Collectivité Territoriale de Corse

Transports maritimes : la position de la collectivité territoriale de Corse

Samedi 9 Janvier 2016



Des rencontres avec les parties économiques et sociales de l’île

La collectivité territoriale de Corse représentée par le président du conseil exécutif, Gilles Simeoni, le président de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, et le président de l’office des transports de la Corse, Jean-Félix Acquaviva a initié depuis hier un cycle de rencontres resserrées avec les parties économiques et sociales de l’île directement engagées sur la question des transports maritimes autour de deux points essentiels :
  1. La sortie de crise avec la nécessaire levée du blocus sur le bateau de la Corsica Linea et plus globalement permettre des rotations suffisantes avec la Corse ;
  2. La définition d’une nouvelle trajectoire structurelle pour l’avenir des transports maritimes en Corse reposant sur trois piliers :
l’objectif de création d’une compagnie corse maîtrisée par les institutions de l’île et regroupant les acteurs privé ;
la redéfinition du cadre des OSP/DSP ;
l’émergence d’une politique de continuité territoriale européenne.

Engager un dialogue

Parallèlement, l’Exécutif et l’Assemblée œuvrent de concert pour faire comprendre qu’un dialogue sans tabou peut avoir lieu, y compris bien sûr avec l’intersyndicale de Marseille dans le cadre d’une bilatérale, si et seulement si le blocus sur le bateau de la Corsica Linea est levée et qu’un service de rotation acceptable se met en place en ce qui concerne les autres compagnies impactées (CMN et MCM).

A ce titre, nous comprenons largement les inquiétudes de toutes les entreprises insulaires et de leurs employés et nous sommes indéfectiblement à leur côté dans cette épreuve.
 
La Corse veut tourner le dos à des logiques et des pratiques qui ont trop longtemps impacté son économie, ses entreprises et ses emplois. C’est le sens de la nouvelle politique des transports que veut impulser la nouvelle mandature. Cette nouvelle politique se fonde sur un cap clair, des principes forts, une méthode, des valeurs, de la clarté et de la transparence dans le dialogue à instaurer, tout autant que sur le respect des droits sociaux et la prise en compte des inquiétudes.

Nous en appelons donc une nouvelle fois à l’apaisement et à la responsabilité.

Il est temps que le déblocage intervienne pour poursuivre activement et sereinement le travail dans le cadre du vaste chantier qui s’annonce.