Collectivité Territoriale de Corse

Violences à Bastia : condamnation du Président du Conseil exécutif

Mercredi 8 Avril 2009



Communiqué d'Ange Santini, Président du Conseil exécutif de Corse


Avec l'immense majorité des Corses, je condamne avec la plus grande fermeté les très graves incidents qui se sont produits, samedi soir, à l'issue de la manifestation de Bastia.

Je regrette, comme chacun, qu'un jeune homme ait été blessé lors d'incidents antérieurs, je me réjouis que son état semble s'améliorer et j'attends que les circonstances de cette affaire soient clairement établies. Mais rien ne peut justifier de tels débordements de violence aveugle qui ne respecte rien, ni les biens personnels, ni les bâtiments publics, ni les personnes, ni la mémoire des morts. Quant à l'auteur, ou aux auteurs, des graffiti ignobles qui ont défiguré les murs de Bastia, je sais qu'aucun Corse, quelles que soient ses opinions, ne leur trouvera la moindre excuse.

La Corse était jusqu'à présent épargnée par les violences urbaines, indignes de notre Histoire et de nos valeurs, qui se produisent régulièrement, hélas, dans les agglomérations du continent. Ceux qui ont voulu les importer dans notre île portent une lourde responsabilité. Cette escalade, ils l'avaient souhaitée, préméditée et organisée, au point de préparer à l'avance les armes et les projectiles incendiaires. Cet avenir de violences et de confrontations qu'ils proposent, et qui s'est traduit la nuit dernière encore par des tirs contre la gendarmerie de Bonifacio, ce n'est pas celui dont nous rêvons pour la jeunesse corse, ce n'est certainement pas ce à quoi nous travaillons chaque jour.

J'appelle tous ceux qui ont à coeur l'avenir de la Corse à oeuvrer pour que les débats démocratiques et le respect l'emportent sur les dérives d'une infime minorité.



J'adresse aux responsables du maintien de l'ordre mes félicitations pour leur professionnalisme qui leur a fait résister aux provocations. J'exprime mes voeux de prompt rétablissement à ceux qui ont été blessés dans l'exercice de leur devoir.

Je tiens enfin à assurer de ma totale solidarité la population bastiaise, ainsi que son maire, Emile Zucarelli, qui a été une nouvelle fois la cible personnelle d'irresponsables.