Collectivité Territoriale de Corse

Sessione di l’Assemblea di Corsica u 26 maghju di u 2016 - discorsu di u présidente

Session de l'Assemblée de Corse le 26 mai 2016 - discours du président

Jeudi 26 Mai 2016



Care culleghe, cari culleghi,

Vogliu, per principià, à nome di l’Assemblea, purtà u nostru sustegnu à u nostru cullegu Saveriu Luciani, vittima di minaccie chì ùn si ponu adimette ma chì ùn cambieranu nunda à a nostra determinazione. A tè Saveriu è à a to famiglia, ti dimu tutta a nostra sulidarità è tutta a nostra amicizia.

Vogliu salutà a mimoria di u nostru amicu à tutti, u cumpagnu di i tanti studienti passati à l’Università dipoi più di 30 anni, Claude Cesari, fratellu di u nostru cullega Marcellu Cesari.
Dipoi l’elezzione di dicembre scorsu, s’hè apertu cù u guvernu un ciculu di cuntrastu nantu à punti fundivi per l’avvene di u populu corsu. Si n’hè parlatu in a stampa digià, ma per dà vi tutta l’infurmazione nant’à l’evuluzione di i cartulari è u nostru parè, dinù, vi presenteraghju a situazione in corte parolle.

Nantu à a lingua, in u 2013, a nostra Assemblea avia vutatu un prugettu di cuufficialità di u corsu è di u francese. St’idea hè stata ricusata da u guvernu. Avemu quantunque pussutu strappà a creazione d’un agregazione per i prufissori di corsu. Ùn hè tant’affare ma serà una ricunniscenza di a qualità accademica è una misura d’ugualità di e carriere. In u primariu, a messa in ballu di un pianu eccezziunale di furmazione permetterà a generalisazione di l’insignamentu bislinguu, vutatu parechje volte digià da a nostra Assemblea. L’annunziu di u sviluppu di l’insignamentu per immersione, solu à parità uraria trà corsu è francese, ciò chì esiste digià dipoi vinti anni, u pigliemu cum’è una macagna. L’immersione ùn hè altru nunda chè un metudu pedagogicu. Induve serà scritta in a custituzione francese ch’ellu hè pruibitu d’aduprà una lingua per amparà la, moltu più quandu si sà ch’ellu hè u metudu u più bonu secondu i spezialisti di e scenze di u linguaghju è di e scenze di l’educazione ? Eccu per a lingua. Un basteranu ste misure à nurmalizà la quant’è no vulemu, ma quand’ellu passerà stu guvernu, averemu alzatu noi, cù e nostre pulitiche publiche, u livellu d’usu di u corsu, u so livellu d’attrazzera è ghjunghjeremu à fà ne a lingua di tutti. A riescita di a Festa di a lingua, principiata a settimana scorsa palesa sta vulintà sparta, tranquilla, cullettiva di ghjucà, di scuntrà, di cantà, di festighjà, di campà cù u corsu in core.

Nantu à l’istituzione, à sente è à crede i discorsi di a classa pulitica, ognunu serebbe oramai per a cullettività unica.


Fussi la puru, ma ùn ci credimu mancu à pena ! A creazione di a Cullettività di Corsica u primu di ghjennaghju di u 2018, dumandata da st’Assemblea, scritta in a lege NOTRe, hè per contu nostru una priurità. Dipoi u riferendu di u 2003, quandu i populi auropei anu crisciutu tutti e cumpetenze di i so guverni, noi avemu persu quindeci anni. Quindeci anni, quantu tempu persu ! E quantu prugetti scunciati ! A settimana scorsa, u ministru Jean-Michel Baylet hà dichjaratu à a delegazione corsa ch’ellu tenerebbe forte nantu à u rispettu di l’almanaccu.
Si sente dinù un upposizione artificiale trà a difesa di i nostri paesi è a creazione di a Cullettività di Corsica, siccome dipoi dui seculi i Cunsigli dipartimentali eranu stati capaci elli à fà li campà ! Nidu di u clientelisimu, anu creatu una rilazione indegna di dipendenza trà a classa pulitica è i nostri cumpatriotti. Quandu u mondu sanu s’apre à un ecunumia di a cunniscenza, quandu a Corsica vene capace à fà nasce iniziative ecunomiche in punta cum’è innuvazione suciale maiò, quale hè chì puderebbe difende u mantenimentu d’un istituzione di a clientela è di a dipendenza ? Puru s’è l’urdunanze mandate da u guvernu ùn piglianu micca in contu tutte e nostre urientazione, ùn lascieremu micca passà st’occasione di sbarazzà a Corsica di i Cunsiglii dipartimentali, reami di a pulitichella. Francamente, quand’è no sentimu certi eletti chì, dipoi anni è anni, anu sempre alisciatu i ministri di dritta o di manca, è chì oghje si dicenu nant’à una pusizione di rumpitura cù Parigi, solu per impedisce a Cullettività unica è tene a so seria à u Cunsigliu dipartimentale, ci face ride à pena.


U terzu gruppu di travagliu ch’avemu dumandatu à u Primu ministru Valls purtava nant’à a speculazione fundiaria è a fiscalità. Nun solu per quessu u cartulare, ci tocca à turnà à difende e nostre lenze in Parigi. V’aghju presentatu a settimana scorsa u raportu di Jean-Sébastien de Casalta.
Aspettemu oramai una risposta di i Ministri Eckert è Cosse. A sente i curridori parigini, u guvernu serebbe d’accunsentu nant’à l’impussibilità d’un ritornu à u dirittu cumunu in u 2018. Allora puru s’è per sta volta ùn ghjunghjeremu micca à strappà u statutu di residente chè no vulemu, l’amnistia o a cuufficialità, a sola difesa di u cartulare di a fiscalità di u patrimoniu merita u nostru impegnu chjuccutu è cuntinuu. S’è no simu stati eletti per alzà u livellu di supranità di a Corsica, ùn pudemu micca rinunzià à tuttu, cridendu cum’è in i fiori di a scopa è in e parolle di a diritta ch’un alternanza venerà à salvà ci. Pocu impreme u risultatu di l’elezzione presidenziale, da quì à un annu, a Francia averà un altru guvernu versu u quale feremu sente inseme e nostre e priurità per a Corsica.


Mes chers collègues,

Avant d’entamer mon discours d’ouverture de séance, au nom de notre Assemblée, je souhaiterais témoigner tout notre soutien à notre collègue Saveriu Luciani, victime de menaces odieuses qui jamais n’impacteront notre détermination. Saveriu, à toi et à ta famille, nous vous faisons part de notre entière solidarité et de toute notre amitié.
Je veux saluer la mémoire de notre ami à tous, compagnon de tant d’étudiants passés par l’Université de Corse depuis plus de 30 ans, Claude Cesari, frère de notre collègue Marcel Cesari.
Depuis le début de cette mandature, s’est ouvert un cycle de travail avec le gouvernement sur des questions fondamentales pour l’avenir du peuple corse. La presse les a évoquées mais je souhaiterais cependant profiter de ce moment pour vous donner davantage d’informations quant à l’évolution de ces dossiers ainsi que notre vision des choses, tout cela, rassurez- vous, en quelques mots seulement.
Sur la langue, notre assemblée avait adopté en 2013 un projet de coofficialité du corse et du français. Cette idée a été écartée par le gouvernement. Nous avons néanmoins obtenu la création d’une agrégation pour les professeurs de corse. Ce n’est certes pas grand-chose, mais il s’agit d’une reconnaissance de la qualité académique et une mesure d’égalité en termes de carrière. Au primaire, la mise en place d’un plan exceptionnel de formation permettra la généralisation de l’enseignement bilingue, mesure adoptée plusieurs fois déjà par notre Assemblée. L’annonce du développement de l’enseignement par immersion, seulement à parité horaire entre le corse et le français, ce qui existe déjà depuis vingt ans, nous le recevons comme un canular. L’immersion n’est rien d’autre qu’une méthode pédagogique. Où est-il inscrit dans la constitution française qu’il est défendu d’utiliser une langue pour l’apprendre, d’autant plus quand il s’agit de la méthode préconisée par les spécialistes des sciences du langage et des sciences de l’éducation ? Voilà pour la langue. Ces mesures ne suffiront certes pas à la normaliser autant que nous l’aurions voulu, mais quand ce gouvernement sera déchu, par l’effet patient de nos politiques publiques, nous aurons relevé le niveau d’usage du corse, son niveau d’équipement aussi et nous parviendrons à en faire la langue de tous. La réussite de la Festa di a lingua corsa, débutée la semaine dernière atteste de cette volonté partagée, tranquille, collective, de jouer, de rencontrer, de faire la fête, d’exister avec le corse chevillé au corps.
 

Du point de vue institutionnel, si l’on écoute et si l’on croit les discours de la classe politique, tout le monde serait désormais favorable à la collectivité unique. Fussi la puru ! Mais nous n’y croyons même pas. La création de la Collectivité de Corse le 1er janvier 2018, demandée par cette Assemblée, écrite dans la Loi NOTRe, est de notre point de vue une priorité. Depuis le référendum de 2003, tandis que les peuples européens augmentaient toutes les compétences de leurs gouvernements, nous perdions quinze ans. Quinze ans, que de temps perdu ! Et combien de projets abandonnés ! La semaine dernière, le ministre Jean-Michel Baylet a déclaré à la délégation corse qu’il maintiendrait le cap sur le respect du calendrier. Nous entendons aussi parfois une opposition artificielle entre la défense de nos villages et la création de cette Collectivité unique. Comme si depuis deux siècles les Conseils départementaux avaient été
capables, eux, de les faire vivre ! Nid du clientélisme, ils ont créé une relation indigne de dépendance entre la classe politique et nos compatriotes. Quand le monde entier s’ouvre à une économie de la connaissance, quand la Corse devient capable de faire naître des initiatives économiques de pointe ainsi que de grandes innovations sociales, qui pourrait défendre le maintien de l’institution de la clientèle et de la dépendance ? Même si les ordonnances envoyées par le Gouvernement ne prennent pas en compte toutes nos orientations, nous ne laisserons pas passer cette occasion de débarrasser la Corse des Conseils départementaux, royaumes de la pulitichella.
Franchement, entendre certains élus qui, depuis des années, ont toujours caressé dans le sens du poil les ministres de droite ou de gauche, dire aujourd’hui vouloir se mettre en rupture avec Paris, seulement pour empêcher la mise en place de la Collectivité unique et conserver leur siège au Conseil départemental, il y a de quoi rire !

Le troisième groupe de travail que nous avons demandé au Premier ministre Manuel Valls portait sur la spéculation foncière et la fiscalité. Pour ce seul dossier, il nous revient de défendre notre pays à Paris. Je vous ai présenté la semaine dernière le rapport de Jean- Sébastien de Casalta. Nous attendons désormais une réponse des ministres Cosse et Eckert. A en croire certains échos, le gouvernement serait bien conscient de l’impossibilité du retour au droit commun en 2018. Alors quand bien même nous ne parviendrons pas à obtenir cette fois ci le statut de résident que nous voulons, l’amnistie ou la coofficialité, la seule défense du dossier de la fiscalité sur les successions en appelle à notre implication opiniâtre et résolue. Si nous avons été élus pour relever le niveau de souveraineté de la Corse, nous ne pouvons pas pour autant renoncer à toute avancée, en croyant naïvement en la germination des fleurs de
la bruyère comme le dit un proverbe, comme dans les mots de la droite, qu’une alternance viendra nous sauver du cataclysme. Peu importe le résultat de la prochaine élection présidentielle, d’ici un an, la France aura un nouveau gouvernement en direction duquel nous continuerons à porter nos priorités Pè a Corsica.