtante à a giuventù è ùn hè manc'appena stunente di vede sti giovani mubilizati nantu à rivendicazione purtate da i naziunalisti. 

Eppuru, dipoi l'elezzione di dicembre 2015, numarosi sò i giovani chè no scuntremu à palisà ci e so sperenze pè l'avvene. Anu, cum’è in altrò in Auropa, u laziu di participà d'una manera cuncreta à a custruzzione di a sucietà corsa di dumane.

Ancu elli volenu piglià a parolla. 

È noi, a li vulemu dà. 

Si tenerà torna quist’annu, u 9 di ghjugnu, l’Assemblea di i zitelli. U scopu di sta manifestazione, a sapete, hè soprattuttu pedagogicu. Più d’una trentina di scole di a Corsica sana, vale à di 62 cunsiglieri, veneranu quì per un eserciziu praticu di demucrazia.

Ma, aldilà di sta ghjurnata, tocca dinù à l'Assemblea di Corsica d'esse u locu induve a giuventù puderà avè i so represintenti pè dì e so aspirazione è ciò ch'elli volenu per dumane.

Si tratta quì di un’Assemblea corsa di i giovani, à l’età di a maiurità, da 18 à 25 anni, alternativa soda à i muvimenti chì crescenu in altrò è chì deve permette di fà ingrandà a demucrazia in Corsica. Parechji esempii esistenu in Auropa è d’altronde, l’Unione Auropea prumove e dimarchje in u sensu di l’inclusione di a giuventù à l’elaburazione di e pulitiche publiche. 
 
U scopu di sta dimarchja hè veramente di dà i mezi à i giovani di cuntribuisce à a custruzzione di stu paese ! Noi, eletti di a Corsica, duvemu travaglià à fianc'à elli è sparte cun elli ogettivi cumuni.

Eccu u sensu di u prugettu ch'eo vi prisenteraghju di manera cumpleta in e simane à vene. À a rientrata di sittembre, deverà esse messu in ballu, passendu cusì da a grammatica à a pratica, è cunsiderendu infine da veru a giuventù cume una risorsa per u paese.

Mes chers collègues,

"Quel avenir pour les jeunes de Méditerranée ?". Tel était le thème retenu par la COPEAM, qui organisait la semaine dernière à Ajaccio sa conférence annuelle en partenariat avec la Collectivité Territoriale de Corse.

Sujet majeur s’il en est ! Comment redonner aux jeunes, confiance en l’avenir, face à toutes les difficultés qui les touchent ?

Depuis quelques années, en Europe, les discours politiques sur la jeunesse comme ressource, c’est-à-dire une jeunesse qui s’investit pour résoudre ses propres problèmes, ont pris le dessus sur les discours qui présentent la jeunesse comme un problème. Il était temps !

Mais, finalement, on constate que les élus n’ont de considération pour la jeunesse uniquement sur des sujets qui la concernent immédiatement et directement. L’avis de la jeunesse n’est recueilli que dans le cadre de mesures en sa faveur. Il est alors aisé de parler de participation à la vie sociale et d’accès à la citoyenneté !

Pourtant, les jeunes sont rarement consultés sur leurs aspirations pour l’avenir et sur l’idée qu’ils se font de l’avenir de la société. S’il est important de les associer aux réflexions politiques relatives à l’accès à la culture, au sport, à la santé...il me semble primordial de les inviter à réfléchir également aux questions d’emploi, d’insertion sociale, d’inégalités socio-économiques...bref, de réfléchir à tout ce qui fera leur quotidien demain !

Alors, quel crédit les jeunes peuvent-ils accorder à ces discours qui ne leur donnent pas les moyens de construire eux-mêmes la société dans laquelle ils veulent vivre ? Que peuvent- ils penser du fait d’être mis à l’écart des décisions ?

Aujourd’hui, en France particulièrement, les difficultés s’expriment avec force. Le mouvement « Nuit debout » prend de l’ampleur. Les jeunes ne se sentent pas représentés par les élus, veulent prendre la parole et investir l’espace public parce que, disent-ils, « la politique c’est l’affaire de tous ».

Ce mouvement, qui s’étendra peut-être bientôt à l’Europe entière, ne touche pas la Corse pour le moment.

Peut-être pour des raisons sociologiques, ou plutôt en raison de la proximité particulière de la société corse avec la politique...

J’ai entendu l’étonnement des syndicats quant à l’absence de la jeunesse corse dans la mobilisation contre la loi El Khomri. Cela peut s’expliquer par les raisons évoquées plus haut : les jeunes se mobilisent lorsqu’ils ont la possibilité de s’exprimer. En ce sens, le mouvement national a toujours accordé une place prépondérante à la jeunesse ; il n’est alors pas étonnant de voir ces jeunes se mobiliser autour de revendications portées par les nationalistes.

Pourtant, depuis l’élection de décembre 2015, nous rencontrons de nombreux jeunes qui nous font part de leurs espoirs pour l’avenir. Ils ont, comme ailleurs en Europe, envie de participer activement à la construction de la société corse de demain.

Eux aussi veulent prendre la parole.


Et nous voulons la leur donner.

Cette année encore, le 9 juin, aura lieu l’Assemblée des enfants. Cette manifestation a une visée pédagogique, vous le savez. Plus de trentaine d’établissements scolaires, soit 62 conseillers juniors, viendront ici pour un exercice pratique de la démocratie.

Mais, au-delà de cette journée, l’Assemblée de Corse doit être aussi un lieu où la jeunesse puisse avoir ses représentants et exprimer ses aspirations et ses souhaits pour l’avenir.

Il s’agit là d’une Assemblée corse de jeunes majeurs, de 18 à 25 ans. Une alternative solide aux mouvements qui grandissent ailleurs et qui doit permettre de faire progresser la démocratie en Corse.

Plusieurs exemples de ce type existent en Europe et, d’ailleurs, l’Union européenne favorise les démarches qui vont dans le sens de l’inclusion de la jeunesse dans l’élaboration des politiques publiques.


L’objectif de cette démarche est de donner véritablement les moyens aux jeunes de contribuer à la construction de ce pays ! Nous, élus de la Corse, devons travailler à leurs côtés et partager avec eux des objectifs communs.

Voici le sens de ce projet que je vous présenterai dans le détail dans les semaines à venir.

A la rentrée de septembre il devra être mis en œuvre, pour passer ainsi de la théorie à la pratique, et enfin considérer réellement la jeunesse comme une ressource pour ce pays.