Collectivité Territoriale de Corse

Signature du Contrat d'objectifs et de moyens de l'apprentissage

Signatura di u Cuntrattu d'ugettivi è di mezi di l'amparera prufissiunale

Jeudi 26 Janvier 2006



Signature du Contrat d'objectifs et de moyens de l'apprentissage
Ange Santini, Président du Conseil exécutif de Corse, Pierre-René Lemas, Préfet de Corse et Frédéric Petrucci, Secrétaire Général de l'Académie de Corse, représentant Paul Canioni, Recteur de l'Académie, ont signé, ce jour à l'Hôtel de Région le Contrat d'Objectifs et de Moyens de l'Apprentissage.

Ce Contrat, conclu pour une durée de 5 ans (2005-2009), s'inscrit dans le cadre de la loi de cohésion sociale du 18 janvier 2005, (Loi Borloo).

Il convient de rappeler que la Collectivité Territoriale de Corse a vu ses compétences renforcées par la loi du 22 janvier 2002 en matière de formation. La Corse possède, en effet, une compétence exclusive en matière d'organisation des filières, d'ouverture et de fermeture des centres de formation des apprentis et des sections d'apprentissages.

C'est donc dans ce cadre, et consciente de l'enjeu que représente l'insertion professionnelle pour le développement de l'île et pour la lutte contre le chômage, que la CTC, dont l'un des objectifs prioritaires est le développement de l'apprentissage, a souhaité promouvoir cette voie de formation et lui donner toute sa place dans le système professionnel insulaire.

Dans cette perspective, elle a décidé de s'associer à l'Etat à travers ce contrat qui vient renforcer la politique qu'elle met en œuvre en faveur de la formation et de l'insertion professionnelle, véritable passerelle entre le monde de la formation et celui de l'entreprise.

Ce partenariat devrait conduire, à terme, à une augmentation significative du nombre d'apprentis de l'ordre de 40 %, soit 1820 stagiaires, ainsi qu'à la modernisation du système de formation et à son adaptation aux mutations technologiques.

Le coût total de la mise en œuvre de ce Contrat s'élève à 6,5 M€ qui seront financés par la Collectivité Territoriale de Corse et l'Etat.


Participaient à cette réunion : le maire de la commune, le représentant de l'évêque de Corse et les représentants de la congrégation de Saint-Jean.

Rappelons que le couvent est propriété de la commune, l'association diocésaine en étant locataire et la congrégation affectataire.

Une récente étude réalisée par l'architecte en chef des monuments historiques a permis d'établir un avant projet de réhabilitation des bâtiments dont le montant s'élève à plus de 2,7 M€.

Le président Santini, à cette occasion, a exprimé le souhait de la Collectivité Territoriale de Corse de soutenir, avec l'appui du programme exceptionnel d'investissement, un programme ciblé de rénovation de couvents à la condition expresse que soit établi un véritable plan de gestion à la clé, générateur de recettes prévisionnelles.

C'est ainsi que deux orientations ont été plus particulièrement étudiées, d'une part, la programmation de concerts de musique sacrée pleinement compatibles avec la vocation cultuelle du couvent, d'autre part, un programme de rénovation des cellules monacales susceptible d'accroître l'offre d'hébergement de l'édifice.

Ces orientations, ainsi que le programme de réhabilitation, seront finalisées dans le cadre du renouvellement du bail liant la commune à l'association diocésaine, et d'un protocole entre l'évêché et la congrégation de Saint-Jean.

Cette opération, si elle devait se concrétiser, conforterait la stratégie de développement de la Balagne, telle qu'elle a été actée lors de la signature du contrat de pays le 12 janvier dernier à Calvi.