Collectivité Territoriale de Corse

Sessione di l’Assemblea di Corsica u 23 di ghjungnu di u 2016 - discorsu di u présidente Jean-Guy Talamoni

Session de l'Assemblée de Corse le 26 mai 2016 - discours du président

Jeudi 23 Juin 2016




 

Care culleghe, cari culleghi,

U 4 di lugliu, a sapete, parechji ministri seranu in visita in Aiacciu. Arimane, un giurnalistu ci dumandava, in cunferenza di stampa, qualessu era u prugramma di sta visita, qualessi seranu i ministri à fà u spiazzamentu. Quessa, ùn la sapemu micca è, d’apressu à mè, oghje chì hè oghje, ùn la sà mancu u guvernu !

Eppuru, a sapemu noi ciò chì no aspettemu di sta visita. Sapemu ciò chì avemu da ripete à i ministri.

In quantu à a nova Cullettività di Corsica, un rapportu hè statu presentatu in cummissione di e cumpetenze legislative è regulamentare. Stu rapportu mi pare assai chjaru è cumplettu ; ùn c’hè bisognu à vultà nantu à ogni puntu. Ma, ciò ch’ellu si pò dì, ghjè chì certe dispusizione di l’urdunanze ùn ci cunvenenu micca, in particulare quelle chì mantenenu, in vanu, una logica dipartimentale. Avemu fattu parechji amendamenti à st’urdunanze è a diceremu torna à i ministri u 4 di lugliu.

Di pettu à sta situazione, a nostra pusizione pulitica fermerà chjara. Si pò riassume in dui punti :
  • U primu : a cullettività unica deve esse stallata u 1mu di ghjennaghju di u 2018. 
  • Secondu puntu : l’attese di i parsunali devenu esse pigliate in contu subitu avà. Per contu nostru, nantu à stu puntu, riceveremu i sindicati a settimana chì vene.
Nantu à a fiscalità di u patrimoniu,  u rapportu ch’avia cumandatu à u capi avucatu bastiacciu Jean-Sébastien de Casalta hè statu presentatu à u guvernu.  E so cunclusione, cum’è a sapete, presentanu quattru vie per circà à scoglie u prublema. Aspettemu avà a pusizione di Parigi. Cum’è l’avemu detta, a sola suluzione ch’ùn si pò adimette serebbe di fà entre a Corsica in u drittu cumunu in 2018, cum’ella era prevista.

Nantu à a pressione fundiara è a speculazione, avemu participatu à e riunione di u gruppu di travagliu. Per noi, a manera ch’elli anu i funziunarii parigini d’attaccà stu prublema ùn pò micca sbuccià nantu à pruposte efficace per luttà contru à ste prublematiche. Oghje, ci dumandanu guasi di riservà u litturale per e residenze secundarie di quelli ch’ùn campanu micca quì, mentre chì i Corsi, quelli chì stanu quì da u primu di ghjennaghju à u 31 di dicembre, anderebbenu tutti in un bellu alloghju suciale, novu novu cù u so parking !

Di sicuru, avemu ramintatu à u guvernu a deliberazione di l’Assemblea di Corsica nantu à u statutu di residente, misura chì permetterebbe attempu di prutege u fundiariu è di liberà lu à prò di i nostri.

Secondu à Parigi, u statutu di residente ùn serebbe micca legale. Vi facciu rimarcà chì a legalità cambia assai secondu che no siamu d’un cantu di u Mediterraniu ò di l’altru. Tenimu à mente chì in lu 2012, a merria di Courchevel hà pigliatu una deliberazione in lu sensu di un statutu di residente per dui prugrammi immubiliari. Serà pussibule ch’ùn si possi mancu fà in Corsica ciò chì si face digià in Francia ? Avemu ramintatu per contu nostru a nuzione di « centru di l’interessi materiali è murali ». Ghjè per noi una pista seria da studià.

Avemu dunque dumandatu à u guvernu simpliciamente a messa in ballu quì di e misure nicessarie per cambià e cose.

Cuncernendu a lingua corsa, dipoi u nostru scontru cù e ministre di l’Educazione è di a Cultura, avemu cunfirmatu cù u Presidente di l’Esecutivu, a nostra vulintà di vede sviluppà l’insignamentu per immersione è l’insignamentu bislinguu à u cullegiu cum’è à u liceu.

Infine, ci simu indirizzati à u ministru di a ghjustizia, Jean-Jacques Urvoas, nantu à u prublema umanitariu è puliticu di i prigiuneri.

Avemu ramintatu a decisione storica di u FLNC, a so vulintà, è a nostra, di favurisce l’appaciamentu di a Corsica. 157 cumune anu pigliatu una deliberazione à prò di una lege d’amnistia. L’Assemblea di Corsica hà dumandatu, per via di u so votu di u 28 di maghju di u 2015, a messa in ballu d’un prucessu glubale, principiendu cù misure d’avvicinamentu.

U guvernu, oramai, ùn pò più cuntinuà à nigà a vulintà demucratica sprimata da i Corsi.
Per contu nostru ùn accetteremu micca chì sta quistione sia spiccata da a suluzione pulitica che no bramemu.

Nantu à tutti sti sugetti di primura, aspettemu dunque per u 4 di lugliu risposte chjare da fà avanzà a Corsica.

Sola nota positiva ghjunta da Parigi, e pusizione sprimate da Segolène Royal nantu à l’affari di u circondu è di l’energia.

Per l’altru restu, ci tocca à difende cun forza e deliberazione di a nostra Assemblea.

Chers collègues

Vous le savez, le 4 juillet, plusieurs ministres seront en visite à Ajaccio. Hier, un journaliste nous demandait en conférence de presse quel était le programme de cette visite et quels seraient les ministres présents. Nous n’en savons rien et, d’après moi, à ce jour, même le gouvernement ne le sait pas !

En revanche, nous savons ce que nous attendons de cette visite. Nous savons ce que nous répèterons aux ministres.

S’agissant de la nouvelle Collectivité de Corse, un rapport a été présenté en commission des compétences législatives et réglementaires. Ce rapport me semble très clair et complet ; il n’est pas nécessaire de revenir sur chacun des points. Mais, ce que l’on peut dire c’est que certaines dispositions des ordonnances ne nous conviennent pas, en particulier celles qui maintiennent inutilement une logique départementale. Nous avons fait plusieurs amendements à ces ordonnances et nous le redirons aux ministres le 4 juillet.

Face à cela, notre position politique restera claire. Elle se résume en deux points :
  • Le premier : la collectivité unique doit être mise en place au premier janvier 2018.
  • Second point : les attentes des personnels doivent être prises en compte immédiatement. Sur ce point, pour notre part, nous recevrons les syndicats la semaine prochaine.
Concernant la fiscalité du patrimoine, le rapport que j’avais commandé au bâtonnier Bastiais Jean-Sébastien de Casalta a été présenté au gouvernement. Ses conclusions, comme vous le savez, proposent quatre voies de nature à régler le problème. Nous attendons désormais la position de Paris.

Comme nous l’avons dit, la seule solution que l’on ne pourra pas admettre serait de faire entrer la Corse dans le droit commun en 2018, comme cela était prévu.

Sur la pression foncière et la spéculation, nous avons participé aux réunions du groupe de travail. Pour nous, la façon qu’ont les fonctionnaires parisiens d’aborder ce problème ne peut permettre d’aboutir à des propositions efficaces pour lutter contre ces problématiques. Aujourd’hui on nous demande presque de réserver le littoral aux résidences secondaires de ceux qui ne vivent pas ici, tandis que les Corses, ceux qui vivent ici du 1er janvier au 31 décembre, iraient tous vivre dans de beaux logements sociaux, tout neufs, avec parking !

Bien entendu, nous avons rappelé au gouvernement la délibération de l’Assemblée de Corse sur le statut de résident, mesure qui permettrait à la fois de protéger le foncier et de le libérer en faveur des nôtres.

Selon Paris, le statut de résident ne serait pas légal. Je note que la légalité varie beaucoup que l’on soit d’un côté de la Méditerranée ou de l’autre. Rappelons qu’en 2012, la mairie de Courchevel a délibéré sur un statut de résident pour deux programmes immobiliers. Est-il possible de ne pas pouvoir faire en Corse ce qui se fait déjà en France ? Nous avons rappelé pour notre part la notion de « centre des intérêts matériels et moraux ». Il s’agit pour nous d’une piste sérieuse à étudier.

Nous avons donc demandé simplement au gouvernement l’application des mesures nécessaires pour changer les choses.

Sur la langue corse, depuis notre rencontre avec les ministres de l’Education et de la Culture, nous avons confirmé, avec le Président du Conseil Exécutif, notre volonté de voir développé l’enseignement par immersion et l’enseignement bilingue, au collège comme au lycée.

Enfin, nous nous sommes adressés au ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, sur le problème humanitaire et politique des prisonniers.

Nous lui avons rappelé la décision historique du FLNC, sa volonté, et la nôtre, de favoriser l’apaisement de la Corse. 157 communes ont délibéré en faveur d’une loi d’amnistie. L’assemblée de Corse a demandé, par son vote du 28 mai 2015, la mise en œuvre d’un processus global, commençant par des mesures de rapprochement.

Désormais, le gouvernement ne peut plus continuer à nier la volonté démocratique exprimée par les Corses. Pour notre part, nous n’accepterons pas que cette question ne soit pas intégrée à la solution politique que nous voulons.

Sur ces sujets majeurs, nous attendons donc pour le 4 juillet des réponses claires et de nature à faire progresser la Corse.

Seule note positive venue de Paris, les positions exprimées par Ségolène Royal dans les dossiers des déchets et de l’énergie.

Pour le reste, nous devrons défendre avec force les délibérations de notre Assemblée.