Collectivité Territoriale de Corse

Sessione di l’Assemblea di Corsica u 26 di ghjennaghju di u 2017 : discorsu di u Presidente di l'Assemblea di Corsica Jean-Guy Talamoni

Session de l’Assemblée de Corse le 26 janvier 2017 : Discours du Président Jean-Guy Talamoni

Jeudi 26 Janvier 2017



Care culleghe, cari culleghi,

In stu principiu d’annata, pè sta prima sessione di l’Assemblea di Corsica di u 2017, vi prisentu, à tutte è à tutti, i mo auguri, sinceri, di pace è di salute. Spergu chì ci la feremu à mantene sempre a serenità di st’assemblea è chì no ghjunghjeremu à travaglià inseme à prò di u bè cumunu.

U nostru principiu d’annata hè culpitu da u tempurale, cù a neve ind’è l’internu è a fiumara in lu pumonte. Vogliu riaffirmà a nostra sulidarità cù tutti quelli chì anu straziatu è chì strazianu sempre. Vogliu ringrazià à nome di st’Assemblea tutti i servizii di succorsu di a Corsica sana è rende un umagiu particulare à i servizii di a nostra cullettività : u serviziu di e strade di sicuru, chì hà travagliatu notte è ghjornu è quellu di a cumunicazione per u so travaglione d’infurmazione. Disgraziatamente, u tempurale hà fattu una vittima in Portivechju in principiu di settimana. Pensemu à ellu è à a so famiglia.

Infine, vogliu salutà a memoria di Ghjuvan’Maria Poli, anzianu elettu di st’Assemblea, u nostru amicu, un omu appassiunatu da a Corsica. Hà cunsacratu a so vita à l’altri. Disinteressatu per ellu, era solu è sempre primurosu di l’interessu cullettivu. Ùn ne diceraghju micca di più chì l’avemu tutti cunnisciutu. Vulerebbe chè no pensessimu à a so famiglia è chè no rendessimu un umagiu à Ghjuvan Maria, usservendu un minutu di silenziu.
 
Oghje dopu meziornu, l’urdinanze nant’à a Cullettività di Corsica seranu presentate à u Senatu.

E duie interviste publicate st’ultimi ghjorni in u giurnale, quella di Hugues Portelli è quella di u ministru Jean-Michel Baylet, dimostranu oghje chì, dipoi u principiu, certi pulitichi tenenu un doppiu discorsu.
 
Prima, diceraghju duie parolle nant’à e nostre rilazione cù i Cunsigli dipartimentali è dopu, nant’à e nostre rilazione cù i parlamintari.

Dipoi a nostra vittoria, una parte di a diritta corsa s’oppone à a riforma. Ghjè u so dirittu. Ma invece di dilla franca è chjara, prova à purtà ci di fole in canzone, à noi, à l’agenti di e cullettività è, di modu generale, à i Corsi.

Dopu à l’accordu firmatu in Aiacciu u 18 di nuvembre scorsu trà i quattru presidenti, i nostri cuntatti cù u Cunsigliu dipartimentale di Corsica suttana si sò ridutti à una sola riunione pulitica. U 22 di dicembre scorsu, avemu cunvenutu principi è mettudi cù i sindicati :
  • nisuna mubilità furzata per l’agenti di e trè cullettività,
  • l’integrazione d’un cunsigliu sindicale à a nostra pruposta di guvernanza,
  • a realisazione di studii nanzu à u mese di marzu,
  • a scrizzione à i nostri bugetti di linee finanziarie per a custruzzione di sta nova
    cullettività.
 
Ste dichjarazione publiche ùn sò micca state seguitate da i fatti. Ùn ci hè manera di fà avanzà e trè cullettività di listessu passu. Ne manca sempre una, sempre listessa.

Malgratu stu travagliu puliticu, publicu, trà l’annulazione di e riunione di travagliu è l’assenze ripetute à e riunione tenniche, avemu persu un annu. Ma ùn cappieremu micca. Ciò chè no vulemu fà per a Corsica và assai al di là di a creazione di sta cullettività, mezu di sviluppu per u paese, è micca di cunfortu per i so eletti.

U fronte cunservatore si move in Corsica, ma ancu in Parigi. Per tene un pizzatellu di putere, pocu impreme à sta parte di a diritta di fà perde torna tempu è soldi à a Corsica.

U più chì mi pare stranu, ghjè di sente un discorsu in Parigi à prò di a mudernisazione di l’istituzione di a Francia, è di vede tutte e trappule, tutti i fochi ch’elli sò capaci à accende certi eletti nant’à a strada, quandu ellu si tratta di mudernizà quelle di a Corsica.

Eppò, si sà chì in pulitica ci ponu esse pusture, ma ci sò dinù l’inganni. A disunione nant’à a quistione di a fine di l’arrestati Miot n’hè l’esempiu u più significativu.

Cù u Presidente di u cunsigliu esecutivu, avemu circatu à travaglià cun tutti i parlamintarii. Pocu impreme u so culore puliticu. A difesa di a nostra terra, a difesa di a trasmissione di u nostru patrimoniu fundiariu, ùn hè micca solu un cartulare, ghjè a cundizione di u nostru esse cullettivu. Ghjè a cundizione di l’urganisazione di u nostru sviluppu ecunomicu. Capiscu male cumu hè chì certi anu pigliatu u risicu di vede a pruposta di lege fiascà quandu u guvernu ci
prupunia un amendamentu à l’esame di l’urdinanze. Capiscu male dinù cumu serà ch’ùn s’hè ancu trovu un spaziu à u Senatu, senza l’aiutu di u guvernu, per presentà a pruposta di lege chè n’avemu scritta inseme ?

À vulè fà fiascà sta riforma istituziunale, à fà fiascà l’amendamentu nant’à a trasmissione di u fundiariu, piglianu certi eletti u risicu d’affundà a dimarchja detta di l’arrestatu Miot, incù tutte e cunseguenze per e famiglie corse...

Piglià tanti risichi pulitichi, tanti risichi per l’avvene di u nostru populu per pruvà, cum’è no dimu in carrughju, à mette una cozza à a nostra maiurità è à u guvernu, a dicu tranquillamente è senza pulemica alcuna, mi pare sprupusitatu è irrespunsevule.

Per contu nostru, teneremu a nostra strada.
À ringrazià vi.

Chers collègues,

En ce début d’année, pour cette première session de l’Assemblée de Corse de l’année 2017, je vous présente à toutes et à tous mes vœux, sincères, de pace è salute. Je souhaite que nous parvenions à maintenir toujours la sérénité de cette assemblée et à travailler ensemble pour le bien commun.

Notre début d’année a été marqué par les intempéries : la neige dans l’intérieur tout d’abord, puis les inondations dans l’extrême sud. Je veux réaffirmer toute notre solidarité avec ceux qui ont subi et qui subissent encore les conséquences de ces intempéries. Je veux remercier, au nom de notre assemblée, tous les services de secours de l’île et rendre un hommage particulier aux services de notre collectivité : le service des routes bien entendu, qui a travaillé nuit et jour et celui de la communication qui a fourni un important travail d’information. Malheureusement, le mauvais temps a fait une victime à Portivechju en début de semaine. Nous pensons à lui et à sa famille.

Enfin, je veux saluer la mémoire de Jean-Marie Poli, ancien élu de cette assemblée, notre ami, un homme passionné par la Corse. Il a consacré sa vie aux autres. Désintéressé, il se souciait uniquement de l’intérêt collectif. Je n’en dirai pas plus, nous l’avons tous connu. Je voudrais que nous ayons une pensée pour sa famille et que nous lui rendions hommage en observant une minute de silence.
Cet après-midi les ordonnances sur la Collectivité de Corse seront présentées au Sénat.

Les deux interviews publiées ces derniers jours dans la presse, celle d’Hugues Portelli et celle du ministre Jean-Michel Baylet, démontrent aujourd’hui que, depuis le début, certains politiques tiennent un double discours.

Premièrement, deux mots sur nos relations avec les conseils départementaux puis, sur nos relations avec les parlementaires.

Depuis notre victoire, une partie de la droite corse s’oppose à la réforme. C’est son droit. Mais plutôt que de le dire de manière claire, elle tente de nous berner, de berner les agents des collectivités et, de manière générale, de berner les Corses.
Après l’accord signé à Ajaccio le 18 novembre dernier entre les quatre présidents, nos contacts avec le Conseil Départemental de Corse-du-Sud se résument à une réunion politique. Le 22 décembre, nous avons convenu de principes et d’une méthode avec les syndicats :
  • Aucune mobilité forcée pour les agents des collectivités,
  • L’intégration d’un conseil syndical à notre proposition de gouvernance
  • La réalisation d’études au mois de mars,
  • L’inscription à nos budgets respectifs de lignes relatives à la construction de cette nouvelle collectivité.
Ces déclarations publiques n’ont pas été suivies des faits. Impossible de faire avancer les trois collectivités au même rythme ; il en manque toujours une, toujours la même.

Malgré ce travail politique, public, entre l’annulation des réunions de travail et les absences répétées aux réunions techniques, nous avons perdu un an. Mais nous n’abandonnerons pas. Ce que nous voulons faire pour la Corse va bien au-delà de la création de cette collectivité, outil de développement pour ce pays et non pas de confort pour ses élus.

Le front conservateur se mobilise en Corse mais aussi à Paris. Pour garder un petit morceau de pouvoir, cette partie de la droite se soucie peu de faire perdre du temps et de l’argent à la Corse.

Ce qui me semble le plus étrange, c’est d’entendre un discours parisien en faveur de la modernisation des institutions de la France et de constater tous les pièges et tous les feux que sont capables d’allumer certains élus sur cette voie quand il s’agit de moderniser les institutions corses.

Et puis, on sait qu’en politique il existe des postures, mais il existe aussi des tromperies. La désunion sur la question de la fin des arrêtés Miot en est l’exemple le plus significatif.

Avec le Président du Conseil Exécutif, nous avons tenté de travailler avec tous les parlementaires. Peu importe leur couleur politique. La défense de notre terre, la défense de la transmission de notre patrimoine foncier est plus qu’un simple dossier, c’est la condition de notre existence collective. C’est la condition de l’organisation de notre développement économique. Je comprends mal pourquoi certains ont pris le risque de voir la proposition de loi échouer quand le gouvernement nous proposait un amendement à l’examen des ordonnances. Je comprends mal comment il se fait qu’aucune niche n’ait encore été trouvée au Sénat, sans aide du gouvernement, pour présenter la proposition de loi que nous avons écrite ensemble.

En voulant faire échouer la réforme institutionnelle, en voulant faire échouer l’amendement sur la transmission du foncier, certains élus prennent le risque d’anéantir la démarche dite de l’arrêté Miot, avec toutes les conséquences que cela induit pour les familles corses...

Prendre tant de risques politiques, tant de risques pour l’avenir de notre peuple simplement pour tenter de déstabiliser notre majorité et le gouvernement, je le dis tranquillement et sans aucune polémique, me parait démesuré et irresponsable.

Pour notre part, nous continuerons de suivre la voie que nous avons tracée. Je vous remercie.