Collectivité Territoriale de Corse

Simone Guerrini présente à la presse la politique menée par la CTC dans le secteur de l'Audiovisuel

Mercredi 17 Décembre 2008

Simona Guerrini, Cunsiglera esecutiva in càrica di a Cultura, darà una cunfarenza stampa marcuri u 17 di dicembri à l'Assenblea di Corsica à partesi da 11 ori, nantu à u tema di l'Audiovisivu in Corsica.



Simone Guerrini présente à la presse la politique menée par la CTC dans le secteur de l'Audiovisuel
Simone Guerrini, Conseillère exécutive déléguée à la Culture, tiendra un point de presse, le mercredi 17 décembre 2008, à l'Hôtel de Région, à partir de 11 heures, afin de présenter la politique dynamique que mène la Collectivité Territoriale de Corse dans le secteur de l'audiovisuel.

C'est dans ce cadre, que la Collectivité Territoriale de Corse a financé à hauteur de 200 000 €, le téléfilm « Les Héritières » co-produit par la société Ramona Productions et France Télévision.

Le tournage qui a ainsi pu se dérouler pendant quelques mois en Balagne, courant 2007, a généré d'importantes retombées économiques chiffrées à près de 1 M€ pour la micro région.

Le samedi 20 décembre 2008, à partir de 16 heures, aura lieu la projection de ce téléfilm, en avant-première, placée sous le haut patronage du Président du Conseil exécutif de Corse.

Deux autres projections sont programmées au cinéma le Fogata, le samedi 20 décembre à partir de 21 heures et le dimanche 21 décembre à partir de 14 h 30, sous le patronage de la Collectivité Territoriale de Corse, France 3, la Communauté de Communes du Bassin de Vie d'Ile-Rousse, la Municipalité d'Ile Rousse et Ramona Productions.


Présentation - point presse

Le cinéma est un art et une industrie. Il est aussi un formidable vecteur de communication pour une culture. A l'heure du tout numérique, le cinéma et l'audiovisuel sont au centre de toutes les expressions et disciplines culturelles et artistiques, (musique, spectacle vivant, danse, arts plastiques). La politique de la CTC est fondée sur ce constat.

Le Conseil exécutif de Corse s'est donc engagé dans une démarche globale ambitieuse autour de la filière audiovisuelle touchant à la culture, à l'économie, à la formation, à la conservation et à la diffusion. Sur sa proposition, l'Assemblée de Corse a ainsi adopté un ensemble de dispositifs de soutien, tant en matière de création artistique qu'en matière d'aides aux entreprises relevant de ce secteur par le biais de l'ADEC.


Pour la création artistique :

- aide au projet par le biais du fonds d'aide à la création, dans le cadre de la convention avec le CNC (Centre National Cinématographique). Ces aides concernent la plupart des genres, de la fiction au documentaire, la captation de spectacles vivants avec des interventions à tous les stades des projets, de l'écriture au développement en passant par la production et à la diffusion

- aide à l'accueil de tournage avec la création, au sein de l'Outil Technique de la Direction de l'Action Culturelle, de « Corsica pôle tournage »

- aide au transport de matériel technique et de personnes afin de minimiser le handicap insulaire dans le cadre d'une convention avec l'Office des transports


Pour la diffusion :

- soutien à la diffusion de programmes dans le cadre de la convention de partenariat avec Via Stella

- mise à niveau des structures de diffusion dans le cadre de l'aide à la modernisation des salles de cinéma. (La CTC a lancé cette année une étude sur l'exploitation cinématographique en Corse et ses perspectives à l'heure de la projection numérique et du haut débit)

- aide à la diffusion de la culture cinématographique dans le cadre du soutien aux quelque 15 festivals cinématographiques du territoire et aux programmes d'activités cinématographiques.


Pour la formation, de l'école primaire au monde professionnel 

- soutien aux opérations d'éducation à l'image, auprès des publics scolaires et universitaires, dans les classes audiovisuelles

- formation continue à travers un contrat territorial d'objectif et de progrès avec l'AFDAS et la formation initiale, dans le cadre de la licence des techniques de l'image et du son, de l'IUT à Corte

- formation, par des actions ponctuelles, notamment à l'écriture de scénario et au jeu d'acteurs devant la caméra


Pour la Conservation 

- la Cinémathèque de Corse joue un rôle important dans la diffusion de la culture cinématographique et dans la sauvegarde des oeuvres produites en Corse. Elle est chargée de la conservation, de la numérisation et de la diffusion de ce patrimoine


Dans le cadre de la convention de développement cinématographique et audiovisuelle, le fonds d'aides de la CTC, soutenu par le CNC (Centre National Cinématographique) depuis 2004, à hauteur de 1 € pour 2 € de la CTC, se classe depuis 5 ans dans les 8 fonds régionaux les plus importants de France. Il a permis d'aider cette année, 77 projets pour un montant total de 2 139 800 €.

Ainsi, pour un documentaire aidé, d'un budget total de 100 000 €, 25 000 € proviennent de la CTC dont un tiers du 1 € pour 2 €, 25 000 € du fonds de soutien du CNC, 25 000 € de la chaine et 25 000 € d'autres sources.


Une série de captations, recréations, comme « Mezzo Voce », entièrement tournée en Corse avec des techniciens corses a reçu une aide la CTC de 121 500 € dont 40 500 € du CNC et une subvention du fonds de soutien du CNC de 225 000 € pour un budget total de 750 000 €.

Ce fonds d'aide a permis, dans le sillage de France 3 Corse et Via Stella, l'essor de la filière audiovisuelle, l'émergence d'un tissu de techniciens et de comédiens qui travaillent au sein d'une trentaine de sociétés de production insulaires ainsi que sur les tournages accueillis en Corse.

La qualité des oeuvres aidées, sélectionnées par un comité technique composé de professionnels, a été récompensée par de nombreux prix et sélections en festivals qui sont autant de facteurs démontrant le dynamisme de la Corse dans ce secteur.


- Sélection en compétition officielle du festival de Cannes du long-métrage de Bela Tarr « L'homme de Londres » tourné à Bastia

- Prix Spécial du Jury au Festival de la Fiction TV de Saint-Tropez pour le téléfilm en langue corse « Liberata »

- Prix Atalante pour « Sempre Vivu »

- Grand prix de la biennale internationale du film musical classique en images au Louvre pour « Belà Bartók, l'homme juste » également sélectionné au festival de Buenos-Aires, au Festival du film d'art de Briançon et au FIPATEL 2006, « Génération Chasse» au festival Mondial de l'image sous-marine d'Antibes

- « Aux origines de la Corse » (reconstitution 3D) au festival du film d'archéologie d'Amiens…


Si le genre dominant est bien le documentaire de création classique avec des thématiques récurrentes comme,

- L'histoire de la Corse et de la Méditerranée
- L'archéologie et le patrimoine en Méditerranée
- La connaissance des identités culturelles linguistiques et religieuses en Méditerranée
- Les portraits de musiciens, cinéastes, photographes, écrivains méditerranéens
- La protection de l'environnement
- Les énergies nouvelles et le développement durable
- Le parcours d'hommes et d'entreprises emblématiques

on note, que la production insulaire s'ouvre de plus en plus clairement à l'extérieur : partenariats élargis (coproductions et diffusion sur RFO, la Cinq, Arte, France2, France3, Seasons, Histoire, Mezzo), acteurs nouveaux, production insulaire plus diversifiée avec la réalisation de téléfilms, de courts métrages de fiction réalisés par de jeunes auteurs corses, de captations de magazines culturels.


La Corse, avec le tournage de deux longs métrages et de deux téléfilms va totaliser, cette année, environ 24 semaines de tournage sur son territoire.


Le tournage de « L'enquête Corse » a engendré plus de 3 M€ de retombées économiques sur le territoire, le long-métrage, « l'Homme de Londres » de Bela Tarr, 1 M€ et, « Joueuse » de Caroline Bottaro, environ 700 000 €.

Avec l'installation dans l'île du plus gros loueur de matériel de tournage parisien et d'un studio, la Corse est également une des rares régions françaises à accueillir des productions indiennes.

Les « Héritières » : un exemple probant

Les « Héritières » libre adaptation du roi Lear dans la Corse de l'après guerre est produit par la société Ramona Productions. L'avant première qui se déroulera au cinéma le « Fogata » d'Ile Rousse, les 20 et 21 décembre prochains, est une illustration probante de la politique dynamique de la CTC dans ce secteur.

Ce téléfilm de deux fois 90 minutes, dont le budget total est de 4 362 000 € a bénéficié d'une subvention de 230 000 € de la CTC (bonus de 15 % langue corse inclus).

Le tournage qui s'est déroulé sur 46 jours du 1er février au 2 avril 2008, a généré plus d'1 M€ de retombées économiques en Balagne. Il a fait travailler 50 techniciens corses (décorateurs, assistants, électriciens, machinistes, régisseurs, casting,….) qui ont pu ainsi se faire connaître, se confronter aux professionnels du continent et acquérir un savoir faire reconnu. 22 rôles ont été attribués à des interprètes insulaires, 500 cachets de figurations payés en Balagne.

Les 2000 nuitées et 5000 repas du tournage ont représenté 400 000 € de retombées économiques non négligeables en arrière saison.

En conclusion, hormis tous les apports quantifiables, il faut également prendre en compte l'apport en notoriété et en image pour la région de Balagne et, par voie de conséquence, pour la Corse.

Ce film entièrement tourné en extérieurs et en décors naturels constitue une véritable vitrine pour la Corse.

La Corse qui prend résolument le tournant du numérique et du haut débit, dispose d'une vraie carte à jouer en matière de cinéma et d'audiovisuel, notamment dans le cadre de l'Union Pour la Méditerranée (UPM) du fait de sa position géographique, de son rayonnement grâce à la chaine satellitaire Via Stella, de la qualité des oeuvres produites et de leur caractère transméditerranéen.

La CTC mettra tout en oeuvre pour que la filière audiovisuelle corse valorise ses atouts et prenne toute la place qui lui revient dans ce nouvel espace ….