Collectivité Territoriale de Corse

Sessione di l’Assemblea di Corsica u 24 di nuvembre di u 2016 : discorsu di u Presidente Jean-Guy Talamoni

Session de l’Assemblée de Corse Le 6 septembre 2016 : Discours du Président Jean-Guy Talamoni

Jeudi 24 Novembre 2016

Seul le discours prononcé fait foi




Care culleghe, cari culleghi,

Vi parleraghju oghje di un sugettu di primura, ch’avemu piazzatu in core à a nostra pulitica è chì ghjè u tema di una di e trè « Cunferenze permanente » ch’aghju lanciatu dopu à l’elezzione di dicembre scorsu : l’educazione.

Da i tempi landani, i Corsi anu cunsideratu a cunniscenza cum’è u tesoru u più preziosu, è rispettatu assai quelli chì u tramandavanu. A ci dice a nostra storia. Tenimu per testimonii i rimproveri fatti à u diciottessimu seculu da l’autori naziunali à i Genuvesi eppò dopu à i Francesi nantu à stu puntu. Pasquale Paoli ellu stessu avia messu l’educazione à u centru di a so azzione publica. Di st’azzione, l’apertura di l’Università fù u mumentu u più sulenne.

Oghje chì ghjè oghje, a quistione hè più chè mai d’attualità : u sistema educativu francese, quellu chì s’impone in u nostru paese, viaghja à capu in ghjò : i studii « PISA » di l’OCDE - è ancu quelli di u ministeriu di l’educazione in Parigi - mettenu in risaltu dui punti maiò :
  • a Francia tene a prima piazza per a crescita di l’inugualità ;
  • cuntinueghja à calà u livellu di i giovani, dunque a perfurmenza di u sistema educativu.
Un studiu di u Ministeriu nant’à u livellu di i giovani in urtugrafia1 esciutu a settimana scorsa dice quantu elle calanu e cumpetenze dipoi vinti anni.

In Corsica, a situazione hè ancu di più acuta postu chè n’avemu un livellu d’abbandonu sculare superiore à quellu di a Francia è chì l’inugualità sò più forte quì chè in altrò.

D’altronde, l’evoluzione di a sucetà aurupea è di u so sistema di valori pruduce i so effetti in Corsica dinù. U soldu era un mezu. Hè diventatu una fine. E ghjente ùn sò più ghjudicate nantu à ciò ch’elle sò o ciò ch’elle facenu, ma nantu à ciò ch’elle anu... In stu cuntestu, a cultura è l’educazione passanu spessu dopu à tutti l’altri settori. A so svalutazione ripresenta un veru scumpientu è i pulitichi anu sicuramente una respunsabilità tamanta. Di stu disprezzu, una parte di u populu hà ricevutu u missagiu è si vedenu quì, in Corsica, affari chì ùn si pensavanu mancu trent’anni fà : cum’è si puderebbe adimette di vede i nostri insignanti cunfruntati à l’arruganza di certi parenti, riceve l’insulti è certe volte ancu i colpi ?

Aghjustemu à u bilanciu i prublemi detti dì « gestione di a diversità culturale » chì rendenu a situazione assai più cumplessa. N’avemu parlatu quì ùn hè tantu : u sviluppu di l’islamisimu radicale è di certe prattiche settare tocca in particulare u mezu sculare, senza chì l’amministrazione porti sempre a bona risposta à e dumande angusciate di i prufessori. Ùn vogliu quì mette in causa à nisunu chì a sò : u prublema hè difficiule è nimu ùn dispone di l’arte magica chì permetterebbe di cambià e cose d’un colpu.

Ma ciò chì si pò fà, è chì i rispunsevuli pulitichi chè no simu devenu fà, ghjè di prupone urientazione nove. D’altri paesi ch’anu vistu u settore educativu arruvinatu, anu cunnisciutu un risaltu di u livellu è di l’equità sculare cù pulitiche adatte. Tuttu ùn si pò micca imprestà, ci tocca à inventà u nostru mudellu.
  • A prima primura serà di riaffirmà a piazza di l’educazione : quessa ùn hè solu un vettore essenziale di qualità è di livellu di vita ma dinù a cundizione d’eserciziu di a demucrazia vera. U votu senza cunniscenza ùn hè demucrazia.
  • A seconda hè a cunsequenza di a prima : u mistiere d’insignante essendu centrale in a sucetà, quelli chì u sceglienu malgradu e difficultà anu u dirittu micca solu à u rispettu ma à tutta a nostra ricunniscenza. Avemu digià ricevutu quì l’insignanti è i capi di stabilimenti. Aghju cumminciatu dinù à scuntrà li nantu à u so locu di travagliu, in Sartè, in Purti Vechju, in Fiumorbu... A feremu torna è, per contu meiu, a mio porta serà sempre aperta per elli.
  • A terza hè di cumincià à trattà i prublemi di gestione di a diversità culturale : ancu s’è sti prublemi toccanu tutti i duminii di a vita, si sà chì i prufessori sò in prima linea. Ci vole à cuncilià l’apertura à l’altre culture è u rispettu di quella di u populu di dirittu nant’à a terra di Corsica : u populu corsu.
  • A quarta hè di migliurà e cundizione materiale di travagliu è d’amparera, di a scola materna à l’università. Malgratu e difficultà finanziarie, ci hà da vulè à fà i sforzi nicessarii per u sviluppu di u numericu in tutte e scole, per u sustegnu à l’innuvazione pedagogica, è per a furmazione di i furmatori. Per tutti sti sugetti avemu digià deliberatu è avanzatu ! Sò detti ma sò fatti dinù.
  • A quinta hè d’andà versu sta « sucetà di l’amparera », cum’ellu dice u premiu Nobel Joseph Stiglitz, induve l’insignamentu hè ricevutu longu a vita, sguassendu a fruntiera trà furmazione iniziale è furmazione cuntinua.
  • A sesta cuncerna u duminiu linguisticu. U nostru scopu hè di fà chì, quale ella sia a so urigine, un zitellu chì campa in Corsica possi diventà un citadinu corsu apertu nantu à u mondu. A lingua corsa hè a nostra lingua naziunale, porta i valori di u populu corsu. Custituisce u primu vettore di cuezione di a nostra sucietà. U francese hè una bella lingua è i Corsi ne anu a maestria. Ci vole à tene ne contu cum’è d’una richezza maiò. U bislinguisimu ùn basta è u plurilinguisimu hè una necessità ind’u mondu oghjincu. Sicuramente chì u corsu ci apre e porte di l’altre lingue latine, à cummincià per u talianu. Ma ùn basta. L’inglese, a sapete, l’amparemu à a scola dipoi anni è anni. Eppuru, in a pratica, i risultati ùn sò boni. Nantu à sta quistione dinù, u sistema educativu attuale face vede i so limiti. D’ùn parlà l’inglese cum’è a facenu i citadini di a piuparte di i paesi aurupei hè per noi una difficultà, nantu à u pianu culturale, di sicuru, ma dinù ecunomicu. Ci vole à cambià sta situazione. Quachì ghjornu fà, u ministru di l’educazione di Malta, quinta destinazione in u mondu per l’amparera di l’inglese, m’hà prupostu un accordu di scambii linguistichi per sviluppà a lingua inglese in Corsica è a lingua francese in Malta. Ghjè una pista interessantissima chè no simu in traccia di studià.
Eccu. Ci serebbenu tanti altri sugetti liati à l’educazione, ma ùn ne simu micca à a fine di u parcorsu di reflessione. Per contu meu, aghju da cuntinuà u mio travagliu di cunsultazione in u quadru di a cunferenza permanente nantu à l’educazione. D’altronde, per arrichisce u dibattitu, aghju da dumandà à u Presidente di u Cunsigliu Ecunomicu Suciale è Culturale di fà realizà un studiu nantu à u sistema educativu attuale in Corsica è l’evuluzione chì si ponu imaginà è almanaccà.

À ringrazià vi.

Chers collègues,

Je parlerai aujourd’hui d’un sujet majeur, que nous avons placé au cœur de notre politique et qui est le thème de l’une des trois conférences permanentes que j’ai initié après notre élection : il s’agit de l’Education.

De tous temps, les Corses ont considéré la connaissance comme un précieux trésor et ont eu beaucoup de respect pour ceux qui le transmettaient. Notre histoire nous le dit. Nous possédons des témoignages relatant les reproches faits au XVIIIe siècle par les auteurs nationaux, d’abord aux Génois, puis aux Français sur cette question. Pasquale Paoli lui-même avait placé l’Education au centre de son action publique, l’ouverture de l’Université étant l’évènement le plus marquant.

Aujourd’hui, la question de l’Education est plus que jamais d’actualité : le système éducatif français, qui s’impose dans notre pays, fonctionne mal : les études « PISA », faites par l’OCDE – de même celles du Ministère de l’Education à Paris – font ressortir deux points majeurs :
  • La France est à la première place en termes d’augmentation des inégalités ;
  • Le niveau des jeunes continue de baisser, en même temps donc que la performance du système éducatif.
Une étude du ministère relative au niveau d’orthographe des jeunes, publiée la semaine dernière, fait état de la baisse considérable des compétences depuis 20 ans.

En Corse, la situation est d’autant plus critique que le niveau d’abandon scolaire est supérieur à celui de la France et que les inégalités sont plus fortes qu’ailleurs.

Par ailleurs, l’évolution de la société européenne et de son système de valeurs a des répercussions en Corse comme ailleurs. Si l’argent était autrefois un moyen, il est aujourd’hui une fin. Les gens ne sont plus considérés pour ce qu’ils sont ou ce qu’ils font mais pour ce qu’ils ont... Dans un tel contexte, la Culture et l’Education sont reléguées au second plan.

Leur dévalorisation est un désastre et les politiques en sont certainement grandement responsables. Ce mépris pour la Culture et l’Education imprègne une partie de la population et désormais on constate en Corse des comportements alors impensables il y a trente ans : comment pourrait-on admettre que nos enseignants soient confrontés à l’arrogance de certains parents, soient insultés, voire quelques fois frappés ?

Il faut ajouter à ce bilan les problèmes de « gestion de la diversité culturelle » qui compliquent un peu plus la situation. Nous en avons parlé récemment : le développement de l’islamisme radical et de certaines pratiques sectaires touche particulièrement le milieu scolaire, sans que l’administration apporte toujours la réponse juste aux vives inquiétudes des professeurs. Il ne s’agit pas ici de mettre en cause qui que ce soit. Nous avons conscience que le problème est complexe et que personne ne dispose d’une baguette magique qui permettrait de changer les choses immédiatement.

En revanche, ce que l’on pourrait faire, et ce que les responsables politiques que nous sommes devons faire, c’est proposer de nouvelles orientations. Certains pays, dont le système éducatif était ruiné, sont parvenus à relever leur niveau d’équité scolaire par des politiques adaptées. Nous ne pouvons pas emprunter leur modèle à d’autres, il nous faut inventer notre propre modèle.
  • La priorité sera de réaffirmer la place de l’Education : ce n’est pas seulement un vecteur essentiel de qualité et de niveau de vie. C’est aussi la condition d’exercice de la véritable démocratie. Le vote sans connaissance, ce n’est pas la démocratie.
  • La seconde orientation découle de la première : le métier d’enseignant étant central dans notre société, ceux qui le choisissent malgré toutes les difficultés, ont droit, non seulement au respect, mais à toute notre reconnaissance. Nous avons reçu ici les enseignants et les chefs d’établissements. J’ai commencé à les rencontrer également sur leur lieu de travail, à Sartene, Porto-Vecchio, dans le Fium’Orbu... Je renouvèlerai ces rencontres et rappelle que ma porte leur sera toujours ouverte.
  • Troisièmement, il faut commencer à traiter les problèmes de gestion de la diversité culturelle : bien que ces problèmes concernent tous les domaines, les professeurs sont en première ligne. Il faut concilier l’ouverture aux autres cultures et le respect de la culture du peuple de droit en Corse : le peuple corse.
  • Quatrième orientation: améliorer les conditions matérielles de travail et d’apprentissage, depuis l’école maternelle jusqu’à l’université. Malgré les difficultés financières, nous devons faire les efforts nécessaires pour le développement du numérique dans toutes les écoles, pour le soutien à l’innovation pédagogique, pour la formation des formateurs. Sur tous ces sujets, nous avons déjà délibéré et avancé ! Ce sont des paroles et des actes aussi.
  • Cinquièmement, aller vers cette « société de l’apprentissage » comme le dit le prix Nobel Joseph Stiglitz, où l’enseignement est reçu tout au long de la vie, gommant ainsi la frontière entre formation initiale et formation continue.
  • La sixième orientation concerne le domaine linguistique. Notre objectif est de faire en sorte que chaque enfant vivant en Corse, quelles que soient ses origines, puisse devenir un citoyen Corse ouvert au monde. La langue corse est notre langue nationale, elle véhicule les valeurs du peuple corse. Elle constitue le premier vecteur de cohésion de notre société. Le français est une belle langue et les Corses la maîtrisent. Il faut considérer cela comme une richesse importante. Le bilinguisme n’est pas suffisant et le plurilinguisme est désormais une nécessité. Bien entendu, le corse ouvre les portes vers d’autres langues latines, à commencer par l’italien. Mais cela ne suffit pas. Bien que nous apprenions l’anglais à l’école pendant plusieurs années, en pratique, les résultats sont mauvais. Dans ce domaine aussi, le système éducatif actuel a montré ses limites. Ne pas parler l’anglais, contrairement aux citoyens de la plupart des pays européens, représente pour nous un handicap, sur le plan culturel, bien entendu, mais aussi sur le plan économique. Il est nécessaire de transformer cette situation. Il y a quelques jours, le Ministre de l’Education Maltais, cinquième destination au monde d’apprentissage de l’anglais, m’a proposé de sceller un accord d’échanges linguistiques pour développer la langue anglaise en Corse et la langue française à Malte. Il s’agit là d’une piste très intéressante sur laquelle nous sommes en train de travailler.
Il y aurait tant d’autres sujets liés à l’Education, mais nous ne sommes pas à la fin du processus de réflexion. Pour ma part, je vais poursuivre le travail de consultation que j’ai initié dans le cadre de la conférence permanente sur l’Education. Par ailleurs, pour enrichir le débat, j’ai demandé au Président du Conseil Economique, Social et Culturel de Corse de faire réaliser une étude relative au système éducatif actuel en Corse et aux évolutions que l’on peut imaginer et planifier.

Je vous remercie.