Collectivité Territoriale de Corse

Sessione di l’Assemblea di Corsica u 27 d'ottobre di u 2016 : discorsu di u Presidente Jean-Guy Talamoni

Session de l’Assemblée de Corse Le 6 septembre 2016 : Discours du Président Jean-Guy Talamoni

Jeudi 27 Octobre 2016

Seul le discours prononcé fait foi




Care culleghe, cari culleghi,

Nanzu di principià, vogliu salutà a memoria di Jean-René Laplayne, anzianu resistente, giurnalistu è fine usservatore di a vita pulitica. Vuleria che no rendessimu dinù un umagiu à Ours-Pierre Grimaldi chì si n’hè andatu à u principiu di u mese, anzianu cunsiglieru esecutivu, babbu di a nostra cullega Stéphanie Grimaldi. Vi dumandu d’usservà un minutu di silenziu in a so memoria.

Parlaraghju oghje di una quistione impurtantissima pè i Corsi : quella di a fiscalità.
U so caratteru derugatoriu hè spessu criticatu in Francia è ghjova per incetta à e campagne di disprezzu contru à a Corsica è i Corsi. L’avemu vista à u mese di sittembre cù u rapportu di a Corte di i conti è sopratuttu cù i sprupositi di u diputatu de Courson.

L’avemu detta parechje volte ma mi pare chì ci vole à ripete la : ùn si tratta micca di difende acquisti storichi. U caratteru derugatoriu di a fiscalità corsa hè leghjittimu di pettu à a realità di a nostra ecunumia è in cunformità incù u dirittu europeu.
Ghjè in stu sensu chè no ci simu impegnati, dipoi a nostra elezzione di dicembre, à a custruzzione cullettiva di un statutu fiscale è suciale pè a Corsica.
U principiu di ghjustizia
Stu statutu si scrive in lu quadru di a situazione attuale di a Corsica, mà dinù indè u dirittu. Di fatti, prevede l’articulu 174 di u trattatu nant’à u funziunamentu di l’Unione Auropea, regule specifiche pè e regione sottumesse à certe custrizzione naturale o demugrafiche. L’articulu 174 cita l’isule è e regione di muntagna o quelle chì anu una densità di pupulazione debbula. A Corsica prisenta ste trè caratteristiche, ancu s’è una basterebbe pè ghjustificà un statutu particulare. Di più, una ghjurisprudenza auropea custente definisce a discriminazione cum’è u fattu di trattà di manera sfarente situazione pare, ma dinù u fattu di trattà di listessa manera situazione sfarente.

Vulè fà entre a Corsica in lu dirittu cumunu à pezzi à pezzi, cù amendamenti, vutati di notte, à a lege di e finanze, ghjè propriu discriminatoriu. Ghjè dinù cuntrariu à i testi è à a ghjurisprudenza auropea. Per esempiu, avemu purtatu a prova, di manera chjara, chì a realità di spluttazione di l’imprese corse hè assai sfavurevule rispettu à quelle di e regione cuntinentale, francese per indettu.

Quand’è no dumandemu un quadru derogatoriu, ùn dumandemu nè limosina nè privilegiu. Dumandemu simpliciamente appiecazione di u dirittu in lu filu di a teuria di a ghjustizia d’autori cum’è John Rawls o Amartya Sen.
Ne aghju parlatu incù i nostri interlocutori à u mumentu di u mo spiazzamentu in Malta da u 10 à u 13 d’ottobre. Elli a sanu chì anu ottenutu di l’Unione Aurupea ciò chì era necessariu per custruisce un ecunumia vera. Ma hè vera chì Malta, vinti cinque volte più chjuca chè a Corsica è incù una demugrafia à pocu pressu cum’è a nostra, hè in capacità di neguzià direttamente incù Bruselle, incù sei deputati aurupei quandu a Corsica ùn ne hà mancu unu. Di più, Malta averà a presidenza di l’Unione Aurupea à parte di ghjennaghju chì vene.

À Henry Camilleri, incaricatu di a messa in ballu di a presidenza di l’Unione Auropea, aghju spiegatu chì a Corsica cumulava tutte e particularità citate indè l’articulu 174 : territoriu isulanu, muntagna è demugrafia debbula. Henry Camilleri hà manifestatu a vulintà forte di u so paese di fà di sta quistione di l’isule un urientazione maiò di a presidenza maltese di l’Unione Auropea. A cummissione di l’isule di a Cunferenza di e Regione Periferiche Marittime sarà addunita di marzu in l’isula maltese di Gozo nant’à stu tema. E quistione di fiscalità ci puderebbenu esse cuntrastate. A futura presidenza maltese hà dighjà sottupostu stu sugettu à u Cunsigliu Ecunomicu è Suciale Auropeu.

D’altronde, aghju scuntratu marti in Strasbourg à Mercedes Bresso, diputata aurupea, anziana presidente di u Cumitatu di e Regione Auropee è rappurtatore di u cartulare nant’à a strategia di l’Auropa pè e regione alpine. Stu rapportu s’arrimba nant’à l'articulu 174. E prublematiche presentate in issu documentu sò listesse incù e nostre è avemu cuminciatu à parlà di a pussibiltà di fà benefizià a Corsica di u listessu pianu in favore di e regione di muntagna.
Da u regime derogatoriu à u statutu
Dipoi assai tempu, a Corsica hè stata sottumessa à un regime derugatoriu, fattu di dispusizione diverse, aghjunte l’une à l’altre senza nisuna armunia nè visione glubale. Hè ora oghje di francà u passu, di custruisce un veru statutu puliticu, fiscale è suciale pè a Corsica, cuerente, giratu versu un sviluppu pruduttivu, ammaistratu da i Corsi. Stu statutu cuprerebbe ogni duminiu è serebbe interessante pè l’imprese è pè i particulari. Serebbe allora cuncipita a fiscalità cum’è un arnesu di sviluppu selettivu, à prò di i settori d’attività è di e regione chì abbisognanu un sustegnu di i puteri publichi. À prò, dinù, di e pupulazione in difficultà.

Stu statutu, pè tutti i Corsi, permetterà di :
  • Riduce a dopia rumpitura territuriale, trà u litturale è l’internu mà dinù trà certi carrughji di e nostre cità
  • Permetterà di priservà a nostra terra per via di a prurugazione di u dispusitivu attuale nant’à a fiscalità di u patrimoniu
  • Permetterà di custruisce un’ecunumia : u scopu di u statutu fiscale è suciale ùn hè di ricosge un tissutu ecunomicu in grande difficultà mà di crea un ambiente novu, ghjuridicu, tennicu è ecunomicu, pè inghjennà un veru sviluppu da u quale hè stata privata a Corsica per via di l’assenza d’un quadru adattatu à a so situazione.
Dopu cunsultati i sindicati, l’eletti agriculi, l’urganisazione socio-prufessiunale, i rispunsevuli di i settori di a custruzzione, di u turisimu, l’esperti di l’ecunumia è di a fiscalità, aghju presentatu un ducumentu chì ci ghjuverà cum’è un fundamentu sodu pè compie l’elaburazione di un statutu fiscale è suciale pè a Corsica. Dopu à què, ci hà da vulè à neguzià cù u Statu.

Ma subbitu avà, ci tocca à unisce si di a manera a più larga pussibule per da capu à tutti quelli chì, da u parlamentu a à Corte di i conti, si sò messi in capu di fà ci entre in u dirittu cumunu, ciò chì ùn serebbe in cunfurmità ne cù a ghjustizia ne cù u dirittu.
In stu filu, è sempre incù a primura di difende a Corsica tutti inseme, avemu previstu cù u Presidente di l’Esecutivu, da quì à pocu, un scontru cù tutti i parlamentarii corsi o liati incù a Corsica, in Pariggi.

Ci tocca oramai à passà à un altru livellu è custruisce a stabilità è a sicurezza pè l’ecunumia corsa è pè i corsi.

À ringrazià vi.

Chers collègues,

Avant de commencer, je veux saluer la mémoire de Jean-René Laplayne, ancien résistant, journaliste et observateur avisé de la vie politique. Je voudrais que nous rendions hommage également à Ours-Pierre Grimaldi, qui nous a quittés au début du mois, ancien conseiller exécutif et père de notre collègue Stéphanie Grimaldi. Je vous demande d’observer une minute de silence à sa mémoire.

Je parlerai aujourd’hui d’une question très importante pour les Corses, celle de la fiscalité. Son caractère dérogatoire est souvent critiqué en France et sert de prétexte aux campagnes de dénigrement contre la Corse et les Corses. Cela a été le cas au mois de septembre avec le rapport de la Cour des comptes et surtout avec les propos du député de Courson.

Nous l’avons dit à plusieurs reprises mais il semble nécessaire de le répéter : Il ne s’agit pas de défendre des acquis historiques. Le caractère dérogatoire de la fiscalité corse est légitime, eu égard à notre réalité économique, et en conformité avec le droit européen. C’est en ce sens que nous avons travaillé, depuis notre élection en décembre dernier, à la construction collective d’un statut fiscal et social pour la Corse.

Le principe de justice
Ce statut s’inscrit dans le cadre de la situation actuelle de la Corse, mais aussi dans le droit. En effet, l’article 174 du Traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne, prévoit des règles spécifiques pour les régions soumises à certaines contraintes naturelles ou démographiques. L’article 174 cite les îles et les régions de montagne ou celles qui ont une faible densité de population. La Corse présente ces trois caractéristiques, même si une seule suffirait à justifier un statut particulier. De plus, une jurisprudence européenne constante définit la discrimination comme le fait de traiter différemment des situations identiques mais aussi comme le fait de traiter de la même manière des situations différentes.

Vouloir faire entrer peu à peu la Corse dans le droit commun, par des amendements à la Loi de finances, votés de nuit, est particulièrement discriminatoire. C’est aussi contraire aux textes et à la jurisprudence européenne.
Par exemple, nous avons démontré, de manière claire, que la réalité d’exploitation des entreprises corses est très défavorable par rapport à celle des régions continentales, françaises notamment.

Demander un cadre dérogatoire, ce n’est pas faire l’aumône ou demander un privilège. Nous demandons simplement l’application du droit, dans le sens de la « théorie de la justice » développée par des auteurs tels que John Rawls ou Amartya Sen.
J’en ai parlé avec nos interlocuteurs lors de mon déplacement à Malte du 10 au 13 octobre dernier. C’est un sujet qu’ils connaissent puisqu’ils ont obtenu de l’Union Européenne ce qui était nécessaire à la construction d’une vraie économie. Mais il est vrai que Malte, 25 fois plus petite que la Corse, avec une démographie quasiment équivalente, a la possibilité de négocier directement avec Bruxelles, elle qui a 6 députés européens alors que la Corse n’en a pas un ! De plus, Malte présidera l’Union Européenne à compter de janvier prochain.

Là-bas, j’ai rappelé à Henry Camilleri, en charge de la mise en place de cette présidence que la Corse cumule toutes les particularités citées dans l’article 174 : territoire insulaire, montagne et faible démographie. Henry Camilleri a exprimé la volonté ferme de son pays de faire de la question des îles une orientation majeure de la présidence maltaise de l’Union Européenne. La commission des îles de la Conférence des Régions Périphériques Maritimes se réunira d’ailleurs sur ce thème au mois de mars prochain à Gozo. Les questions de fiscalité pourront y être débattues. La future présidence maltaise a d’ores et déjà soumis ce sujet au Conseil Economique et Social Européen.

Par ailleurs, j’ai rencontré mardi à Strasbourg, Mercedes Bresso, députée européenne, ancienne présidente du Comité des Régions Européennes. Mercedes Bresso était rapporteur du dossier sur la stratégie de l’Europe pour les régions alpines, lequel rapport s’appuie justement sur l’article 174. Les problématiques présentées dans ce document sont les mêmes que les nôtres et nous avons envisagé la possibilité pour la Corse de bénéficier du même plan en faveur des régions de montagne.

Du régime dérogatoire au statut
Depuis longtemps, la Corse est soumise à un régime dérogatoire, fait de dispositions hétéroclites, ajoutées les unes aux autres sans aucune harmonie ni vision globale. Il est temps de franchir le pas, de construire un véritable statut politique, fiscal et social pour la Corse, cohérent, orienté vers un développement productif, maîtrisé par les Corses. Ce statut couvrirait tous les domaines et concernerait tant les entreprises que les particuliers.

La fiscalité serait alors conçue comme un outil de développement sélectif, en faveur des secteurs d’activité et des régions qui ont besoin du soutien des pouvoirs publics. En faveur, également, des populations en difficulté.

Ce statut, pour tous les Corses, permettra de :
  • Réduire la double fracture territoriale, entre le littoral et l’intérieur mais aussi entre les différents quartiers de nos villes.
  • Il permettra de préserver notre terre par la prorogation du dispositif actuel sur la fiscalité patrimoniale.
  • Il permettra enfin de construire une économie : l’objectif d’un statut fiscal et social n’est pas de rapiécer un tissu économique en grande difficulté mais de créer un nouvel environnement, juridique, technique et économique pour provoquer un vrai développement, dont la Corse a été privée jusqu’alors en raison de l’absence d’un cadre adapté à sa situation.
Après avoir consulté les syndicats, les élus agricoles, les organisations socio-professionnelles, les responsables des secteurs du BTP et du tourisme, les experts en économie et en fiscalité, j’ai présenté un document qui servira de base solide pour terminer l’élaboration d’un statut fiscal et social pour la Corse. L’étape suivante sera de négocier avec l’Etat.

Mais, dans l’immédiat, nous devons nous unir le plus largement possible pour répondre à tous ceux qui, du Parlement à la Cour des comptes, s’obstinent à vouloir nous faire entrer dans le droit commun, ce qui ne serait conforme ni avec la justice, ni avec le droit.
Dans cette perspective, et toujours dans le souci de défendre la Corse tous ensemble, nous avons prévu prochainement, avec le Président du Conseil Exécutif, une rencontre à Paris avec tous les parlementaires Corses, et ceux qui sont liés à la Corse.

Il nous faut désormais passer à un autre niveau et construire la stabilité et la sécurité pour l’économie corse et pour les Corses.

Je vous remercie.